SINIK-MEDINE-les-16-verites

Sinik feat Médine : était-ce vraiment nécessaire ?

Alors que nous avons pu découvrir la semaine dernière le clip officiel des "16 vérités" de Sinik et Médine, une question aussi inéluctable que logique se pose : ce featuring, était-ce bien nécessaire ?

Le thème, vu et revu dans le rap, est celui de l'auto-clash : grosso-modo, reprendre les critiques faites par les détracteurs (public, presse, autres rappeurs), et les tourner à la dérision, voire, pour les moins feignasses, y répondre.

Donc bon là on a Sinik, pas le moins critiqué des rappeurs français, et puis Médine, autant dire qu'à l'écoute du morceau et de leurs flows respectifs, la boite d'aspirine y passe cul-sec. Mais loin de nous l'idée d'aller chercher de la musicalité dans ce morceau (autant aller chercher de l'amour pour la nation juive dans le cœur de Joseph Goebbels), intéressons-nous à son contenu.

Alors le clip commence avec cette citation :

Alors là, deux choses :

- déjà, le sous-entendu selon lequel ce concept de se critiquer soi-même fait de Sinik et son copain des hommes intelligents. Et toujours cette même faculté impressionnante des rappeurs pseudo-conscients à se regarder le nombril en toute complaisance.

- deuxièmement, pourquoi ces abréviations "P.M.pbsl", alors que la version complète, Prophète Muhammad Paix et Bénédiction Sur Lui (sallallâhu 'alayhi wa sallam en version originale), rend bien plus honneur à son auteur. Je vais passer sur ce point que je me permets juste de faire remarquer, car je ne voudrais pas créer un débat sans rapport avec ce dont nous traitons.

PASSONS A LA SUITE

Hormis les questions existentielles (pourquoi ces lentilles ? qu'est-il passé par la tête de Malsain l'Assassin pour qu'il endosse un gros U-tréma ?), arrêtons-nous au problème principal de ce son (hormis les flows-mal-de-crane bien sûr) : Médine et Si-si-sinik avancent critiques et contestations, quasiment toujours au premier degré, sans apporter AUCUNE réponse. C'est donc ce qu'on va s'atteler à faire à la place aujourd'hui (foutus feignasses ces rappeurs, on fait le boulot à leur place).

Le couplet de Sinik :

Le premier truc qui titille l'esprit, c'est ça : "Tu ne parles que de la tess, de la taule et de ses tauliers". Parce que quand on pense Sinik, on pense aussi Big Ali et Bienvenue chez les Bylka. Faudrait pas non plus se prendre pour un rappeur hardcore qui ne parle que de heps à chaque mesure. Tu traines de sacrées casseroles.

Ensuite y'a pas mal de questions sans réponses genre "Dis-moi t'en connais grave, des rebeus qui s'appellent Thomas ?". On aimerait bien savoir s'il en connait. Perso au taff y'a un mec qui s'appelle Alain Mohamed, j'vous jure c'est vrai. Et puis y'a plein de meufs kabyles qui s'appellent Céline, alors excuse-moi Thomas Idir mais t'aurais au moins pu faire l'effort de répondre à la question que tu te poses à toi-même.

On arrive alors à la phase la plus frustrante du morceau : "Pourquoi le carton rouge ne sort pas ? Pourquoi tu dis rien ? À croire qu'tu fais la tantouze, dommage car on l'attend tous". Alors là, on aurait aimé une réponse, un indice, une référence caché, un bonus-dvd, je sais pas, même une putain de miette on était preneur. Et rien. Rien du tout. Une question, pas de réponse, on passe à la suite. Cette phase c'est du vice absolu, c'est avoir nues en face de soi Kim Kardashian + Charlize Theron + une tonne de GHB,  et se révéler impuissant. Franchement Sinouk t'as pas fait grand chose de bien dans ta carrière, mais alors cette phase là, c'est vraiment plus bas que tout.

Sinik termine par un "Admettre qu'on a fait fausse route, c'est ça avoir des grosses couilles" qui sous-entend clairement qu'il serait doté d'attributs testiculaires hors-norme. Mon sens du devoir journalistique m'ayant déjà poussé au sacrifice en me forçant à écouter plusieurs fois ce morceau, ne comptez pas sur moi pour aller vérifier ses dires.

Le couplet de Médine

Déjà, il semble essentiel de noter que Médine a beaucoup plus de style avec des lentilles que Thomas-Idir. Le fait qu'il n'en mette qu'une seule et pas deux y est certainement pour quelque chose (ne dit-on pas "une lentille ça va, deux lentilles, bonjour les dégats" ?)

Alors Médine il attaque fort avec un "T'as perdu mon estime le jour où t'as laissé Nessbeal marcher sur ton style soi-disant par preuve de modestie" qui rustre immédiatement tout bon amateur de beef. Médine assume parfaitement de s'être fait insulter et de ne pas avoir répondu, c'est selon le point de vue, preuve de grandeur ou preuve de lâcheté (ou preuve de flemmardise aussi vu que ces putains de rappeurs sont des feignasses pire que les chômeurs et les auteurs de ce site).

Ensuite on a un "De toute façon c'est haram, tu ferais mieux de rejoindre Fabe" qu'il aurait pu être intéressant de développer, puisque cela reste un grand débat parmi les musulmans : la musique est-elle haram ? Le rap a fortiori ? Médine étant un mec qui aime documenter ses textes et travailler ses arguments, on aimerait entendre son opinion sur le sujet. MAIS NON, RIEN.

Dans cette succession de questions sans réponses, notons le "Demande aux Black Panther si leurs t-shirts coûtaient la peau des fesses", parce que c'est vrai que des t-shirts à 40 euros voila quoi. Surtout si c'est pour t'afficher en montrant à tout le monde que t'écoutes du Médine.

Dans la même veine que le "de toute façon c'est haram", le "Change de patronyme, tu salis l'image de la ville sainte" apparait comme une autre critique légitime de la part de la communauté musulmane. Médine semble bien conscient du problème que cela pose à ses coreligionnaires, pourquoi ne prend-il pas la critique à bras-le-corps pour défendre son droit à utiliser ce patronyme ? Après tout, c'est son prénom, il en fait ce qu'il veut. Pourquoi ne nous dit-il pas ça ? Genre "Change de patronyme, tu salis l'image de la ville sainte, mais c'est mon prénom alors vous pouvez vous carrer un ceintre !"

"Le rap conscient est dead avec Ahmed Deedat en 2005" <= ça mon coco, t'aurais pu t'en passer

Gros big up pour le "On peut tromper une fois mille personnes mais pas mille fois la même" qui renvoie directement au film débilement culte "La cité de la peur" et fait perdre toute crédibilité à un texte somme toute très terre-à-terre.

 

Tout ça pour dire que ce genre de morceau, non seulement ça fait mal à la tête, mais surtout ça n'a aucun intérêt si ça n'apporte absolument aucune réponse. L'autocritique c'est bien mais faut que ça serve à quelque chose. Si c'est juste pour dire "ouai on dit ça et ça sur wam" mais que t'as même pas l'air de prendre ces reproches en considération, t'as juste l'air d'un con. COMME SI T'AVAIS BESOIN DE CA THOMAS

 

 



  • 17 thoughts on “Sinik feat Médine : était-ce vraiment nécessaire ?

    1. Article en grosse partie incorrecte plutôt.

      Si c'est une critique sérieuse, et malheureusement je pense que oui, avant de demander des explications à tout va dans un morceau qui dure 5min il faudrait surement se renseigner avant.
      Tout simplement concernant Médine, sa philosophie (eh oui on peut aller à ce point) ne se résume pas à cette musique mais à toute sa discographie. Donc avant de pouvoir affirmer qu'il n'apporte aucune réponse (je parle surtout du cas de Médine là) il faudrait se renseigner un peu avant et voir TOUS ses textes, car c'est un très long et important travail qu'a effectué Médine bien qu'il soit un feignant de rappeur évidemment pour reprendre les termes.
      Donc bon courage à l'auteur qui n'est pas une feignante elle évidemment pour poster une critique sans chercher à répondre à ses propres questions, si jamais le flot pique trop les oreilles et les paroles trop difficiles à comprendre il reste à chercher simplement les lyrics sur internet.
      A bon entendeur.

    2. J'en doute pas vu le texte, mais alors faut pas essayer de faire passer sa pour une critique sérieuse, pro(la construction du post,l'annonce de répondre aux questions) alors qu'en réalité on dirait plus un simple amusement pour se défouler et critiquer à tous va sans aucun fondement réel.

    3. A la vue de ton article j'ai envie de sortir une phrase plutôt célèbre de ce bel art qu'est le rap français : "dis moi toi qui sait tout, si tu kiffes pas renoi t'écoute pas et puis c'est tout..."

    4. Resumer Sinik a BIenvenue chez les bylkas Me semble un petit peu leger quand meme si tu connaissait un petit peu sa discographie tu t abstiendrai, concernant Medine dans le morceau Arabospiritual il repond a ce que tu dit dans ton post. Et un feat sur l auto clash tu dit que c est du vu et revu... Il me semble pas non.

    5. Moi je trouve que le clip et les paroles sont un peu des provocations à Booba comme le T-shirt ünkut porté par Sinik, il parle de carton rouge sachant que Booba a fait un carton rose sur lui, ainsi Medine fait référence à Nessbeal l'ancien protégé de Booba, et Il parle de Rick Ross et il me semble qu'il a fait un featuring avec Booba !
      Coïncidence ? Je ne pense pas !

    6. Merci Théo 12, je partage ton avis.

      Quant à "Grand Patron", le jour où tu vendras autant de disques que Sinik on en reparle.

      Article gratuit et sans intérêt aucun.

    7. Ceci est faux, il n'y a pas de divergence entre les musulmans concernant l'interdiction de la musique, l'alcool et l'adultère.

      De plus dans les sources divines, Le coran interdit la musique, de nombreux ahadiths interdisent, les sahabas, les pieux prédecesseurs, etc... interdisent la musique.

      La personne qui rend licite ce que Allâh a declaré illicite ou rend illicite ce qu'Allâh a rendu licite est
      1- soit kaffir(non muslim)
      2-soit un ignorant qui n'as pas encore recu la preuve.

      Et si le 1 est satisfait d'être suivi dans la désobéissance à Allâh, il devient 1 Taghout(fausse divinité) et les personnes l obéissant dans sa désobéissances deviennent ses adorateurs.

      Le rappeur(ou autre pecheur) qui reconnait son péché mais le fait quand même par passioon n'est pas considéré comme kaffir mais comme un fassiq (muslim pécheur)

    8. Bonjour, j'aime bien vos chroniques, j'ai découvert ça que récemment du coup je me tape aussi les anciennes chroniques. Et pour une fois, les préférences des auteurs en matière de rappeurs n'influent pas sur la qualité des articles sauf quand il s'agit de Lino ... Bah par ce que c'est Lino, Lol. Continuez et perso je me marre au même temps y'a du fond dans tout ça , continuez comme ça bon courage.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *