100j

The Walking Dead, Tome 17 : Terrifiant

A l'heure où la série tv semble enfin trouver un rythme décent, la France s'apprête à accueillir le tome 17 du comic de Robert Kirkman. Correspondant aux volumes 97 à 102 de la version américaine, "Terrifiant" saura-t-il donner un souffle nouveau à un univers qui perd en intérêt depuis quelques mois ?

En s'imposant (ou en se laissant imposer) un rythme de parution aussi élevé (plus ou moins un volume par mois depuis 2007), Robert Kirkman prend forcément le risque de se perdre, de perdre en qualité, en densité, et donc en intérêt. Ce volume 17, prévu pour février 2013 (mais que nous avons pu nous procurer) démarre après que Rick et ses amis aient passé un accord avec la communauté de la colline, à savoir un échange a priori équitable entre nourriture et médicaments d'un côté, et protection face à Negan et ses hommes de l'autre.

Premier bon point de ce dix-septième tome : il se passe enfin des choses. Déjà, la mort de plusieurs personnages importants (dont nous ne révélerons pas les noms ici évidemment - no spoil). Robert Kirkman prend enfin des risques, et fait disparaitre un protagoniste présent depuis le tout premier volume. Alors, on est forcément un peu attristé de le perdre, puisqu'on s'est attaché à lui, mais que c'est bon de sentir, enfin, que n'importe qui, à n'importe quel moment, peut disparaitre. Qui n'a pas été surpris, après l'épisode de la prison, de voir mourir Lori et son bébé ? On apprécie donc de voir à nouveau nos certitudes bouleversées, de sentir à nouveau qu'aucun membre du groupe n'est intouchable ou immortel (excepté Rick, en toute logique).

Deuxième chose : le personnage de Negan constitue enfin un antagoniste humain crédible. Il vient prendre la place qu'à occupé en son temps Le Gouverneur, dernier méchant véritablement charismatique de la série. L'apport de Negan est salutaire : alors que le tome 16 semblait tendre vers un semblant d'espoir, ce nouveau vilain replonge tout le monde dans le désespoir le plus total, et ce, de manière très brutale. Dans un univers post-apocalyptique, marqué par des morts à chaque épisode ou presque, la noirceur et le manque d’espérance sont aussi nécessaires que porteurs de sens et de cohérence. Comment un personnage comme Rick, veuf, amputé, avec la responsabilité d'un fils et d'une communauté sur les épaules, et vivant dans un monde de désolation, de mort et de putréfaction, pourrait-il entrevoir la moindre once de lumière ?

Du côté des personnages secondaires, Michonne, jusqu'ici le personnage le plus charismatique et apprécié, perd dans ce volume de l'importance. Présence moindre et surtout peu nécessaire, espérons que Kirkman n'ait pas déjà fait le tour de son personnage. On se demande, en revanche, ce qu'il compte faire de Carl. Personnage noir, chez qui on pressent une destinée importante mais complètement inaccomplie, il serait temps de rendre Carl réellement important, ou alors de le faire disparaitre complètement. Celle qui prend de l'importance, c'est Andrea. Du statut de simple sniper d'élite, que l'on ressort de sa boite uniquement en cas de besoin, elle s'affirme en même temps que sa relation avec Rick se développe. Les zombies ? Il y a bien longtemps qu'ils ne servent plus à rien, et c'est bien dommage. Leur redonner un rôle central serait plus que judicieux.

Au final, "Terrifiant" marque un léger tournant dans l'univers de The Walking Dead. De par la disparition de personnages importants, et le chamboulement des forces en présence en même temps que de certaines certitudes ancrées depuis bien trop longtemps, Robert Kirkman réussit à surprendre, et à donner un nouveau souffle à une série qui s'épuisait dangereusement ces derniers mois.

Gageons que la suite continue à nous tenir en haleine, nous prendre suffisamment à contre-pied, et que cet univers qui a déjà beaucoup donné ne s'embourbe pas dans une intrigue trop molle ou trop prévisible. La série semble remise sur les bons rails de coke. Qu'elle sache s'arrêter avant l'overdose, c'est tout le mal qu'on lui souhaite.



  • 3 thoughts on “The Walking Dead, Tome 17 : Terrifiant

    1. Han ce spoooooooooooil ! C'est clairement Glenn qui crève (je dévoile rien, tout le monde aura pigé), c'est la seule personne qui est là depuis le tome 1, à part Rick, Carl et Andrea, qui vont apparemment prendre plus d'importance.

      Du coup, je viens de vérifier, et c'est une mort nulle, genre "bon, au hasard, Glenn". Bordel. C'était le meilleur personnaaaaage ! J'aurais préféré voir Maggie crever (j'ai pas lu le truc en entier, j'ai juste vu la page qui m'intéressait, donc peut-être qu'elle meurt après, mais bon), elle sert à rien, elle.

      En tous cas j'espère que ça sera pas repris dans la série, j'aime bien celui qui joue le personnage, et j'aime même son doublage en français...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *