Strip-tease-france3

Strip-Tease : plongée dans les eaux troubles et profondes de la cassocerie

Avant toute chose sachez que les vidéos accompagnant cet article sont des plus chronophages, et l’émission Strip Tease dont il est question ici, a déjà bousillé bien des après midi. Le temps que vous passerez ,et perdrez éventuellement, à cliquer sur les vidéos intégrées à l’article évoluera proportionnellement à la part de voyeurisme dégueulasse qui sommeille en vous. Ou peut être évoluera-t-elle plutôt selon votre saine curiosité et vos aptitudes à découvrir des franges méconnues de la population. Les avis divergent. Arrivée tout droit du plat pays, ce qui explique probablement le haut taux de mongolitude des sujets filmés, l’émission Strip Tease est diffusée aléatoirement depuis vingt ans sur France 3 et s’apparente à une plongée dans les eaux troubles et profondes de la cassocerie. Sans mise en scène ni maquillage, sans décor ni plateau, avec son format variable, son générique à base de musique malienne, et ses participants aussi gênants qu’attachants, l’émission est l’une des plus intéressantes du paysage audiovisuel, « la meilleure émission de la télévision actuelle, hélas » en a dit Jean Libon, l’un de ses créateurs.

 

 

A l’heure où les écrans envahissent notre quotidien, où la téléréalité envahit nos écrans et où la réalité déserte la télé, nos écrans se retrouvent à dégueuler de la merde scénarisée dans notre quotidien. Au milieu de cela subsiste de fascinants programmes, souvent fort malsains et un tantinet gênants. Les chaînes de la TNT offrent un bon peu de cas sociaux traités avec condescendances, puis livrés tout cru à un public moqueur et con. On se fout du poids des gros, du bégaiement des bègues, du célibat des moches, car tout est prétexte à rire dans la façon dont sont traités ces gens, qui peuvent s’estimer heureux de l’impopularité des foires, sans laquelle ils seraient exposés une fois par mois en place publique. Malgré tous les bons sentiments qu’il est possible d’avoir à l’égard de ces personnes, bien souvent c’est avec une curiosité perverse que l’on observe leur quotidien, partagés entre compassion et jouissance de se savoir mieux barrés. Le plus souvent c’est sur le ton de la distraction et de l’amusement que sont tournés et montés ces reportages, sans quoi il pourrait peut être servir de fonds sociologique. Malheureusement tout est coupé, recoupé et surcoupé, sûrement falsifié voir mis en scène, enlevant une large partie de crédit à ce qui devient en deux temps trois mouvements des émissions connes pour écervelés. Alors si vous  avancez que Strip Tease est à ranger aux cotés de ces torchons télévisés, l’ami belge Jean Libon vous rétorquera que son rejeton audiovisuel « sera une mine formidable pour un ethnologue de l’an 3000 » comme il l’a avancé au Monde récemment, certifiant être choqué quand on lui dit qu’il fait du divertissement. Il voit Strip Tease comme une « émission d’information », mais il est difficile de coller une étiquette sur le programme en question. Ce n’est en tout cas pas de la télé-réalité, ni du grand reportage, ce n’est pas non plus de l’analyse, pas plus que ce n’est de la fiction.

 

 

 

Les 900 sujets tournés depuis la création de Strip tease en 1985 sont les seuls à se présenter sous leur forme. Nulle voix off ne commente les faits et gestes retransmis à l’écran, sur lequel n’apparaît que très peu de texte. Aucune question n’est posés aux personnes se laissant filmer, et le tout est livré brut, sans commentaire autre qu’un court speach d’introduction et un titre. Voyez plutot : Recherche bergère désespérément diffusé le 2 juillet 2012. C’est avec ce numéro que l’émission a fait son retour remarqué sur la troisième chaîne, après quelques temps d’absence. Un morceau de choix, parmi les tous meilleurs proposés par les réalisateurs de Strip Tease. Malheureusement diffusé à une heure tardive du lundi soir le numéro en question à cependant bénéficié d’une grande exposition médiatique, grâce à son interprétation comme « trash » par la presse. Et pourtant il n’est que le triste compte rendu d’une réalité angoissante des campagnes françaises, où plus souvent qu’on aimerait le croire, de sombres naïfs peu séduisants, issus d’un accouplement douteux, en arrivent à pleurer de leur malheur, et, parfois, à se faire importer une femme depuis la Roumanie… C’est là une réalité, qui loin d’être une généralité pour autant, peut et doit être connue. Et c’est en cela que Strip Tease a toute sa place dans nos téléviseurs, voire au delà, car c’est certainement le seul programme à réellement « vous mettre à nu », vous les néonazis belges, vous les laveurs de vitre que la technologie emmerde, vous dont le complexe d’Œdipe n’est pas tout à fait résolu, ou même vous la vieille que de sales bourges emmerdent pour un malheureux tas de bousin. Une ou deux caméras s’invitent dans votre quotidien et filment, sans que personne ne commente quoi que ce soit. Il n’y a pas de réel traitement du sujet, simplement des images, qui en disent plus long souvent que bien des analyses foireuses, car ces images sont subjectives. Il ne s’agit pas de montrer tout ce que fait un amateur de tunning mais seulement de ressortir du temps passé avec lui, ce qui présente un interêt sociologique, psychologique, peut être biologique ou autre. Et souvent, là ou les autres nous font rire, les gens qui passent à Strip Tease s’octroie un peu de notre empathie, comme par exemple cette pétasse mal baisée de Lio qui troque sa skunk face caméra et met des disquette aux monégasques. Si certains reportages tombent dans l’oubli, d’autres sont très marquant, et bien des personnes présentes dans les divers liens de cet article risque vous resteront en mémoire un moment.

C’est là une spécificité de Strip tease, un reportage marquant de l’émission l’est vraiment, et reste gravé dans la tête des téléspectateurs. Parlez leur d’extraterrestres, ils vous parleront  de la soucoupe et du perroquet. Ce n’est pas un programme choc, il est travaillé, étudié et s’inscrit dans la durée. Il a d’ailleurs eu un fort impact, lorsque en 2000 Willy Burgeo, parlementaire belge est démis de ses fonctions suite à la diffusion du numéro une délégation de très haut niveau , dans lequel il est possible de constater son admiration pour le régime nord-coréen.

Même si notre plaisir salaud à observer sadiquement la misère humaine nous pousse à retenir les épisodes précédemment cités, et souvent à rire devant, Strip Tease n’est pas un programme d’entertainment à l’américaine, mais c’est l’une des meilleurs créations de la TV. L’un des rares programme de reportage à s’être affranchi des méthodes de la presse écrite ou radiophonique et à avoir sur créé le vrai reportage filmé. Sans strass ni paillette. Bsahtek les belges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *