2chainz

Le bi-mensuel du Boguibog #1

Ma mission au sein du Captcha est de vous proposer une sélection musicale d'à peu près tous horizons confondues 2 fois par mois chacune entrecoupée d'une quinzaine de jours. Après cette phrase horrible qui ne voulait pas dire grand chose, je vous laisse lire ma petite sélection, et pour la prochaine fois yaura pas d'intro abominable du genre, j'aurais pris le soin de m'étouffer dans mon vomis tout regardant une compil des coulisses des pires scènes d'anal de Belladonna.

T.Gaines - The Groove God (mixtape gratuite)

Hormis la pochette qui laisse grave à désirer niveau hétérosexualité, The Groove God est un projet vraiment frais qui fait beaucoup de bien aux oreilles. T.Gaines est un rappeur en provenance de Chicago actif depuis une grosse année avec déjà un EP à son actif du nom de "Everything Again". Notre cher ami rappe de manière relativement technique, avec des sujets assez variés allant de grandes théories à la cons que seuls les bâtards de hippies qui prennent possession de nos âmes aux environs de 6 heures du matin oseraient aborder, jusqu'à des thèmes plus simples comme sa ville en général ou son goût pour un certain type de femme. Et pour parfaire le tout, le mec sort des sentiers motocultés de la trap pour nous proposer du rap avec des syllabes et des mots compréhensibles. Non pas que je crache sur les flows codéinés, mais parfois un peu de conventionnalité ne fait pas mal lorsque l'on ne sait plus si ce que l'on écoute est vraiment digeste ou non.

Pour choper le projet c'est ICI.

Danny Brown - Old

19 titres durant lesquels je n'ose pas compter le nombre de mdma/mollysmoke/bluntsnort/cocainesip/lean, pop/pussy qu'on peut trouver tout au long des pistes, sinon je pense mourir de joie. Mais je retiens parfaitement que Danny Brown a décidé d'offrir à son public une visite au plus profond de lui-même en lui filant une dose bien plus élevée qu'il le faudrait d'acides, un scalpel et une ligne de basse de bâtard. Et c'est étrangement jouissif. Je sais pas si vous avez déjà eu l'occasion de baiser dans la chambre de vos grand-parents, mais là c'est exactement la sensation ressentie à l'écoute de l'album : un plaisir doublé du fait de l'interdit bien glauque, mais une sensation de malaise horrible en repensant à tout ce qui a pu se passer dans cette chambre qui empeste le vécu, les chemins sinueux et malgré tout l'amour.

Dom Kennedy - Get Home Safely

Dom revient avec son 4eme album et c'est que du bonheur de revoir le chauvin de L.A. On sent une maturité de ouf ainsi qu'un sujet vraiment bien maîtrisé de sa part. Au travers des 18 pistes il nous dépeint une côte Ouest entre soleil, femmes bronzées agiles et ghettos accueillants.
Je ne peux que vous conseiller d'utiliser cet album en guise de gingembre pour vos moments d'ébats les plus sensuels, l'heure d'écoute transpire le sexe bien fait, mais pas trop sauvage non plus.

Diplo - Revolution EP

Tu as besoin de musique pour faire des pompes sautées sur les poings ? Tu n'as plus de quoi te motiver pour cuisiner du crack sous speed ? Ou tu veux simplement transpirer tes acides dans une cave au rythme de basses qui te feront saigner des tympans ? Ben voilà, pour moins cher qu'un taz tu as de quoi te gaver mon copain. Ne t'attends bien évidemment pas à de la grande musique, juste un petit groupe de plus qui fait de l'electro-trap bien énervée.

2 Chainz - BOATS 2 : Me Time

Jar Jar Binks a sorti son nouvel album il y a un petit mois, et c'est passé aussi inaperçu qu'un sexe mal rasé dans une partouze de classe populaire. En plus l'album a pris de mauvaises critiques. Mais en tant que bon connard, j'ai quand même voulu voir ce que ça donnait, sachant que son premier album ne m'avait pas convaincu du tout. Et étrangement, j'ai l'impression que Tity Boy a trouvé la solution miracle pour faire un album quasiment parfait : la débilité profonde. On dirait qu'il assume complètement son mauvais goût ainsi que son incapacité à pouvoir déployer quelconque type d'intelligence supérieure à celle d'un clochard ivre mort à 3 heures du matin en club de strip-tease. Et c'est vraiment excellent. Ah oui, et c'est rempli de featurings, eux aussi de mauvais goût.

CHVRCHES - The Bones Of What You Believe

[Attention ceci n'est pas du rap] N'écoute surtout pas cet album si les longues après-midis passées à te regarder dans le blanc des yeux avec ton ou ta petit(e)-ami(e) restent un souvenir douloureux (voire même pas un souvenir) ou si l'idée de te balader nu(e) dans un champs après avoir pris du LSD ne t'emballe pas plus que ça. Sinon, c'est un groupe écossais qui fait de l'electropopswingchantfunkavecunpeudegrooveparfoisrockslowmotion.

Starlito & Don Trip - Step Brothers 2

Les deux demi-frères reviennent avec leur album (ou mixtape gratuite, c'est vraiment à rien y  comprendre chez eux et c'est par ICI) qui renifle le Sud à 3 kilomètres, et c'est pour notre plus grand plaisir auriculaire. Les 2 compères aux voix qui n'ont rien à voir rappent à propos de divers sujets -bien évidemment très thus - mais avec quelque chose que l'on peut percevoir comme du regret. Ils ont beau nous chier dessus leur supériorité de rappeurs aux fronts en fonte, on sent tout de même une pointe d'humanité grâce à cette touche de lamentation ainsi qu'aux productions qui te donnent à la fois envie de swinguer comme un veau, mais parfois aussi de pleurer un peu en repensant à des choses tristes comme le jour où ton pote  dealer a posé sa démission dans le domaine du traffic illicite, enfin tout ce genre de trucs graves quoi.

Le Gouffre - Marche Arrière

J'écoutais tranquillement "My Name Is My Name" de Pusha T pour essayer de le caser dans cette chronique lorsque j'ai remarqué que mes oreilles commençaient à suinter une quantité de merde trop importante, situation délicate qui m'a forcé à écourter l'écoute et de ne plus jamais vouloir entendre parler de cet album du diable. Voulant tout de même finir en beauté, je me suis un peu penché sur ce que pouvait offrir le rap français en ce moment, et c'est là que je me suis rappelé du projet Du Gouffre. J'ai dans un premier temps frolé le lumbago en voyant des noms comme Nekfeu ou Rabakar dans le tracklist, mais j'ai réussi à me ressaisir en voyant le nombre de pistes (69, c'est assez ouf) et que les bougres avaient invité des mecs comme Niro, Atef, Furax et j'en passe. Donc non je n'ai pas écouté beaucoup de titres de ce projet, mais je pense qu'il mérite le coup d'oreille (ndlr : on reviendra d'ailleurs plus en détail sur ce projet prochainement). Et vous aurez le même sentiment que moi une fois que vous aurez cliqué sur le lien ci-dessous, juste parce que c'est Katana, que c'est nouveau, et que c'est bien évidemment de la bombe.



  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *