walking-dead-cast-1024x252

The Walking Dead : que manque-t-il à la série pour arriver à la hauteur du Comic ?

Attention aux spoilers !

Deux saisons, et déjà de nombreux records d'audience battus pour The Walking Dead sur AMC. Une réussite publique et commerciale totale. En revanche, la critique est moins unanime. Des qualités évidentes, bien sûr, mais aussi un gros sentiment d'incomplétude après une vingtaine d'épisodes.

La lenteur scénaristique

Avant de devenir la série télévisée à succès qu'elle est depuis deux ans, The Walking Dead est une série de comic books, créée par Robert Kirkman, publiée depuis 2003, et comptant à l'heure actuelle 96 numéros.

La trame scénaristique de la version télévisée reprend dans les grandes lignes celle du comic (en y apportant des modifications sur lesquelles nous reviendrons). Chacune des deux premières saisons englobe un arc de 6 numéros. Un choix discutable, qui constitue le premier point à revoir pour Frank Darabont.

En effet, si le fait d'adapter 6 books en 6 épisodes lors de la première saison peut paraitre logique, il le devient beaucoup moins lors de la deuxième saison, constituée, elle, de 13 épisodes. Deux fois plus d'épisodes, donc, mais un contenu quantitativement égal. Le scénario est donc étiré au maximum, et le rythme en souffre énormément. Les temps morts sont nombreux, trop nombreux. La disparition de Sofia tient la corde durant 6 longs épisodes. On est presque soulagé de la voir morte au bout du septième.

La bédé compte 96 numéros, putain. 96 ! Et un nouveau parait tous les mois ! Prévoyez large, prenez dix, quinze, voire vingt numéros par saison ! Qu'il se passe des choses, qu'il y ait du mouvement, des rebondissements, du changement. A ce rythme-là, Lori va accoucher au bout de la saison 8.

Le manque de profondeur des personnages

Cette lenteur regrettable dans le déroulement de l'intrigue aurait pu avoir en contrepartie un avantage énorme : les personnages auraient pu avoir tout le temps nécessaire pour se développer, gagner en profondeur, en complexité. C'est d'ailleurs, habituellement, la qualité principale des séries au rythme volontairement lent : The Sopranos, Mad Men, The Wire. Un style contemplatif, qui donne l'impression au téléspectateur qu'il ne se passe jamais rien, et qui pourtant, ne provoque jamais l'ennui.

Il se produit malheureusement tout le contraire dans The Walking Dead. La série veut se positionner dans l'action et le suspense. Un choix qui pourrait là aussi s'avérer logique, mais qui ne peut pas fonctionner avec une trame scénaristique si peu consistante. Les intrigues secondaires n'apportent absolument rien : il s'agit purement et simplement de remplissage (l'exemple le plus criant étant celui de la détention de Randall).

Pire, les personnages sont eux aussi inconsistants : Rick est mou et n'a aucunement le charisme d'un leader, Lori est parfaitement vide, la moitié des personnages secondaires est tout simplement inutile : Hershel, Dale, Andrea ... Daryl a un gros potentiel complètement inexploité. On espère beaucoup de l'arrivée de Michonne dans la troisième saison, elle qui représente très clairement le meilleur personnage du comic book (et on a très peur du massacre). Le seul personnage réellement intéressant, Shane, disparait malheureusement au bout de la saison 2.

Une divergence volontaire avec le Comic mal exploitée

Dans la série de comics, Shane disparait beaucoup plus vite. Dès la fin du premier arc de six numéros, ce qui correspondrait à la fin de la saison 1 sur petit écran. Les scénaristes ont pris la décision, très discutée, de le laisser vivre une saison de plus. Bien leur en a pris, d'ailleurs, puisque Shane sauve à lui-seul la saison 2 du naufrage total.

Ce parti-pris courageux devrait nous permettre de ne pas revoir une deuxième fois à la tv ce que nous avons déjà lu en comic. Il nous permet d'envisager un destin parallèle à celui de nos personnages préférés, de voir comment peuvent évoluer des personnages censés être morts, ou comment des évènements peuvent leur créer une histoire différente de celle qu'ils ont déjà connu à travers le coup de crayon de Kirkman.

On regrette cependant que cette particularité ne soit pas mieux exploitée. Et surtout qu'elle incise plus sur le fond de l'intrigue que sur l'évolution des héros. La trame scénaristique des comics est tellement bonne qu'on espère qu'elle ne sera pas trop touchée par Darabont et son équipe. Qu'on ne nous privera pas des scènes de torture et de viol (Michonne et le Gouverneur) ou d'horreur pure (les cannibales démembrés vivants par Rick et ses amis). Que Lori et son bébé ne seront pas privés de leur mort horrible. Que Rick perdra son bras, Carl son œil. Pas qu'on soit méchants, pas qu'on leur en veuille, mais ce sont des moments forts de la bande dessinée.

 Trop peu de noirceur

Ces événements malheureux contribuent à créer une ambiance noire, inhérente à cet univers post-apocalytique, dans lequel plus aucune des valeurs de notre société n'a de sens. L'espoir n'existe plus, un fait parfaitement caractérisé par le personnage de Carl, devenu au fil du temps complètement insensible à la mort, à la tristesse, aux sentiments humains. L'acte fondateur de la noirceur d'âme de ce gamin est l'instant où il tue de ses propres mains Shane.

L'ambiance est par moments même presque malsaine, avec les scènes de torture, de viols, précédemment évoquées. Rick commence même à perdre la raison, il parle depuis des mois à un téléphone débranché.

Cette noirceur ambiante, et même ce côté dérangé, ne font que transparaitre dans la série télévisée. Bien sûr, des personnages meurent occasionnellement, mais c'est le cas dans toutes les séries. Même dans Plus belle la vie. Pourquoi Darabont n'a-t-il pas laissé Carl tuer Shane, comme dans le comic ? Pour permettre à Rick de le faire, et lui donner l'occasion de devenir un personnage torturé par le fait d'avoir tué son meilleur ami. Lui donner enfin un peu de consistance. Faire de lui, enfin, un leader charismatique et puissant. Autant vous dire tout de suite que c'est pas gagné.



  • 5 thoughts on “The Walking Dead : que manque-t-il à la série pour arriver à la hauteur du Comic ?

    1. Trés bon article, je démarre à peine la bande dessiné (tome 4) et je constate effectivement qu'il y a de bonnes différences avec la série. J'ai trouvé également trés pénible la saison 2 sur ces longueurs (recherche de la fille, 13 épisode dans une putain de ferme..).
      Par contre j'ai un petit bémol, à partir du moment où la série dévie de la trame de base, je trouve que la détention de Randall n'est ni anecdotique ni du pur remplissage.
      C'est pour moi le premier moment de la série ou la majorité du groupe perd de son "humanité" on assumant volontairement vouloir buter un gamin qui les suplient depuis des jours.
      C'est sur que dans la bd ce passage aurrait été inutile parce que dés le Tome 4 je trouve que les 3/4 des persos deviennent cynique et glauque ...mais pas dans la série tévé.
      C'est en cela que la détention est interessante on voit que la majorité des gars sont capables de laisser crever un petit jeune 'innocent' par pure crainte de perdre leur ferme.

      1. Je suis d'accord pour le déclic que représente la détention de Randall. Mais le souci reste le même : pourquoi est-ce que ça dure autant d'épisodes ? Une histoire comme celle-ci se règle en 1 ou 2 épisodes, pas en une demi-saison.

    2. Sur les longueurs je ne peux qu'allez dans ton sens... Déja sans avoir lu la bédé je trouvais cette saison trés longues. Mais depuis ton article je me met à la lire et ça aggrave cette impression. Si on peut faire un parallèle c'est pareil que les adaption animé des mangas (Naruto en anime une horreur)....

      Sinon y a des motifs pour etre optimiste pour la saison 03, l'épisode de Randal, la mort de Dale (le seul mec sensé du groupe) et le fait que RIck fut à 2 doigt d'abandonner sa femme avec Hershel à la toute fin.... Quelque chose me dit qu'ils sont obliger de partir en live...

    3. J'espère qu'avec l'arrivée dans la prison, les choses vont se remettre un peu dans l'ordre. Ca part pas mal en vrille à partir de ce moment.
      Mais comme tu le dis dans l'article, j'ai peur que ca traine en longueur. Il y a 6 tomes sur la prison, j'espère qu'on aura pas droit à 6 saisons.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *