revolution-nbc-640x350

Revolution : la critique

Dernière production J.J.Abrams, Revolution nous conte l'avenir de notre civilisation, 15 ans après un black-out ayant entrainé la fin de l’énergie électrique. Critique des premiers épisodes de la série, à travers le regard de trois des membres de l'équipe Captcha.

Scenario/dialogues

Genono : L'idée de base est excellente : que deviendrait le monde sans électricité ? L'intrigue générée en revanche, pêche complètement. La milice qui a pris le pouvoir ; l'oncle planqué depuis 15 ans parce qu'il est responsable du black-out, mais retrouvé en 10 minutes par une gamine de 15 ans ; les mystères inconsistants qui ne titillent même pas la curiosité du téléspectateur ... Tout est trop fade. On conseillera aux auteurs de prendre exemple sur une série comme Flashforward, qui, dans un style similaire, sait créer l’intérêt et l'envie de connaitre la suite.

Mugen : Sur le papier, le scénario a un gros potentiel. C’est vrai que l’idée est bonne : les scénarios de survie dans un milieu post-apocalyptique, on en raffole, surtout chez Captchamag. Plus aucune source d'électricité a la surface de la planéte, c’est intéressant... Sur le papier. Tu te dis un peu que ça va être violent, avec de la survie, des grosses tensions avec les milices qui ont pris le pouvoir, ce genre de truc. En fait non, c’est très fade, ce qui est le mot convenable pour dire nul a chier.

Asura : Le scénario : la planète ('fin juste les USA parce que le reste en fait je pense qu'on le verra jamais), n'a plus d’électricité. Et bien sûr, on ne sait pas pourquoi. 15 ans après, les gens sont toujours sans électricité. Le monde est redevenu comme après le big bang, une jungle sauvage, sans les dinosaures et des ruines de nos derniers siècles (ndlr : cette phrase a certainement été écrite sous l'effet de substances illicites et dangereuses). Une milice recherche quelqu'un qui en sait un peu trop sur cette coupure d’électricité. C'est basique. Ça ressemble un peu a Flashforward (autre bonne série malheureusement arrêtée prématurément), le "15 ans plus tard" n'a pas grand intérêt, hormis le fait d'être créateur d'incohérence, c'est surtout un prétexte pour le retour a la nature de la civilisation, fleuraison et tout ce bordel vert là (ndlr : la nature de la dite-substance se précise). C'est des grosses lignes, à part pour le départ qui étonne un peu au niveau des persos, tout le reste est un peu plat, avec quelques montées de temps en temps et des cliffhangers toutes les 15 minutes, ce qui permet de tenir le téléspectateur en haleine (de poney).

Mise en scène/décors/photographie

Asura : La mise en scène est assez plate (bien ficelée cependant), avec soit des cliffhangers assez osés, soit des grosses lignes. Ça oscille tout le long de l'épisode mais ça fait le taff. Les décors sont magnifiques, on sent bien que JJ Abrams et Jon Favreau ont mis les thunes là-dedans. Tout le long on en prend plein la gueule (nohomo) et c'est une des raisons pour lesquelles je regarde là série. La photographie est aussi magnifique, la série à un rendu très propre (voir peut-être trop a certains moments).

Genono : Les moyens sont là, les décors sont impressionnants. C'est propre. Un peu trop peut-être. Un monde post-apocalyptique bien rangé en somme. La vie est devenue rurale. On aurait aimé voir des villes dévastées, pillées, un cadre beaucoup plus noir, une civilisation complètement ravagée. On en arrive à la même conclusion que pour le scénario : c'est propre et lisse, au point de devenir fade et sans saveur.

Mugen : La mise en scène est propre, sans vous éclater a la gueule non plus. En même temps vu le budget de la série (qui, je le rappelle, est produite par J.J Abrahams), ils se seraient bien foutu de notre gueule sans avoir pondu une mise en scène qui claque un peu. Il faut le dire il y a parfois des images magnifiques sur quelques plans, très courts, de bâtiments vieillis par le temps où la nature reprend ses droits. Ils se comptent sur les doigts d’une main, soyez prévenus. C’est pompé à mort sur I am a Legend et les autres films du genre, mais c’est beau. C’est même trop beau, 15 ans après un blackout, on s’attend a une atmosphère un peu plus sombre. Là non, on découvre un joli petit village ou tout le monde vit paisiblement comme au moyen âge, personne n’est malade (à part Monsieur B, mais j’en parlerai plus tard), les enfants vont a l’école, les filles sont belles et bien maquillées, tout va bien dans le meilleur des mondes. Au bout d’un moment, on se dit qu’en fait ça n’a rien a  voir avec l’apocalypse, on dirait juste un putain de village de mormons ...

Casting / acting / interêt des personnages

Mugen : A chier. Complètement à chier sur toute la ligne. Les acteurs, en plus d’avoir tous des têtes de premiers de la classe, jouent comme des putains de figurants de web-série a petit budget, et encore. C’est surjoué a fond, les dialogues sont aussi merveilleusement débiles que prévisibles (ce qui est quand même une performance), c’est juste affligeant. Mais développons un peu : cette série est bourrée ras la gueule de clichés foireux, et accrochez vous, tout y passe. De la pouffiasse blonde super niaise qui a le charisme d’une pauvre truite, au geek barbu a lunettes évidemment gros et super intelligent, c’est un merveilleux condensé de tout ce qu’on ne veux / peux plus voir dans une série. Il y a aussi le bel inconnu qui vient sauver notre trio de tocards mais qui s'avère être un méchant, on est subjugué par tant de surprises et de rebondissement ... Et clou du spectacle : le frère de l'héroïne, qu’on va appeler Monsieur Baltringue.
( ATTENTION SPOIL ) Dans la première scène-clef, on voit «mister Gus Fring» en chef de la milice et sa troupe de soldat arriver, et engager une conversation avec le chef de notre petit village mormon, le père de la pouffe rebelle et de Mr B. Mais le gros LOL, c’est que c’est Monsieur Baltringue, pris d’un élan de courage, ou de stupidité profonde (finalement on doute), qui décide de braquer seul les 10 mecs armées jusqu’aux dents avec une arbalète : bien joué ducon, tout le monde se fais descendre et son connard de paternel avec. Sans déconner, quel mec sur terre pourrais être assez con pour braquer des mecs armés de fusils, avec une putain d'arbalète ? Ça n’a pas de sens, et le pire c’est que la mise en scène voulait feinter un genre de suspens insoutenable, une tension palpable, mais en fait c’est juste une scène d’ouverture à la limite du nanar ... Bien joué.
Genono : A l'image du reste de la série, le casting est propre et lisse. Des personnages bien trop simples et caricaturaux pour espérer trouver chez eux une quelconque profondeur. Même l'excellent Giancarlo Esposito (Breaking Bad, Usual Suspects) semble perdu dans cet univers post-apocalyptique si aseptisé. Pour le reste ? Un nerd ex-employé de chez Google, un jeune beau-gosse musclé que l'on croit gentil puis qu'y s'avère méchant puis ..., une jeune connasse qui tombe amoureuse du mec qu'il faut pas, etc. Des personnages sans surprise, très prévisibles, et aux réactions presque incohérentes, semblables, dans une moindre mesure, à la gentille bande un peu niaise de The Walking Dead (la série). Idée pour la suite : faire mourir tous ces personnages et repartir à zéro.

Asura : Juliet de Lost (meilleur série du monde, courez la voir), et Mr Poulet de Breaking Bad en méchant. Il joue comme d'hab a merveille son rôle d'enculé, il repousse les limites de son perso de BB, et ça c'est bien, un bon enculé dans une série. Le reste je les ai jamais vu dans une autre série. La petite fille est super relou, bornée, elle joue magnifiquement bien le rôle de la casse-couille. L'oncle-machin, dans le rôle du repenti qui regrette d'avoir fait des conneries, aussi. Le nerd a une bonne tête, bien que cliché (d'ailleurs j'ai eu un grand sourire quand on a découvert où il bossait). Après ça joue pas très bien pour certains persos, je pense au perso blond là, Danny, qu'on a tout le temps envie de tarter.

Bilan

Mugen : C'est de la merde et ça manque de zombies.

Asura : Je continue a regarder la série malgré ses défauts, bien sûr ce n'est pas au niveau de Lost, mais c'est pour moi plus intéressant que The Walking Dead, Terra Nova ou encore Falling Skies. Pour moi c'est beau, ça a un bon background (malgré leur connerie de 15 ans après), les intrigues sont cools bien qu'un peu grosses (mais contiennent des cliffhangers intéressants), des acteurs plus ou moins bons, mais j'ai hâte de voir la suite chaque semaine. Je suis bon public, vu que ça fait des lustres que j'ai pas vu une série avec des mystères et de l'aventure bien réalisée et avec des moyens (coucou Terra Nova et ses dinosaures moins réalistes que dans le premier Jurassic Park)

Genono : Une idée de base excellente, un rendu propre mais sans saveur : Revolution rappelle dangereusement Terra Nova. En gros, un éléphant qui accouche d'une souris. La magie qui a fait de Lost une série mythique n'opère pas. Dans le même genre, même Flashforward, série pourtant arrêtée dès la fin de la 1ère saison, présente beaucoup plus d'intérêt. Intrigue fade et prévisible, univers trop stéréotypé pour être crédible, personnages sans intérêt : sauf miracle, on fonce droit dans le mur.

One thought on “Revolution : la critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *