Rohff-VS-BOOBA

Rohff contre la faucheuse

On le sait et tu le sais, Rohff se sent très concerné par des considérations post mortem .

En témoigne de nombreuses phases telles que :
C’est une thématique qui hante notre MC et nul doute qu’elle reviendra fatalement dans ses futurs lyrics.

Téma, on est en 2013, Rohff enregistre son huitième album “Le code du bruit et de l’odeur.” il explique lui même cette productivité à la fin d‘un de ses couplets : « -C’est tchicky ! R.O.H.2 F ! Rohff le capi’chef ! J’enregistre depuis plus de 100 nuits. Je fais un triple album parce que je suis un gogol qui s’ennuie ! Ahhhhhh !

Il enlève son casque : « C’est bon ? Elle est bonne ? » On lui fait signe que oui, Rohff sort de la cabine de prise de voix. Il se tourne vers son jeune frère Ikbal :

« -C’était bon les lyrics ?

-C’était Green ! Super green !

-L’album il est bientôt fini là. Les jaloux vont maigrir !

-L’album va être Green, Hous ! Super green ! »

Soudain, la porte s’ouvre et un mystérieux individu pénètre le studio de Foolek records. Tous se tournent vers lui, Rohff en tête :

« -Qui, qui est dans la plazza ?

- Bah c’est moi ! »

L’inconnu se pare alors d’une paire de lunettes de soleil et d’une casquette.

« -Ah ! mais c’est Alain De L’Ombre ?! Désolé on t’avait pas reconnu. Hein Ikbal qu’on l’avait pas reconnu ?

-Green ! »

La séance d’enregistrement reprend, Rohff a senti l’inspiration et s’est mis à écrire en studio :

« -Les gars, j’ai trop l’inspiration là. Houlà là ! Mais c’est quoi ça ?! Je prévois au moins trois ou quatre morceaux supplémentaires avant demain. Écoutez ça, c’est HORRIBLE ! ‘Je porte mes proches comme mes couilles/ Si tu meurs seul qui enterre ta dépouille ?’ Alors ? Alors ?

-Green, Hous ! Super green !

-Ouais ! Green, Rohff ! Super green ! »

Soudain, un second mystérieux individu passe le pas de la porte du studio. Ikbal lui dit alors :

« -T’es en retard Alain. C’est pas green, ça…

-Mais non moi je suis là. Green ! En plus il à l‘air vieux lui, il a une barbe blanche et tout…»

Le vieil homme s’avance vers Rohff :

« -Qui, qui est dans la plazza ?

-Peu importe mon nom, jeune Housni, j’ai fait un long chemin pour venir ici. J’ai entendu tes albums, tu es un bon petit. tu te préoccupes de ton prochain. Mais as tu déjà pensé au dernier homme sur Terre ? Le dernier de la race humaine. Quand il mourra, qui l’enterrera ?

-Oh putain ouais ! C’est HORRIBLE !!

-Écoute jeune Housni, tu peux aider cet homme. J’ai vu dans une vidéo que tu avais une pelle. Va dans le futur et enterre le. J’ai conçu une machine qui permet de voyager dans le temps. Prends la. Toi seul peux le faire. »

Le vieil homme conduit Rohff jusqu’à sa fameuse machine. Rohff monte dedans, les portes se referment sur lui. Il sent la machine vibrer, ça y est c’est le départ. Dehors il voit l’obscurité se faire entrecouper ça et là de quelques lumières défilant à toute vitesse, façon hyper espace. À la fin d’un long voyage à travers les siècles et les millénaires, la machine ralentit, puis se fige. Les portes s’ouvrent devant Rohff qui se retrouve nez à nez avec un homme. Le dernier donc. Ni une ni deux, Rohff lui flanque un grand coup de pelle à travers la gueule. Il va ensuite enterrer le dernier homme dans le caveau familial à côté de la mère de celui ci, qu’il déterre et baise au passage, tout en l’enterrant de nouveau ensuite parce qu’il la respecte.

Une fois sa besogne accomplie, Housni retourne vers la machine à remonter le temps pour retrouver son époque, mais un détail l’interpelle. Booba est toujours vivant :

« -Tchicky ?

- Si si !

-Qu’est-ce que tu fous là toi ?! je suis pas ton pote. Tu m’as pas consulté pour être dans le futur en même temps que moi.

-T’es pas dans le futur. Le vieux en fait, c’était moi avec une fausse barbe. Et y'a jamais eu de machine pour voyager dans le temps, je t’ai juste fait prendre le métro. Et le type là, c’était mon contrôleur fiscal. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *