Hanouna

Cyril Hanouna le coprophage televisuel

Il m’arrive de regarder « Touche pas à mon poste ». Et chaque fois, ce petit goût de merde sur la langue.

Chaque année, au mois de décembre c’est la même rengaine : foison de bêtisiers et autres zappings qui nous remémorent les « meilleurs » moments de la télé de l’année, voire de la décénnie. Systématiquement les mêmes images, les mêmes vannes, les mêmes chutes grotesques, les mêmes animateurs faussement sympa. Personne n’a mieux compris le concept de recyclage que Jean Marc Morandini, largement percé à jour dans d’autres articles mieux écrits, ce pourquoi je ne m’attarderai pas sur le sujet. Précisons simplement que le « business model » de Morandini est d’aller traquer la rumeur qui sera évoquée le matin à la radio, développée sur le blog dans l’après-midi pour finir au menu de l’émission de télé du soir.

Cependant force est de constater que ce modèle tend à arriver en bout de course, détrôné par celui plus vicieux encore de la coprophagie télévisuelle.
Corpo quoi ? CO-PRO-PHA-GIE. En gros : manger de la merde.
La coprophagie télévisuelle, c’est ce que fait avec brio Cyril Hanouna chaque soir dans Touche pas à mon poste. Tu n’as jamais regardé ? Je te fais le pitch : parler de la télé, en long en large et en travers, en montrer les quelques moments « cocasses » de la veille et inviter une équipe de chroniqueurs à les commenter.

L’honnêteté journalistique que m’impose la non-possession de la carte de presse m’oblige à dire que je regarde l’émission. Même que j’y passe un bon moment. C’est là l’effet le plus pernicieux : faire du vide, de rien, du recyclage du déchet un moment délectable. Toi qui me lis, tu pourrais me dire « pourquoi tu regardes si c’est pour critiquer ? » mais déjà, je t’emmerde, ensuite si je regarde et que je passe un bon moment, ça ne m’empêche pas de faire preuve d’esprit critique. Le principe de l’émission donc, c’est de faire intervenir une équipe de seconds couteaux sur des images de télévision. Uniquement ça, et rien de plus. Je parle de seconds couteaux parce que si tu es honnête deux secondes, tu conviendras que le mec de Télé 7 Jours là, où celui de l’Express, ou Gérard Louvin le producteur star des années 80, c’est pas les Avengers. Palme d’or du grotesque à Enora, la chienne de garde aux chicots de tigre à dents de sabre, féministe hurlante et grande gueule déplorable qui hurle pour tout, jamais d’accord avec rien. On y montre donc des moments de télé réalité, d’émissions diverses, et on plaisante ici d’une coupe de cheveux improbable, là d’une phrase mal prononcée. On fait venir des mecs sur le plateau pour faire du « décryptage » sur une faute de français où sur un détail en arrière plan.

Quand tu analyses l’émission – putain, analyser Hanouna quoi … - tu te rends compte qu’en réalité, aucun contenu original n’y est produit. Je veux dire : personne ne produit un élément original, on se contente de revoir en boucle des instantanés de télévision et de s’en moquer. Tout est à base de gimmicks (les « tu sors » infligés aux chroniqueurs lourdingues, preuve s’il en était besoin de l’inutilité de ces derniers), le conducteur enchaîne les rubriques faussement cool et les intervenant en tshirt fashion / veste ceintrée / baskets tendance qui ne font que brasser du vent en remâchant des images originales produites par d’autres.

La télé de 2013 : celle qui se regarde le nombril, se le lèche jusqu’à plus soif et demande au monde de regarder en rigolant. Parce que de rire, il n’est pas question dans TPMP. Enfin si, celui de l’animateur. Il semble être le seul à vraiment rire de l’émission, un rire comique je veux dire parce que toi, tu regardes çà en riant jaune de la quenelle que t’as la sensation de prendre. Le rire à la GadElmaleh : je balance une vanne vaguement marrante, elle fait un semi-flop, je la rebalance avec force rire abusé, plié en deux et je guette que le public me suive. Banco, le public est hilare. Pour l’intérêt comique de la vanne ? Que nenni. Parce que le rire est contagieux et que Hanouna est un genre de pute qui te le refile la chtouille à ton insu. Il faut quand même reconnaître que, vide de contenu original, l’émission est divertissante par son rythme, la multitude des ses chroniqueurs qui, individuellement, cumulent 3 minutes de travail effectif sur la totalité de l’émission mais, en groupe, forment une bande où semblent fuser les avis.  Je passe bien évidemment sur le rôle joué par l’invité du jour à savoir : le rôle de potiche. Parler brièvement du projet qu’il est venu vendre, regarder Camille Combal faire le con à côté de son pote Hanouna puis repartir sous les applaudissements. Et encore une fois, ça fonctionne.

Tout ça pour dire quoi ?
Que bien évidemment, il existe 10 autres émissions bien plus contestables du PAF auxquelles ont pourrait s’attaquer. Tellement Vrai, les Chtis mon cul sur la commode, toutes ces émissions racoleuses au montage épileptique et à la musique criarde sur fond d’engueulades dans un dialecte régional non-identifié. Mais ces émissions ont au moins le mérite d’être O-RI-GI-NALES. Elles sont connes, elles rendent la jeunesse bête à manger du foin, mais elles fournissent un contenu original et neuf chaque fois. Les émissions de « décryptage » du PAF moulinent la merde pour la remanger et en faire un étron tout neuf. Du moulinage du vide comme concept télévisuel. TPMP ne propose strictement rien de neuf et en fait pourtant un succès. Et fait des émules : La nouvelle édition du Canal + le midi a même son stagiaire/premier communiant/petit jeune l’air cool qui est là pour faire exactement le même boulot : recycler la merde produite ailleurs pour en faire une toute neuf sur son créneau à lui.

Et là, en regardant tout ça, en réfléchissant deux secondes tu te dis que la miss météo du Grand Journal sur Canal +, qui fait marrer personne avec ses 3 vannes pourries entre deux intempéries et un anti-cyclone, elle au moins elle écrit un truc. Elle produit quelque chose. Elle fait certes marrer personne mais au moins, elle essaie. C’est son mérite : produire un truc, essayer de construire quelque chose d’original. De la merde, mais la sienne. Parce que quitte à manger de la merde, autant que ce soit la tienne.



  • 11 thoughts on “Cyril Hanouna le coprophage televisuel

    1. Un grand bravo pour cet article. La forme ne fait pas dans la dentelle, mais tout est ici assez bien résumé.
      Je suis tombé sur cet article en cherchant sur Google: "Hanouna de la merde" et bingo.

      Comme quoi, je suis pas le seul à le penser.

      1. consternant de connerie et de bidonnage, pire que tf1,
        c'est peu dire. L'abrutissement des cerveaux ramollis va bon train ; pauvre humanité. Dire que ARTE ne fait que peu d'audience, çà me désespère. La lumière est pourtant là, ne me dites pas que çà divertit ce genre de cagade. "C.A." tu es pourri;

    2. Tout a fait d'accord. J'étais en train de me demander si pour certains chroniqueurs c'était le seul boulot qu'ils avaient de dire des conneries chez hanouna. Ça craint qd même. Y'en a qui ont faient des études de journalisme pour ça. C dur a imaginer. Moi aussi je mate parfois. Je ris aussi des fois. Mais en sachant très bien que c du rien du tout, du vent, du flan. Bref: de la télé

    3. Je rajouterai ceci: quand on voit les goûts musicaux de chiotte d'hanouna, l'entendre qualifier la musique des eagles of death metal de merde, c qd même énorme. Le gars ne doute de rien. Je pense pas qu'il soit de notre planète. C peut être une expérience de la cia, une image de synthèse. Je sais pas je cherche.

    4. Ça n'a rien à voir mais je me posait la question: est-ce qu'il y en d'autre qui comme moi trouve que yannick noah fait iech? Je voudrai monter un club de gens qui trouvent que yannick noah fait chier. Qui pensent que le tennis c mortellement chiant et que sa musique c'est de la grosse bouse. Rejoignez moi. Merci.

    5. Il est temps que cette personne soit viré de l'antenne de télévision.
      La peine de 3 semaines de non diffusions de publicité n'est pas assez lourde.
      Osons affronter cette ordure et signons une nouvelle pétition pour enfin le faire tomber le plus bas possible afin qu'il n'est plus rien.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *