barbe-4-1837e46

Comment porter la barbe ?

La barbe connait depuis quelques années un regain de popularité. Elle est mieux tolérée dans les entreprises, portée par de nombreuses personnalités du monde du monde du spectacle et du divertissement, et elle tend même à devenir un accessoire de mode à part entière.

Collier de barbe, bouc, bucheron ... la barbe existe sous de nombreuses formes. Forme du visage, style recherché, pilosité, sont autant de paramètres à prendre en compte avant d'entamer le rasage. Petit tour d'horizon des différentes possibilités que vous offrent les poils de votre visage.

La moustache

Déconseillée. A moins d'avoir vraiment le type de visage, et le style qui corresponde, la moustache n'est plus adaptée à notre époque. Bien sûr, elle finira par revenir à la mode. Mais en attendant, gardons-nous de l'avant-gardisme, et respirons l'air du temps.

Si vous choisissez tout de même de la porter, préférez-la fine et bien taillée. Le plus simple pour réussir une moustache fine est de la laisser suivre le contour de la lèvre supérieure : on rase sous le nez, et on se contente d'un trait de quelques millimètres. On lui laisse occuper la largeur de la bouche : plus court, on risque une asymétrie fatale (plus court d'un côté que de l'autre), trop court, on risque de passer pour un apprenti-hitlériste.

La moustache "brosse", épaisse et touffue, est à bannir. Inutile de vous expliquer pourquoi. Un minimum de swagg, merde.

Le bon exemple :

La stachmou de Brad Pitt

Le mauvais exemple :

Andy Garcia, qui a bien changé depuis Le Parrain III

 

Le collier de barbe

A la fois le plus simple et le plus compliqué. Simple, parce qu'il ne nécessite pas une pilosité excessive : deux ou trois jours de pousse suffisent pour un collier simple. Compliqué, parce qu'il nécessite un entretien régulier et difficile.

Le collier présente l'avantage, lorsqu'il est taillé finement, de ne pas déstructurer le visage : il occupe peu d'espace, et sa disposition est discrète (au contraire de la moustache, qui se place en plein milieu de la face, le collier reste en périphérie). De plus, lorsque que l'on ne veut pas rester imberbe, il représente la solution la plus soignée : moins négligé que la barbe de trois jours, mieux accepté que la moustache, moins touffu que le bouc.

La principale difficulté que pose le choix de ce type de coupe concerne le travail et l'entretien qu'il nécessite : difficile à tailler symétriquement sans faire d'écart, difficile également de conserver la même épaisseur tout du long. On se retrouve souvent avec un collier fin à côté de l'oreille, puis épais sur le menton. De plus, le moindre coup de rasoir manqué peut détruire complètement votre coupe. Voila qui suppose donc un entretien très régulier, et possiblement difficile.

Épais, fin, prolongé sous le cou, relevé sur le menton ... le collier peut prendre de nombreuses formes. Il est facile à adopter car il offre de nombreuses possibilités : on peut le porter d'une manière différente chaque mois de l'année. Il est donc idéal pour ceux qui aiment changer régulièrement de look ou de style.

Le bon exemple :

Le collier de barbe de Lewis Hamilton

Le mauvais exemple :

Régis Laspalès : collier mal taillé, regard vide, absence totale de swagg : MMA.

 

Le bouc

Le bouc n'est pas accessible à tout le monde : il nécessite un minimum de pilosité au niveau du menton, sous le nez, et idéalement sur les côtés de la bouche (pour lier moustache et menton). Sa mise en place n'est pas compliquée : il suffit de raser uniquement les joues, et laisser pousser au centre du visage. Les premiers jours sont les plus difficiles, car un bouc naissant et pas encore assez fourni laisse une impression sale et très négligée, beaucoup moins acceptable par exemple qu'une barbe de trois jours.

Une fois en place, l'entretien est plutôt simple : on rase quotidiennement le reste du visage, et on taille les poils du bouc de manière à ne pas se retrouver avec un mouton à la place du menton. Attention aussi à bien conserver la même longueur au dessus et en dessous de la bouche.

Plus passe-partout que la moustache seule, encombrant moins le visage que la barbe, le bouc peut être un bon compromis, à condition de ne pas le négliger. Il peut aussi être la solution idéale pour qui veut porter la moustache sans pour autant passer pour un marginal.

Stringer Bouc
Stringer Bouc

Le bon exemple : Le mauvais exemple :

Bouc pas assez uniforme, et mal entretenu. Et puis bon, c'est toujours tentant de se foutre de la gueule de Ribery.

 La barbe de trois jours

La plus à la mode. De Georges Clooney à Yann Barthès, de David Beckham à Jamel Debbouze, popularisée par des séries comme Lost, elle est de plus en plus répandue, chez les célébrités comme chez la populace. La barbe de trois jours est simplissime à entretenir : il suffit d'un rasoir à sabot, utilisé plus ou moins fréquemment selon la taille du poil. L'avantage est bien sûr de ne pas avoir à se raser de près, sauf pour éliminer les petits défauts de pousse et garder une coupe propre.

La pilosité doit être uniforme et suffisante : rien de plus repoussant qu'une barbe avec des trous. Si la pilosité de vos joues n'est pas suffisante, contentez-vous d'un bouc ou d'un collier. En revanche, si c'est votre menton qui est imberbe, tentez tout de même votre chance : la barbe se porte d'abord sur les joues.

Vous pouvez porter la barbe avec ou sans moustache. L'effet sera différent. Si vous décidez de le faire avec, prenez garde à bien uniformiser l'épaisseur du poil : que les poils au-dessus de la bouche soient de la même longueur que les autres.

Enfin, ne laissez pas la barbe descendre jusque dans le bas du cou : taillez sous le menton, ou, si vous voulez vraiment que votre col soit couvert, juste au dessus de la pomme d’Adam.

Le bon exemple :

La classe infaillible de Georges "What Else" Clooney.

Le mauvais exemple :

La barbe "SDF" de Kad Merad

La barbe "bucheron"

La plus difficile à porter, car la moins bien vue. La barbe dite "bucheron" occupe la moitié du visage, et est, par définition, épaisse. Mais barbe épaisse ne veut pas dire barbe dégueulasse : un minimum de soin est nécessaire pour ne pas passer pour Bombadil (les fans de Tolkien comprendront).

Entretenir correctement une barbe de bucheron est plus difficile qu'il n'y parait : l'utilisation d'un rasoir avec sabot n'est pas adaptée. Le mieux semble encore être la paire de ciseaux (éventuellement couplée à un peigne), utilisée ci et là pour égaliser les poils trop longs. Pour le reste, attention à l'hygiène : savonnez votre barbe sous la douche, coiffez-la pour éviter une organisation anarchique des poils. Vous pouvez aussi la parfumer (sans abus) : l'odeur tiendra d'ailleurs mieux que sur la peau.

Avantage et désavantage de la grosse barbe : elle change complètement un visage. Le jour où vous déciderez donc de l'abandonner, on risque presque de ne pas vous reconnaitre. Avantageux si vous voulez changer de tête, ou que vous ne voulez pas être reconnu (exemple : vous êtes en cavale). Moins avantageux si votre entourage est habitué à votre silhouette pileuse, et ne se fait pas à votre nouvelle imberbité (oui, ce mot existe, j'en étais le premier surpris). On vous conseille dans ce cas de faire les choses progressivement : tailler dans un premier temps partiellement la touffe, pour arriver à une barbe de trois jours. Réduire au fur et à mesure le sabot, jusqu'à arriver à un rasage de près.

Le bon exemple :

Zach Galifianakis dans Very Bad Trip 2

 

Le mauvais exemple :

Brad Pitt, qui parfois en a marre d'avoir un style envié par toute la planète, et se dit "tiens, je vais me faire une be-bar super sale"

 

Un mot pour conclure

N'hésitez surtout pas à aller régulièrement voir un barbier. Les tarifs sont généralement très abordables (5 euros chez moi), et le résultat excellent. En plus du côté agréable que procure le fait de se faire rafraichir la barbe, le barbier la restructure, l'égalise, la taille symétriquement de chaque côté du visage, choses que vous ne ferez jamais aussi parfaitement, seul devant votre miroir.

N'oubliez pas que chaque type de barbe dépend du visage par lequel elle est portée. N'essayez pas de forcer les choses : ne tentez pas à tout prix de vous faire un bouc si vous n'avez naturellement pas de poils sous le nez.

Enfin, les attributs de la barbe sont nombreux : paraitre plus âgé, se donner un style négligé, cacher des défauts du visage, assombrir ses traits ... Elle peut aussi être votre marque de fabrique, si vous trouvez un moyen original de la porter : La Fouine et sa barbichette, Magnum et sa moustache, Karl Marx et sa barbe touffue (j'aurais pu dire "Hitler et sa moustache", mais parler deux fois de Hitler dans un même article mode, on va taper le point Godwin avant même le lancement du site) ...

Mars 2012, Captcha Magazine

8 thoughts on “Comment porter la barbe ?

  1. Encore un très bon article l'ami!
    On appréciera la référence à JRR Tolkien et les foutages de gueule toujours aussi efficaces Kad Merad, Laspales... :')

  2. "la moustache n'est plus adaptée à notre époque. Bien sûr, elle finira par revenir à la mode. Mais en attendant, gardons-nous de l'avant-gardisme, et respirons l'air du temps." Traduction : soyez des moutons lobotomisés sans personnalité et laissez les créateurs de mode décider pour vous. Personnellement je préfère un vrai mâle "avant-gardiste" comme Chabal à un puceau imberbe et épilé version chippendales.

  3. karlito c'est le plus beau <3
    (ne pas oubliez Nestor fucking Makhno et sa moustache hallucinante, probablement l'anar' avec le plus de swag de l'histoire .. parce que bon Bakounine il a eu une vie de dingue mais son style ça fait plus SDF dépressif que Pimp intersidéral)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *