lil-wayne-baby-kiss

Ca$h Money Millionnaires ou le gay-friendly hip-hop

Pour tous ceux qui croyaient que le hip-hop avait atteint des sommets d'homosexualité à la fin des années 90 avec les tenues en aluminium tirées tout droit du film "ASS SPACE INVADERS" de P.Diddy et de Ma$e qui se frottent l'un contre l'autre dans le mémorable clip de "Notorious", voici la preuve que non.
Birdman, l'incroyable homme piaf et son fils spirituel Lil' Wayne nous prouvent avec la dernière couverture du magazine XXL qu'on peut-être un gangster qui aime les autres gangsters, très fort, très dur...

Troll de l'année 2007 = DA de XXL Magazine, pour une fois aptement nommé

Cette couverture m'émeut au plus haut point et je lève mon verre de Sizzurp à XXL qui, pour fêter ses dix ans dans le rap jeu s'engage dans ce chemin boueux et tortueux qu'est l'homosexualité chez les gangsters. Et oui, les homos ont la vie dure dans le hip-hop. Ils n'osent pas s'assumer, que se soit P.Diddy le roi de la banane qui doit maquiller son compagnon de lit en majordome sodomite ou Cam'Ron qui essaye de nous faire croire qu'il a oublié d'enlever son costume de flamand rose après le carnaval...mais moi j'ai bien entendu qu'il gueulait "Mo' Homo" dans ses sérénades à Jism Jones, quel activiste celui-là...
Bref, les Ca$h Money Millionaires eux, n’ont pas fait dans la dentelle. Pour faire un peu d'histoire derrière cet illustre clique de bons-à-rien, leur création est le fait de deux entreprenoirs du nom de Birdman (ou Baby), et son sosse Slim Don qui apparemment avait prévu le revival des pantalons cigarettes 15 ans à l'avance. Les membres les plus connus de cette clique ont été Juvenile, B.G, Turk et le petit Wayne. Le producteur attitré de ces nouveaux poètes n'était nul autre que Mannie Fresh aussi connu sous le doux pseudo d'Isio 4 à cause de ses fameux tétons en goutte d'huile.

La preuve par Google

Fort de leur influence grandissante dans le rap jeu, les Millionaires de l'argent liquide ont alors décidé de dévoiler leur homosexualité peu à peu pour ainsi prouver au monde qu'on peut avoir beaucoup d'argent et aimer regarder les films de gladiateurs, à plusieurs, en slip. Ainsi après avoir créé le mot "bling-bling" que l'on a malencontreusement définit comme la célébration du culte de l'ostentatoire par une onomatopée répétée alors qu'il s'agissait en fait du bruit des couilles de baby qui claquaient contre le cul de Lil' Wayne, ils décidèrent de glisser des indices à droite à gauche.
Ainsi, si adopter des membres comme Juvenile et Lil Wayne n'avait pas suffit pour que Don Slim et Birdman déclarent au monde leur amour des jeunes anus, les prochains membres enrôlés, dans l'ordre : Nutt, Yummy Bingler et Ziggy The Wiggler entre autres (ces 3 noms sont malheureusement ceux de vraies personnes qui toutefois ne devaient pas vivre dans la même réalité que nous) avaient pour but de mettre les choses au clair. Et bien que nenni. Même la formation du premier Boys Band du Hip-Hop adéquatement nommé les Hot Boys n'y fera rien.
Les querelles intrinsèques du groupe finiront par voir partir la plupart des membres de cette amicale des choristes de New Orleans, déchirés par des triangles amoureux à gogo. Juvenile partira célébrer la mort de son chéri Soulja Slim, B.G ira fonder une YMCA, Mannie Fresh enregistrera une ode à son pénis (Real Big) et Young Buck ira toucher le jackpot en la personne bien sculptée de Fifty Cent, le rappeur qui fait des mimis à ses copains quand ils ne se causent plus et qu'il est triste.

Un bisou et on oublie tout

Mais le coeur des Ca$h Money Millionaires ne déviera pas de son but, réduit à deux, Lil Wayne et Birdman vont redoubler d'efforts et de militantisme pour faire éclater la vérité et pleins d'autres choses (nahmean) au grand jour. Ils iront même jusqu'à s'enduire d'huile et se faire des câlins torse nus, se tatouer respectivement leurs visages sur leurs corps, s'embrasser au grand jour (avec la langue, bah).

"Si, si, je t'assure j'ai vu ça dans un film de mafieux, ou de gladiateurs"

Cette photo sera rejetée comme un bébé à 12 orteils par les négationnistes du man-on-man love du monde entier. C'est pourquoi je tiens une fois de plus à féliciter XXL d'avoir su soutenir les rois du "thug lovin'" et vivement une couverture sur Lil'Kim dans la prison des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *