Dans mes fantasmes, Nazis at the center of the earth, c'est ça. Dans la réalité, c'est juste un film tout pourri.

Nazis at the Center of the Earth

Après Iron Sky et ses nazis réfugiés sur la face cachée de la lune, voici Nazis at the Center of the Earth. Pas vraiment besoin de t'expliquer c'est quoi les bails : même délire, mais au centre de la terre. Fin de l'intro.

L'idée de base est donc de celles qui plaisent malgré leur simplicité presque débile. Une base scientifique en Antarctique, un passage secret menant au centre de la terre, petit coin sympa à la nature luxuriante, fleuri de bâtisses modernes ornées de drapeaux à croix gammées. La comparaison avec la bonne surprise Iron Sky, sa base lunaire et ses nazis surréalistes, est immanquable. On se rend vite compte qu'elle s'arrête là. Nazis at the Center of the Earth (que l'on réduira à l'acronyme NATCOTE pour plus de simplicité) n'aborde pas son sujet avec le second degré qui caractérise Iron Sky. Le ton est sérieux, on est, au moins pour les trois quarts du film, dans le film d'horreur pur et dur. Le mauvais film d'horreur. Celui qui, mal rangé au rayon DVD de La Foire Fouille, alors que tu cherches La Belle et le Clochard 2 pour tes trois gosses, attire ton œil fatigué grâce sa pochette accrocheuse et son prix soldé : cinquante pour cent, tu passes de quatre euros à deux euros.

Palme d'or des effets spéciaux pour cet hybride mi-Hitler mi-Robotnik
Palme d'or des effets spéciaux pour cet hybride mi-Hitler mi-Robotnik

T'es refait, tu te dit qu'une histoire avec des nazis au centre de la terre, ça ne peut être qu'excellent. Tu vois déjà les vannes, tu te mets même à rêver de voir des dinosaures, comme dans le roman de Jules Verne. Hitler sur un diplodocus, putain ! Voila qui aurait de la gueule ! Voila ce qu'aurait dû être NATCOTE. Au lieu de ça, qu'est ce qu'on a ? Une grosse heure façon film d'horreur miteux, avec quelques scènes gores à la Saw ou Hostel, mais avec les effets spéciaux d'un film de SF petit budget des années 80. Tu vois le genre ? Ca aurait pu être marrant si c'était assumé, mais tout est tellement premier degré ... Incohérences et les raccourcis scénaristiques sont légion, et conduisent malgré eux à des scènes surréalistes qui finissent par en être drôles. Un exemple : ce scientifique qui récupère les cellules souches foetales d'une femme enceinte ... en lui enfonçant un aspirateur dans la chatte. Même pas un aspirateur spécial avortements, ou un truc qui fasse penser de près ou de loin à un outil scientifico-médical ... nan nan, un aspirateur tout simple, le même que t'as chez toi, celui avec le sac que t'as pas vidé depuis des mois.
Niveau trucs cools, y'a aussi une meuf qui se fait violer par des zombies nazis.

Dans mes fantasmes, Nazis at the center of the earth, c'est ça. Dans la réalité, c'est juste un film tout pourri.
Dans mes fantasmes, Nazis at the center of the earth, c'est ça. Dans la réalité, c'est juste un film tout pourri.

Après à cette première heure clairement pas enthousiasmante, on termine par une dernière demi-heure complètement irréelle : on assiste au retour de Hitler, en mode cyborg : en gros, une tête moustachue posée sur le corps de Robotnik. Et quitte à rester dans l'univers de Sega, autant proposer des effets spéciaux dignes d'une megadrive : le summum est atteint avec ce super-ovni nazi censé être l'arme ultime pour conquérir le monde : rayons-laser bleus fluorescents, explosions à la japonaise, batailles aériennes approximatives ... un final nanardesque à souhait, brouillon et ridicule, mais suffisamment débile pour rattraper -un peu- l'impression globale que laisse le film.

Bref on va pas tortiller du fion pendant trois heures, regarder Nazis at the center of the earth, c'est perdre une heure trente de sa vie. Rédiger un article dessus, c'est une autre heure et demie de perdue. Alors nique sa mère, ne perdons pas une minute de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *