775202_10151650638591562_106266207_o

Les rappeurs français et leurs paraphilies (partie 3)

A lire si ce n'est pas déjà fait : partie 1 - partie 2

Quand il n’y en a plus, il y en a encore…nous poursuivons, et achevons maintenant notre vaste enquête sur la sexualité débridée des rappeurs français. Une sexualité hors de toutes conventions, faite toute à la fois de relations homosexuelles, de plans culs zoophiles et de viols en réunion. En deux articles nous avons déjà pu constater que nos mc nationaux avaient de quoi s’inquiéter quant à leur vie sexuelle, mais, non content d’avoir déceler chez eux des caractéristiques gérontophiles ou sadomasochistes , Captcha Mag est reparti sur le ter-ter, pour relever dans le rap game des tendances exhibitionnistes, fétichistes et pédophiles. A cela s’ajoute un attrait pour des paraphilies peu communes : la salirophilie et la mysophilie, qui correspondent peu ou proue au fait de baiser dans la crasse et la saleté …

ON FAIT CA SALEMENT

Alkpote+et+la+crme+du+91Si l’on en croit les textes des rappeurs français, leurs bites sont aussi dirty que leurs beats. Evidemment, c’est à l’Empereur de la crasserie  Alkpote que nous devons donner la parole en premier : « mon zizi sale attire les rates » s’exclame-t-il avec une certaine fierté dans L’empereur. Un petit retour à l’article précédant vous permettra de saisir le pourquoi du comment de la présence d’animaux ici, Alk faisait partie de la ligue des zoophiles du rap français. Il révèle désormais qu’il appartient également à celle des mysophiles, ces personnes excitées par les choses ou personnes souillées. La sombre gargouille puante du 91 laisse tomber toutes les règles d’hygiène. Mycoses sur le sexe et moisissure sous les roubignolles, Alkpote arrive dans la boite pour choper de la gonzesse crado. Car, oui, Alk exige de ses partenaire sexuelles qu’ils soient tout aussi peu portés sur la propreté que lui. D’ailleurs il n’aime que les femmes qui ont une expérience en la matière, et ne va pas fourrer sa teub dégueulasse dans n’importe quelle bouche lavée : « Les petites garces que je partouze on pipé trop de clodos sales » ! Quand il explique cela sur Sisisi gros, on comprend bien que le casting pour les bukkakes avec Gainzbeur est assez exigeant. Visiblement, n’importe quelle crasseuse n’est pas conviée, seules celles ayant copulé avec des sans abris pas lavés depuis un certain temps ont le droit de pomper le loustic. Et pour le coup, il ne semble pas mettre d’eau de Cologne sur son engin, comme il s’en était pourtant vanté dans le poème intitulé Sucez moi !

"Menstrual Blood and bath"
"Menstrual Blood and bath"

Les pratiques de Taipan, le protégé de Youfoufa, sont tout aussi peu ragoûtantes. Si son discours s’est un tantinet aseptisé depuis sa signature chez Bomayé Music, le bougre, dans sa discographie compte quelques phrases choc sur sa vie sexuelle. Par exemple dans Muscle d’amour, il invite une femme à venir partager quelques moments de plaisir avec lui. Au programme un peu d’urolagnie, comprenez, des jeux coquins fondés sur l’urine. « Viens avec ton dentifrice, tu me toucheras mon zizi, je te toucherai ton pipi » dit-il. L’utilisation du futur ne permet pas de douter une seconde de ce qui se passera dans la chambre du rappeur, qui ira mettre ses mains dans la pisse de sa copine. C’est extrêmement immonde, mais ce n’est malheureusement qu’un début…Et c’est un autre rappeur blanc, beauf de France à ses heures qui vient nous raconter ce qui lui plait chez une femme. En toute poésie, Orelsan étale un peu sa passion ménophile, ou en d’autres termes, son attirance pour les menstruations, en écrivant dans Jimmy Punchline « J’crache dans tes règles ça fait ketchup mayo, j’te baise sur un tas de bois t’attrapes une syphilis de derrière les fagots ». Aussi rouge que soit la rivière, Aurélien y fait quand même passer la pirogue, et n’hésite pas à la décharger un peu en chemin. Appréciez la jolie référence culinaire ketchup/mayo, et profitez en pour ne pas vous imaginer Orelsan en train de bouffer un grec sauce sperme/ragnana.

Booba est lui aussi un rappeur ménophile, et fier . Certes sa position a semble-t-il évolué au cours de sa carrière, puisqu’il ordonne aujourd’hui à sa femme d’aller se « passer la chatte au carwash » , mais à l’époque de Civilisés, il tenait tellement à voir l’hémoglobine vaginale couler pendant l’amour, qu’il disait «je te fais saigner quand t’as pas tes règles ». Bien plus tard, sur Gangster, il ira plus loin, assumant totalement son fantasme dégueulasse, à base de « sanguinaire, j’te baise même quand t’as tes gle-ré !» Au passage nous pouvons noter la proximité phonique de gle-ré avec glaire. Le duc, depuis qu’il a été cité par la Nouvelle Revue Française, se sent pousser des ailes et joue avec la langue française comme peu avant lui.Le choix du verlan dans la phrase citée n’est donc pas anodin, puisqu’il renvoie immédiatement l’auditeur à un image peu appétissante du sang mêlé à la morve ...

OU TU VOUDRAS, COMME TU VOUDRAS

Absent depuis le début de cet article, vous vous demandiez peut être ce que devenait Salif. Rassurez vous, quand il s’agit de parler de paraphilies, le Boulogne Boy n’est jamais très loin. Il se manifeste maintenant pour que l’on s’attarde un peu sur une de ses pratiques favorites, à savoir l’exhibitionnisme. Salif, comme on l’a vu, aime déjà un certain nombres de choses étranges en terme de sexe, mais en plus, il adore faire cela en public. En règle générale, il a une préférence pour un environnement urbain ou périurbain, au beau milieu d’une cité éventuellement cela ne semble pas le déranger, bien au contraire, lui qui sur Je t’aime moi non plus fait des avances à sa douce : « dans le local ou dans la cave on fera l’amour ».

La cave n’est certes pas un lieu public et a priori on y copule en toute tranquillité, mais pour local en revanche, si l’on part du principe qu’il s’agit d’un local à poubelles, il en est tout autrement ! Déjà, c’est un endroit sale, ce qui laisse penser que Salif a lui aussi un penchant mysophile. Mais c’est aussi un lieu de passage, tous les riverains venant y poser leurs ordures, poubelles et compost. Autant dire que coucher dans un local à poubelles est un bon moyen d’être vu par tout le monde, ce qui n’est pas sans exciter Salif. Il aime beaucoup s’exhiber, et dans le même morceau évoque la possibilité de s’énamourer et de « te cracher dans la bouche, dans la cage d’escalier ». Les escaliers semblent d’ailleurs pas mal attirer les rappeurs du pont de sèvres, puisque LIM vient soutenir la même cause. Sur le titre Bienvenue dans le four il se vante d’avoir « baisé ta femme dans [ses] escaliers ». On peut noter l’emploi du possessif, LIM dit « mes escaliers » et veut montrer qu’il s’est approprié le lieu. Les escaliers de son bloc sont les siens, à lui, parce qu’il y baise plus souvent que tous les autres et parce que s’il n’en est pas propriétaire, il a malgré tout un droit de préséance quand il s’agit de dévergonder des pucelles en ce lieu sordide.

Le fétichisme est également un délire assez présent dans les cerveaux malades de nos rappeurs. Il prend diverses formes, parfois très surprenantes, surtout lorsque le fantasme porte sur des objets de 420 tonnes pour 935m² de surface, comme c’est le cas chez Sultan. L’homme à l’origine de la plus grande honte de tous les habitants de Bagneux, bien devant Youssouf Fofana, révèle en effet sur le titre Le mzé qu’il a eu des relations sexuelles avec des satellites. Il dit joyeusement « j’ai mis la barre tellement haut, j’ai niqué des satellites », ce qui nous laisse donc penser que le mc a éventuellement tenter de fourrer la station spatiale internationale, ISS, dont les mensurations laissent pantois. Nous avons bien affaire dans le cas présent à une forme très grave de fétichisme, et nous suggérons à Sultan, pour sortir de cette folie, de se mettre le satellite dans le cul une bonne fois pour toute, et de ne plus toucher un micro. A moins qu’il aille s’amuser avec Joke, du coté de la camargue, au milieu d’une flore épanouissante qui permet au rappeur montpelliérain d’assouvir ses pulsions fétichistes. Sa passion à lui consiste à faire l’amour en utilisant des plantes comme stimulant sexuel. Il est permis de parler  de dendrophilie. Joke qui est apparemment connaisseur, se fait très précis sur la plante qu’il utilise pour vous chatouiller la fleur mesdames, et l’herueux élu est un roseau , qu’il vous « met dans la choune », si l’on en croit ses dires sur Scorpion…
Exhibitionnisme et fétichisme font donc parties des moult paraphilies courantes dans le rap français. Aux yeux de la loi, la première est répréhensible. Mais en même temps, les rappeurs s’en foutent pas mal, et dans la logique d’une surenchère permanente et d’une provocation croissante contre le forces de l’ordre, ils n’hésitent plus à crier sur tous les toits leurs petits plaisirs pédophiles.

POINTEURS ET PEDOPHILES

Pour finir cette investigation sur les paraphilies du rap français, il est nécessaire d’examiner de près la plus honteuse de toutes les déviances sexuelles : la pédophilie. Si le clash La Fouine versuce Booba a été l’occasion pour le Duc de porter quelques coups bas à son adversaire, le surnommant Emile Laounizi, Captca Mag suggère à Booba de s’occuper de sa propre vie sexuelle avant d’aller emmerder les autres. Loin d’être innocent en matière de pointage de gamines, Booba a revendiqué dès l’album Ouest Side, sur Le météore, son envie de sortir son zgueg au milieu du bac à sable. A l’époque il ne dénigrait pas du tout Emile Louis, au contraire il lui rendait hommage et se comparait à lui « J’te baise comme Emile Louis »… Pédophile réputé et respecté dans le milieu des pointeurs, Emile Louis a été condamné à deux reprises pour atteintes sexuelles sur mineures. Il partage avec Booba un évident manque d’affection, ce qui peut en partie expliquer pourquoi B2o se reconnaît dans ce pédophile.

fouine pedobearPeut être n’est il pas le seul rappeur à éprouver une certaine sympathie pour Emile Louis, et la vision de Seth Gueko et Alkpote sur la pédophilie peuvent laisser penser qu’eux aussi admirent le bonhomme, et en envient la vie sexuelle agitée. Seth Guex n’a-t-il pas appelé un de ses morceaux Emile Louis Vuitton ? Lui qui menace de temps à autre une enfant à base de « Gamine je vais t’écarter  les parties » (Patate de forain), n’est apparemment pas très regardant sur l’age des personnes avec qui il couche. Son poto Alk de l’u2f ne se montre pas beaucoup plus exigeant sur l’age minimum à avoir pour le satisfaire sexuellement, du moins c’est ce qu’il laisse croire sur Peep show en affirmant « Tu peux me sucer avec ton appareil dentaire ». L’appareil dentaire est certes parfois porté par des femmes adultes, mais de façon générale vous conviendrez qu’il se trouve le plus souvent sur des chicos encore vierges de tous rapports bucco-sexuel… Quand bien même vous douteriez du caractère pédophile d’Alk, Captcha a trouvé un autre aveu dans la discographie de l’Empereur, sur le morceau Légitime défonce, où il se permet de dire « Fiston tu vas te faire fister comme Delphyn Delage ». Cette dernière est actrice porno, et le fait qu’Alkpote compare un enfant , dont nous osons imaginer qu’il n’est pas son propre fiston, à elle, traduit avec pas mal d’efficacité l’état avancé du délabrement mental et sexuel du mc.
Il est malheureusement loin d’être un cas isolé, et dès les années 1990 le rap français compte son lot de pédophiles. Parmi eux sans aucun doute, Niro des 2bal, qui se présente sur Lascars comme « celui qui dépucelle ceux qui ne sont pas initiés ». Homosexuel et pédophile, le CV parfait pour rapper, visiblement. A la même période Doc Gynéco fait lui aussi montre d’un désir d’enfants : « tu viens d’avoir quinze ans hmmmm   intéressant, ne dis rien à tes copines je ne dirai rien à tes parents », promet il sur Viens voir le docteur… L’onomatopée « hmmm » vient de toute évidence illustrer l’appétit insatiable de Bruno Beausire, qui se lèche les babines à l’idée de coucher avec une gamine en âge de passer le brevet…

Ainsi s’achève la longue enquête de Captcha Magazine dans les méandres du rap français, où nous avons croiser un lot impressionnant de malades mentaux, à la sexualité dégénérescente. Les rappeurs français apparaissent comme ayant été bercés beaucoup trop près du mur. Ils nourrissent leur imaginaire sexuel de pédérastie, de pédophilie, de sitophilie, de mysophilie, de sado masochisme et de bien d’autres choses toutes plus immondes les unes que les autres. Ce sont des personnes sûrement très fragiles et en carence d’amour, qui imaginent prenre leur revanche sur la vie en déversant leur foutre dans les orifices les plus incongrus qui soient, et de façon toujours plus condamnable sur le plan moral. Il semble nécessaire d’interroger des psychiatres voire des psychanalystes sur ce que signifient réellement tous ces fantasmes de rappeurs …

2 thoughts on “Les rappeurs français et leurs paraphilies (partie 3)

  1. Bâtard ! Pas mal cet essai en 3 tome sur les rappeurs FR déviants, sexuellement parlant. Une étude des mœurs qui mériterait de s'afficher en statut des patients mentionnés. Et le public... aime-t-il ces extravagances sexuelles ?

  2. Je tiens à dire que pour Orelsan, il dit plus sérieusement dans "les putes et moi" que ça le dégoûte [les putes] en période de menstru (petite voix derrière /supplément ketchup !/)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *