maxresdefault2

Ryan Leslie - Black Mozart

Ryan Leslie est certainement un illustre inconnu de ce côté ci-de l'Atlantique. Mais son dernier album mérite de lui apporter un peu de lumière. Ambiance.

Ryan Leslie est un producteur. Et un bon. De ceux dont on entend peu parler mais qui ont une patte d'or lorsqu'ils se mettent derrière un instrument. Ca tombe bien, lui joue de tous. Guitare, piano, batterie, ce touche à tout génial semble mériter son surnom auto-attribué de "Black Mozart".

La scène rap actuelle regorge de producteurs dont la notoriété est croissante : Mike Will, Zaytoven, Hit Boy, ils font les beaux jours du rap US dans un style souvent tonitruant, accompagnant les rappeurs les plus côtés de notre époque. Leslie, lui, joue dans une catégorie à part : entre le RnB et le rap, sa musique est sensible et instrumentale, au sens premier du terme. Souvent elle occupe plus de place que ses textes, au grand bonheur des amateurs de bonne musique dont je fais partie. Si Les n'explose pas par ses talents de rappeur, c'est en revanche un magicien dont certaines productions frisent le génie. Auteur du tube "Me & You" de Cassie, il a un sens du rythme et de la mélodie impeccable.
Son instrument de base, c'est la batterie. Dans les nombreuses vidéos qu'il publie, le montrant en studio, c'est sur des instruments réels qu'il pose ses idées, et la batterie est omniprésente dans les rythmes de ses compositions. Sur "Black Mozart", on l'imagine sans peine derrière son instrument. Si le producteur Cadenza lui donne un banger bien dans l'air du temps sur "Higher", les premières secondes de "Only the lonely" font sonner la caisse claire à la manière du maître. L'inconnue Courtney Bennett est d'ailleurs impeccable sur le refrain, ce qui en fait mon morceau préféré sur les 11 qui composent l'album. Fabolous débarque sur "Green" avec un peu de paresse, un featuring dont l'album n'avait pas besoin. "Lay down" rappelle que derrière un piano, Les est loin d'être un manchot. "Bad chicks" constitue, à mon sens, le morceau faible de l'album.

Si Leslie se démarque avant tout par le son qu'il produit, il aborde le business d'une manière assez originale puisque son dernier opus n'est disponible que par le biais de son site #RENEGADES. Son album "Ryan Leslie" de 2009 était sorti par le biais d'une major et, vérité ou pas, il explique qu'il a quitté sa maison de disques pour avoir une approche plus personnelle et libre de sa musique. Inutile de chercher l'album sur iTunes, Leslie a décidé de tracer son propre chemin en dehors du système classique. Là où d'autres rappeurs organisent des tweet-clashs et mettent en scène leur crédibilité dans la rue, en hurlant sur chaque track le nom de leur label, Leslie EST un label à lui seul. Sa structure, NextSelection, lui permet d'être indépendant et de collaborer avec qui il veut, comme sur l'excellent "Fly together" de Red Cafe.  La video en studio montre parfaitement une manière de travailler orginale et créative. Idem pour "5 minute freshen up" où il montre même une interaction avec une de ses fans durant le processus créatif. Il n'hésite pas à se montrer au travail, là où l'on aimerait voir les autres plus souvent. En studio, en tournée, sa chaîne Youtube regorge de videos sur son quotidien et son travail.

Pour accompagner la sortie de "Black Mozart", il propose d'ailleurs un documentaire de 25 minutes, à mi chemin entre le docu pur et la scipted reality. On y voit Les en studio, à Vienne, où on apprend notamment qu'il est conditionné pour dormir 3 heures par jour, et qu'il est particulièrement créatif la nuit. Entre soirées en club et histoire d'amour (forcément) compliquée, le documentaire offre une fenêtre intéressante sur ce que peut être le quotidien d'un artiste talentueux, même si on évite pas les clichés : magnums de champagne, bimbos à la table et chambres dans des palaces.

Même si "Black Mozart" n'est pas l'album de l'année (dans un registre proche, Drake pourrait remettre les pendules à l'heure), il reste un excellent disque, qui s'écoute sans lassitude et qui s'apprécie beaucoup plus dès lors qu'on y prête une oreille musicale attentive. On redécouvrera avec plaisir "Les is more", précédent album sorti en 2012. Une bonne manière de faire connaissance avec un artiste de très grand talent.

 

2 thoughts on “Ryan Leslie - Black Mozart

  1. Je suis assez d'accord, ça aurait pu être un des albums forts de l'année si il rappait un peu mieux... Quand il se concentre sur le chant, je le trouve beaucoup plus pertinent.
    Meilleur track selon moi : "Higher"

    1. "La scène rap actuelle regorge de producteurs dont la notoriété est croissante : Mike Will, Zaytoven, Hit Boy"

      Euh, Zaytoven est là depuis de nombreuses années, il était déjà aux côtés de Gucci pour ses 1eres tapes, pas vraiment la révélation 2013 chez les producteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *