houston cover

Houston Revisited en 9 Classiques !

houston cover

People ain’t been educated on fightin’ back unless it’s some street shit, like fighting your neighbors or beating up… fighting your family members, killing your best friend. And nobody like… fightin’ the government, the city. “What you mean, fight the city? You mean like… Houston against me?” - Willie D / Geto Boys

 

houston1

1/ « Mind Playin Tricks On Me » par Geto Boys
Titre emblématique des Geto Boys paru chez Rap-A-Lot (1991). A cet instant le rap est une affaire strictement new yorkaise. Les Geto Boys ont compris qu'il leur faut frapper fort pour se faire entendre au beau milieu de cette déferlante nordiste. Surfant sur le concept de l'errance mentale d'un déséquilibré déjà entrevu dans « Mind Of A Lunatic » les Geto Boys scrutent cet excès de schizophrénie à la loupe et entrent au pied de biche dans l'Histoire !(Depuis, samplé ou bien référencé dans le texte par Prodigy, The Notorious B.I.G, The Insane Clown Posse, The Clipse, The Game, Outkast, Lil' Wyte etc... le titre a été classé au 45ème rang des « 100 Greatest Songs of Hip Hop ».)

houston2

2/ « Pimp Tha Pen » de DJ Screw Feat Lil Keke.
« Just pop in yo grey cassette / Turn up yo fuckin deck / Lend me your ear becuz the southside fina reck. » Lil Keke pousse la ritournelle pendant que le pygmalion du screwmix boulonne et déboulonne les encéphales syrupés. « Time don't stop when you live by the clock. Seconds are hours, minutes are days. Screw slows them down. Mysterious ways. » explique-t-il au sujet de sa philosophie rap. Alchimie exclusive qui est en train de faire les beaux jours de la cassette grise, support à bande qui anticipe la mixtape et que l'on se passe de main en main, qui voyage de projects en projects, élevant titre après titre DJ Screw au rang d'icône .


houston3

3/ « One Day » de U.G.K. (1996)
Particule de l'album Ridin Dirty qui reste la meilleure vente du duo texan (distribué par Jive Records). « One Day » c'est la voix doucereuse de Ronnie Spencer qui survole le refrain et cette façon infiniment sudiste d'énumérer un à un les dangers de la rue et de demander aux parents de rester vigilants ... Déontologie proche du « Christian rap » ou « Gospel hip hop » aujourd'hui totalement désuète dans le mainstream.


houston4

4/ « Psycho Thug ! » de Ganxsta NIP (1999)
Aucun doute, Ganxsta NIP est le Souverain de l'Horrorcore rap, le Prince du « Psycho sound ». Au tout début, Juicy J l'a admiré et plagié comme personne, aussi 3-6 Mafia lui doit tout ou presque ... Présentement, le Raider Klan devrait lui élever une statue ! Après avoir bâti quatre albums essentiels réalisés chez Rap-A-Lot et frôlé le dépôt de bilan le jour où on a trouvé une de ses cassettes dans l'autoradio d'un jeune thug qui vient d'abattre un flic, Ganksta NIP change son pseudo initial en « Ganxsta » et décide voler de ses propres ailes ... Non, pas de retournement de veste chez NIP, c'est pas le genre de la maison, il est toujours un résident de ce South Park chaud comme l'Enfer et continue à explorer le concept Psycho qui l'a élevé au rang de Légende texane ... Psycho 4 Life 4 NIP !

houston5

5/ « Sittin Side Wayz » de Paul Wall Feat. Big Pokey (2005)
Après avoir tenté l'aventure avec son ami d'enfance et compère de Color Changin Click, Chamillionaire, Paul Wall retourne la queue entre les jambes chez Swishahouse et sort son premier projet : The People's Champ.
En fait, Wall est blanc, porte des grillz et rappe aussi bien sinon mieux que n'importe quel rappeur Noir de H-Town ... Jusqu'à « Sittin Side Wayz » les rappeurs blancs sudistes n'étaient pas légion. Nul doute que Paul Wall a décomplexé tous ces gamins à la face de craie qui rêvaient timidement de se confronter aux Ogres couleur corbac du Dirty South ... Autant le géorgien Bubba Sparxxx a souffert de son image de redneck mal embouché, autant Wall bénéficie d'une telle aura qu'il va faire sauter les verrous de la chiourme qui maintenait le lobby blanc en détention. Depuis, d'autres ont franchi les barbelés de l'anonymat : Lil Wyte, Yelawolf, Rittz, Riff Raff etc ...


houston6

6/ « Ridin' » de Chamillionaire Feat. Krayzie Bone (2006)
1er du Hot 100, 7ème du Hot R&B/Hip Hop Songs, N°2 du Hot Rap Tracks ...
Autant dire, un vrai miracle pour Chamillionaire qui pensait pourtant avoir raté le bon wagon en cette fin d'année 2005. En effet, Swishahouse, son label formateur, a explosé à la face du monde et c'est en solitaire que Cham a sorti The Sound Of Revenge comme d'autres sortent leur pitbull pour le faire pisser. Et là, un truc totalement imprévu se passe : « Ridin' » qui ergote sur le profilage racial et les flics corrompus cartonne, se vendant à coup de millions pour les sonneries de portables. Éclipsant du coup tous les héros de la ville qui avaient fait le buzz l'année précédente -- notamment Paul Wall. Une leçon de rap, mais aussi une leçon de vie pour tous ceux qui se pensaient à l'abri dans l'ombre étouffante de leurs prestigieux labels.


houston7

7/ « No Help » Trae Feat Z-Ro (2006)
Les parcours de Trae et Z-Ro sont indissociables. A la fois cousins de sang et membres fondateurs de Guerilla Maab et de Assholes By Nature (ABN), les deux mastodontes  connaissent mœurs et vicissitudes du jeu local comme le fond de leurs poches. En 2006, ils sont devenus ces héros de la jungle houstonienne, néanmoins dépendants de leurs petits tracas journaliers ... C'est à dire se retrouver (enfin) seuls pour fumer quelques têtes bien grasses, compter les biftons et rapper à la vitesse d'une voiture de flic lancée, sirène-gyrophare hurlant, à pleine allure sur la North Sam Houston Tollway ...


houston8

8/ « Leanin' » de Slim Thug Feat UGK (2009)
Ici, le Boss of The Bosses pose avec les ol' tymers libertaires - Bun B et son acolyte Pimp C qui a lâché la rampe en 2007 – Autant dire que cette passation de pouvoir ne se fait pas dans l'acrimonie, dans la nostalgie. Pour l'occase, on a sorti flonflons, cocktail pourpré qui rend pseudo-cool, weed, chromes rutilants et rimes badines ... D'ailleurs Slim Thug confirme qu'il appuie sur le champignon car putain d'urgence il y a  : « Drank and dro got me floss mode, doin' 100 on the toll road / Pimp and Bun runnin' right behind, pieced up with the grill shine. »
De son caveau de Greenlawn Memorial Park, bien qu'embaumé au Banana Split, nasillard, C le Pimp s'autorise une dernière petite saillie : « Smelling like Bar 9 cologne, gotta billion dollars out my microphone / Slab crusha, dome busta / Promethazine mixed with the tussa / We call it banana split, choose a pimp ho I'm legit. »
Quant à Bun B, il nous rappelle qu'il est ce bon vieux gladiateur encore capable de se jeter dans la fosse aux lions ... Montrant à ceux qui ferment impunément les yeux que respect et hiérarchie, galvaudés ailleurs, feront toujours partie des fondements du Leanin' Rap made in Screwston : « You'll leak coming out the candy, die where you standing simple and plain / I'm a gangsta baby not a baby gangsta, I'm overgrown it's understood. »


houston9

9/ « What I Be On » de Devin The Dude (2010)
Rien depuis ses débuts avec Odd Squad chez Rap-A-Lot [Fadanuf Fa Erybody !! 1994] n'a jamais pu faire dévier Le Dude de son chemin. Évidemment, Le Dude s'est toujours assis sur toutes ces histoires de faux gangsters, préférant s'épancher sur les plaisirs simples de la vie : la fesse, le gorgeon et la weed ! Que dire de plus qui n'a pas été dit concernant cézigue ? Sinon que le génie de Devin « Back Door Man » The Dude réside dans ces bribes de What I Be On «  I stay on my Ps and Qs / I stay on my weed and booze ... » Flegme absolue, second degré, humour potache, Le Dude enfume tout son monde avec l'élégance, la poésie et l'espièglerie de cet éternel gamin du hood qui a décrété que « rien n'est vraiment sérieux dans ce bas monde » !



  • 5 thoughts on “Houston Revisited en 9 Classiques !

    1. Personnellement, pour Trae, j'aurais cité "Swang"... Fat Pat, H.A.W.K., les voitures, l'honneur aux anciens, etc... D'autant que 2 des 3 chanteurs du track sont décédés, Trae lui-même a failli y passer y a quelques temps, ça dénature beaucoup de choses sur le ville et sa musique.

      Mais je valide quand même la liste!

    2. Il en existe des dizaines des classics. En plus, chacun à ses propres classics... Fat Pat, HAWK, Big mello, ESG, Trinity Garden Cartel, 5th Ward Boyz, Big Moe, 50/50 Twin, Point Blank, K-Rino, South Circle etc... tous méritent de figurer dans cette rubrique. Je ferai un chapitre 2 un de ces 4 !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *