La-porte-vers-le-passé

Looper, la banane du siècle

J'avais du porno en retard mais je me suis dit que j'allais quand même jeter un oeil à Looper avec sa bonne promo et son casting sympa. J'aurais mieux fait de me scarifier l'oignon.

Autant te le dire tout de suite, je vais spoiler tout le film ici. Je pars du principe que t'es quelqu'un de goût, qui aime le bon ciné aussi en déduis-je bêtement que tu n'iras pas gâcher 2h de ton temps et 10 précieux euros dans un navet comme celui là.

Déjà le pitch : Joe est un homme de main dans la mafia en 2044. Ses patrons lui envoient du futur des victimes à exécuter. Comment ? Ils détiennent une machine à voyager dans le temps. Un jour, on lui envoie lui-même mais vieux. Cas de conscience.

Déjà le film est hyper mensonger dans le sens où tout le reste du film n'a quasiment rien à voir avec ça. La machine, on l'entre-apercevra 20 secondes sous la forme d'un coffre fort / boule chelou dans laquelle Bruce Willis entrera. C'est pas un genre de carrosse rétro avec des hélices ni une bagnole transformée pour l'occasion. Nan, on dirait une grosse boule de fonte creuse sans aucun style. Déception. Ensuite le Bruce Willis, il sert globalement à rien dans le film. Son seul but c'est de sauver une chinoise muette qui l'a sorti de la drogue mais n'a jamais su lui pondre un gamin. Il a les glandes et donc il va se venger de ceux qui lui ont mis une balle pile dans l'utérus en venant le capturer.

C'est là où toutes les critiques ciné bienveillantes peuvent aller s'entre lécher la base du gland. Bruce Willis, un genre de vieux badass avec une seule expression faciale (les yeux plissé, la bouche serrée, le regard dur) retourne dans le passé pour dézinguer quelqu'un qui sera gênant dans le futur. ALLOOO ?! Ca vous rappelle pas Terminator ?
Rian Johnson, sale batard, tu m'as menti. Tu m'as fait croire que je verrai un film d'anticipation un peu cool où y'avait une intrigue sympa. Au lieu de ça je me retrouve à matter Joseph Gordon-Levitt dans une ferme pendant la moitié du film.

Ah ce bon Joseph, la bonne banane du film. Dans la vie, le gars a les yeux noirs. Dans le film, il a les yeux bleus. Il porte des lentilles de couleur le type. DES LENTILLES DE COULEUR. On dirait les petites beurette qui roulent en bande à Roubaix. Il lui manque plus qu'une fausse écharpe Burberry et un faux sac Vuitton et je me prends au jeu. Pouilleux va. Sachant que c'est Bruce Willis qui, des deux, a le rôle le plus mineur, pourquoi est ce que Bruce Willis a pas mis, lui, des lentilles noires ? Réponse : parce que tu fais pas porter des lentilles noires à un gars qui a sauvé New York avec Samuel Jackson, le tout dans un marcel blanc souillé du plus bel effet.
T'aimes les incohérences dans les films ? Rep a sa : le bon Joseph se prend une décharge de fusil à pompe a 5 mètres mais n'en meurt pas. Il a juste quelques grains sous la peau et cinq minutes après le coup de feu, il taille le bout de gras assis contre un ballot de paille avec Emily Blunt qui est aussi utile qu'une capote pour un eunuque. (EDIT : le bon @Zafinho me fait part du fait que le fusil est chargé de gros sel. Preuve, si besoin était, que ce film est vraiment merdique et incohérent. Pourquoi pas du piment d'Espelette ou des herbes de provence ?) De toute façon, dès le début, Bruce Willis te dit clairement que tu peux aller te faire enfiler si t'as remarqué des incohérences. Quand le bon Joseph lui pose plein de questions pratiques sur son voyage dans le temps et ses implications au niveau de la mémoire, il répond quoi le bon Bruce ? "ON S'EN BALANCE".

Sérieux les scénaristes là, vous croyez que je suis allé gratter des places moitié prix au gros pochard du CE de la boîte pour qu'on me réponde qu'on s'en balance de la cohérence du scénar ? Bande de batards.

Enfin, le méchant. AAAAAHHHH le méchant. Charismatique le méchant. Il a 5 ans le film. Mon neveu de 5 ans commence à peine à monter des Lego. Lui, le petit chiard du film, il répare des trucs et réclame des tournevis tout en débitant des répliques du niveau d'un adulte. On est où là ? D'autant que le moutard, qui joue les McGyver, quand sa mère l'engueule, il fait quoi ? Il pique une grosse crise. Putain les scènes du méchant dans le film, on dirait un gosse de bourge qui peut pas avoir son pull en cachemire dans un magasin Catimini. Le gosse quand il s'énerve, il crée des tempêtes et soulève des trucs. Mon pote, quitte ta ferme, ta mère la pute et rentre chez les X-Men.

Quant à Emily Blunt dans le rôle de la mère, inexistante. Inconsistante. Rien. Du vent. Best scène du film : allongée sur son lit, alors qu'elle envoie chier le Joseph depuis le début, elle se passe la main délicatement sur sa cuisse et comme elle a ni canard vibrant, ni dildo ni rien sous la main parce qu'elle vit dans une putain de ferme, elle fait quoi ? Elle appelle le Joseph pour qu'il lui mette un coup vite fait.

Je m'arrête là tellement c'est du grand n'importe quoi. Y'a tellement de trucs bien à voir en DVD que je conseille même pas d'aller voir ce film pour se rendre compte du fiasco. Putain, Bruce Willis c'était Die Hard, Armaggedon et là ? Un vieux clochard qui bute des enfants pour éviter de voir sa femme mourir dans un futur hypothétique ?

En plus, dans "Last Action Hero", Dany Madigan le disait à Schwarzy "le public n'aime pas qu'on tue les enfants à l'écran". Sauf quand ils sont les méchants d'un navet et que leur seul pouvoir, c'est de taper des crises.

2 thoughts on “Looper, la banane du siècle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *