Evild-Dead1

Evil Dead, mort d'ennui

Si t'aimes les chroniques de films argumentées et objectives, passe ton chemin, je m'en vais déverser un flot de merde.

Je sors du ciné, et fallait que ça sorte. Je fais ça quand j'aime pas un film. Lis ma chronique de Looper ici pour t'en apercevoir. Quand j'aime bien un film, je le regarde, je kiffe, et j'en fais pas un article. Si ca te va pas, j'enfile ton ascendance en brochette.
Mais là ... Comment dire ... Une collègue m'a traîné au ciné. Première question, première réponse : non je l'ai pas niquée. Deuxième question, deuxième réponse : non je suis pas pédé et je t'emmerde. On peut aller au ciné avec une meuf sans l'espoir de se faire lustrer le manche.

...

Nan en vrai je suis un mytho. Mais c'est pas le propos.
Evil Dead, j'ai jamais vu l'original. J'aime pas les films d'horreur parce que majoritairement ça me fait marrer et si j'ai envie de me marrer, je regarde "Le flic de Beverly Hills 2". Donc là on m'a amené voir un film "d'horreur". Ca commence gentiment, c'est un frère et sa soeur, et la soeur est accro à la coke. Alors le frère, sympa, emmène sa soeur une fois de plus dans la cabane familiale au milieu des bois pour la sevrer. Il n'y vas pas seul bien sûr, il amène sa pote afro-américaine tellement bonne qu'elle pourrait voler avec la patrouille de France. Il amène aussi sa meuf, un genre de blonde qui a en tout et pour tout 16 lignes de texte dans le film. Et un pote hipster qui se dit professeur - surement en 3ème techno à Genneviliers vu la suite des événements. Le gars, je précise, c'est le sosie de Pedro Winter avec des lunettes de vue Ray Ban Aviator. Tasj'veux dire ou t'as pas c'j'veux dire ?

Publicité mensongère
Publicité mensongère

Toute cette bande de joyeux fils de putes drilles compte donc passer un week end sevrage dans les bois, dans une cabane pourrie où même quand il fait beau dehors, y'a pas de lumière dedans. Déjà les connards n'ont jamais vu un film d'horreur. On sait tous très bien que les cabanes dans les bois, c'est LE repaire des connards qui veulent se faire occire. Bah nan, les mecs y vont quand même.
Le prof découvre un vieux grimoire satanique, utilisé dans la scène pré-générique pour désenvouter une jeune vierge par le feu dans la même cabane, dans laquelle le week end doit se dérouler. Tu suis ? C'est bien.

Bien évidemment, la soeur va se retrouver possédée. Première image gore du film : un truc chelou lubrifié à la 15W40 lui rentre dans la chatte. DANS LA CHATTE mon pote. Y'a plus de respect. Je passe bien sûr sur les nombreux clichés : le hipster qui, au lieu de se protéger, tente de déchiffrer le vieux grimoire en faisant des décalcomanies, la pute blonde qui s'arrange pour se retrouver seule alors que tout le monde crève autour d'elle (connasse), la soeur possédée qui attaque tout le monde mais qui arrive quand même à attirer la pute blonde en lui faisant croire qu'elle est redevenue normale ... Palme du ridicule : le frère stéréotype du beaugosse au grand coeur qui, alors que tout le monde meurt autour de lui, fabrique un défibrilateur avec deux seringues, une batterie et du gros scotch. Batard va, c'est McGyver le truc ou bien ?

...........

Je te spoile ? C'est bien, remercie moi, je t'économise 11 Euros.

Alors tu l'auras compris, ce film est merdique. Il est juste sauvé du naufrage par des maquillages vraiment très bons, des effets spéciaux de bonne facture et par une réalisation propre quoique manquant cruellement de suspense dans les phases les plus importantes.
Autant te dire que j'ai pris plus de plaisir avec "La vérité si je mens 3".

Ce qui, on en conviendra tous, fait de moi un honnête fils de pute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *