team-bs-jaime-quand-un-fouiny-pl

5 avis sur : l'embarassant album de la Team BS

5 avis sur l'album de la Team BS. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, l'un des 5 n'a pas détesté.

team bs

Calvin Brennan :
Cliquer_ici_pour_dérouler

Team BS. Putain, quand j’entends « team », y’a Rocket qui va avec. Un genre de bande de bras cassés dans l’univers Pokemon. En gros, la Team BS, c’est un genre d’A-Team tendance blédarde composée de rebuts du rap français. Un peu comme si t’avais assemblé trois bouts de tôle et que t’appelais ça Transformers.

Déjà, c’est mené par La Fouine. Le mec a la réputation qu’on lui connaît et sa meilleure idée, c’est d’aller repêcher une gamine de télé-crochet mal dans sa peau pour la faire bosser pas cher sur un « concept » d’album.

La gamine, sa mère la tapait. C’est sale mais c’est comme ça. La Fouine, il a son instinct de St Bernard qui se réveille, alors il veut la faire croquer. Alors il l’emmène faire des refrains sur des chansons toutes plus contradictoires les unes que les autres. Je vais même pas relever les multiples allusions à la religion, accolées sans vergogne aux perversions les plus variées. La gamine, elle a pas de voix. Merde, elle a été recalée de Popstars à la base. Laouni a osé lui dire « t’es une star, je vais pas te laisser tomber ». Et elle l’a cru. La meuf elle vit chez ses grands parents, forcément qu’elle rêve. D’ailleurs l’outro de l’album est criante de bêtise juvénile.

Sindy, son boulot hormis deux trois chansons un peu douces – mais c’est un album de rap le truc ? – elle fait les refrains. Mais comme c’est pas Kayna Samet – pensée à Destinée, vrais sauront – elle chante d’une voix fluette et finalement très agaçante. Imagine Dora l’exploratrice qui chanterai à tue-tête, t’as l’ambiance. T’as plein de  petites chanteuses de RnB talentueuses, pourquoi t’es allée chercher la seule petite blanche qui a pas de voix ? Et puis ils lui ont filé un titre complet pour qu’elle nous montre qu’elle connaît les couleurs primaires. Concept.

Ensuite, y’a Sultan, le rappeur au nom de clébard. Je connais pas ce malandrin et j’ai pas envie de savoir qui c’est. Putain qu’il s’étouffe quand il rappe, le mec n’a aucun intérêt. Pas de flow, pas de textes mais tel son ami Fababy, il aime être sur tous les fronts.

Tu l’as celle là ?

Le mec rappe tellement mal qu’on dirait qu’il rappe mal. C’est tellement affligeant que j’en ai eu une sueur tout seul au volant en écoutant ça dans ma voiture sur l’autoroute. J’ai failli vomir ma brioche tellement c’est criant de nullité.

« J’ai tout misé sur ma musique, peut être que je me suis gouré ». C’est bien Sultan, ta chatte est sûrement plus accueillante que ce game qui ne veut pas de toi, sache le.

Quant à Fababy … Je crois que tout a été dit sur ce prétendu seigneur du quatre vint treize. Son seul talent est d’avoir ménagé suffisamment de place entre son front et le micro pour y placer sa bouche et débiter ce qu’il appelle des punchlines. Punchlines que même un prof de français de 3ème techno qualifierait de « métaphores pauvres ». Faire des comparaisons et des métaphores, ça s’appelle pas une punchline gros. Jamais. Ca s’appelle de la merde. Le type rappe comme Youssoupha sauf que c’est pas un cheveux qu’il a sur la langue, c’est la putain de pelouse du Parc des Princes. Il parle on dirait il siffle.

Le mec OSE quand même rapper « j’ai le sens de la famille, c’est mon côté rital ». Benito Mussolini se retourne dans sa tombe. Fababy, le Balotelli au grand front.

Je parle pas de Laouni, on a tous déjà constaté qu’une chanson sur deux, il invoque Dieu et nous apprend comment être un bon musulman, et une chanson sur deux il nous apprend qu’il met des doigts dans des chattes et pop les guns.

Si t’as envie d’être consterné, économise tes sous, regarde un sketch de Claudia Tagbo.

Que reste-t-il alors de cet album ?

Des prods.

Efficaces, propres, le tout est bien mixé, bien maîtrisé. C’est souvent entraînant, les piano / voix sont de beaux morceaux de musique. Et c’est peut être ça le problème de Team BS : avoir soigné la forme plutôt que le fond. Et le fond, on le touche dès la fin de l’intro.

En fait, La Fouine c’est comme le gros dans Rasta Rocket là : le boss d’une équipe de handicapés, lui même avec un passé trouble, qui croit que sa gloire passée peut inspirer la victoire à des pouilleux plein d’ambitions mais sans aucun charisme.

Et le pire, c’est que ça ferait même pas un bon film.

Alors imagine l’album.

Genono :
Cliquer_ici_pour_dérouler

Faut vraiment être un fils de pute pour écouter cet album.

Mido Ban :
Cliquer_ici_pour_dérouler

Flashback : après une sortie d’album houleuse (fusillade le jour de la sortie, grosse période de “Fouiny Bashing” …) le rappeur-pointeur annonçait en grande pompe en septembre une nouvelle compilation « Capitale Du Crime » avec le premier extrait, « la Fête des mères ». Le ton était donné : finies les balades, nous revenons dans le hardcore avec un clip violent (plagié plan par plan sur ça) en clashant Booba de manière virulente … Puis, les semaines venant, le projet ne voyait toujours pas le jour. Il a été remplacé au fur et à mesure par un album commun avec Sultan, Fababy et une pauvre gamine : LA TEAM BS.

 

Visuel originel de la pochette
Visuel originel de la pochette

Alors, allons droit à la conclusion : cet album est une merde. Il représente ce qu'il y a de pire en rap français. Tu trouvais « Drôle de Parcours » mielleux, fade et insipide ? Dites-vous qu’il est rythmé comme un clip de Migos face à ce CD.

Passons en revue rapidement les tracks (le moment le plus pénible de l’écriture de ce papier). Vous aurez droit à l’intro la plus pourrie de tous les temps, où La Fouine appellera les trois compères pour rappliquer au studio avec un petit discours larmoyant : « les gars, je vais faire une bouse mielleuse pour maximiser ma côte de sympathie engendrée grâce à Popstars sur les 12-20 ans. Mais comme je n’assume pas, venez avec moi dans cette galère. » Ensuite, l’album déroule une bonne quinzaine de tracks produit pour la plupart par Skalp. Pour tous ceux qui ne connaissent pas son travail, c’est simple, il faut visualiser Therapy, et bien, lui c’est l’inverse. Comme je suis assez pervers, je rajouterai pour son dossier que c’est lui qui a produit ça.

Donc, un album entier fait de ballades où le meilleur rappeur du CD sera Sultan, c’est dire la qualité du truc. Le paroxysme est atteint évidemment avec le titre 1,2,3 qui laissera des dommages incurables pour mon cerveau. Attention, je peux concevoir que l'on puisse faire du bon rap avec une guitare ou un piano. D’autres l’ont fait avant et l’ont même plutôt bien fait. Mais cet album représente bien la vision pop mielleuse que certaines personnes veulent donner du rap. Au final, la seule personne qui ne sortira pas salie de cette histoire est Sindy… D’ailleurs, l’Outreau (obligé de la faire) de cet album est une sorte de discours plein de fausses sincérités, où elle remercie les 3 lascars de l’avoir sortie de sa chambre …

Finalement, La Fouine réussit à inventer le concept de l’album-nanard avec la Team BS. Un album mauvais sur tous les plans, mais que nous prenons plaisir à écouter entre potes en fin de soirée histoire de bien rigoler sur ce monument de conneries.

PS : ma haine a été tellement forte lors de l’écoute et lors de la rédaction de cette critique que j’ai choisi de l’atténuer en ne mentionnant pas une seule fois la bosse du 9-3.

Éric Le Patron :
Cliquer_ici_pour_dérouler

La Fouine est un génie.
Bon, j'exagère un peu mais au moins j'ai votre attention, maintenant vous voulez soit lire mon article en entier soit me traiter de fdp et m'en foutre une dans la gueule sans sommation. Ok ce n'est peut être pas un génie mais en tout cas j'affirme que c'est un très bon entrepreneur, oserais-je dire le meilleur que nous ayons du coté de nos rappeurs français de souche ? Je parle ici strictement de la façon dont il gère sa carrière et son expansion depuis le début, nous verrons l'aspect artistique (sic) après.

Si on veut résumer Fouiny aujourd'hui c'est 5 albums solo, un label, 5 tapes ou il fait croquer les petits frères, une marque de fringues pour laquelle il pose dans le métro, une web-série de légende, un bouquin sur sa vie, une saison en temps que jury d'une émission regardée par des millions de débiles de Français, un nombre incalculable d'apparitions dans des émissions à la con, et de loin l'image de rappeur le plus sympathique aux yeux du grand public. Chacun des points cités ci-dessus est presque commun pour la plupart des rappeurs américains même pas mainstream ! The Game a son émission genre Bachelor alors que le mec tirait son fusil en l'air chaque jour en 2005 à la sortie de son album. Putain même Ice-T a son show avec sa meuf à la con, le truc est plus ridicule que la famille Kardashian alors que le mec faisait flipper l'Amérique avec « Cop Killer » en 1991. Et je ne vous parle même pas de la carrière cinématographique d'Ice Cube ...

La différence de culture me direz-vous ? C'est vrai. Les States sont sur l'entertainement à fond depuis longtemps. A la fin des 90's tous les poids lourds du rap jeu américain ont commencé à prendre de l'expansion en prenant leur indépendance et en transformant leur succès et leur image en marque et en business. Nous n'étions pas prêt pour ça de notre coté à l'époque et c'est pour ça que nous avons perdu nos Wu-Tang, nos Mobb Deep, et un bon paquet de talents, car nous en avions nous aussi ...

15 ans plus tard peu de choses ont évolué niveau médias de masses en France, et Laouni qui observe beaucoup ce qui se fait Outre-Atlantique, explose les barrières quasi infranchissables entre le public Français et les rappeurs. En créant son « enjaillement » il devient au final le premier entertainer Français. Au delà de sa musique il va s'imposer sur tous les supports, télévision, internet, livre, comme aucun rappeur ne l'avait fait avant. Alors ok, on peut résumer ça par bien baisser son froc mais au moins on sort un peu des carcans qu'on nous sort depuis 10 piges à savoir : question flingues et voitures pour B2O et question littérature pour Disiz parce qu'il met une veste, qu'il a lu l'Alchimiste et qu'il a vu l'Esquive ... Je me suis constamment plaint du manque d'ambition des rappeurs Français face aux rappeurs US, alors oui, ça me fait plaisir de voir La Fouine faire le con à coté de Laroche-Joubert toutes les semaines à la télé, oui ça me fait plaisir de le voir avec ses fringues pétées tous les matins dans le métro, parce que je me dis que même si c'est de la merde, et ben on avance un peu.

L'autre point très important, c'est que lui et son équipe connaissent très bien leur public. Ce n'est pas compliqué, il suffit de regarder les Fouiny Story pour s'en rendre compte (j'ai toutes les saisons en Blu-Ray à la maison) : moyenne d'age 15 piges max. C'est pas nouveau, à cette époque j'écoutais 113 « Tonton du bled » ou Rohff « Qui est l'exemple ». Le rap a toujours plu aux jeunes. La différence c'est que l'équipe de Banlieue Sale, au lieu de vouloir essayer de rivaliser avec leurs concurrents, se sont lancés à 100% dans leur cœur de cible. Vous voulez de la chialance, des thèmes 1000 fois revus, de la mélodie à la con et des refrain chantés ? Le tout secoué de grosses basses pour le coté trap à la mode du moment ? On va vous en donner mais on va vous en donner bien. Au final qu'est ce qu'il s'en fout le Laouni que nous on trouve Fababy nul si son public l'acclame sur scène comme si c'était Kanye ?

Autre exemple, il suffit de voir Romaric -son manager de toujours- donner des conseils sur l'enregistrement d'un single. C'est le Russell Simmons du son des ados, le Damon Dash du rap fruité, mais ça cartonne.

Alors, quand je vois que La Fouine fait un super-groupe avec ses 2 artistes qui marchent le plus, et une gamine qu'il a sortit de son émission de télé-réalité, je me lève et j'applaudis à deux mains. Niveau business c'est génial, c'est exactement ce qu'il faut faire, les gamins vont adorer. C'est ce que L.A Reid a fait avec Astro dans X-factor -dans une moindre mesure, certes, mais quand même-. Bon, là ou le bat blesse, c'est que les mecs sont vraiment nuls, en terme de rap c'est catastrophique. En fait ce n'est même pas du rap, ça n'a aucun sens. La Fouine a toujours dit qu'il n'était pas le rappeur le plus technique et qu'il n'avait pas un vocabulaire très étendu mais il a un certain charisme au micro qui fait qu'au final ça passe, quelles que soit les conneries qu'il raconte. Mais alors les autres c'est catastrophique. Il n'y a pas un seul point positif pour eux, que se soit sur le fond, comme sur la forme. Si le rap c'est faire des rimes avec des jeux de mots pourris qu'on brandit en étendard sous forme de punchline, alors je suis Rakim et Gillbien c'est Kool-G-Rap. Je ne m'étendrai pas plus sur le coté négatif des pseudo-artistes de cet album car je pense que mes collègues l'ont très bien fait avant moi, mais la vérité c'est que cet album s'écoute bien.

Pour m’être tapé les derniers La Fouine et l'album de Fababy, je peux vous dire que c'est de loin l'album le plus écoutable. Le premier point, c'est que c'est très bien produit. L'album a été voulu très musical pour plaire à un grand nombre, et ça s'entend. On pourra dire ce que l'on veut mais Skalp a la formule pour les instrus. Un son comme « Case départ » (probablement le meilleur de l'album) ça m'interpelle, c'est quand même super bien foutu, merde, honnêtement même le clip a de la gueule ! En France en 2014 c'est quoi les clips ? Ok y'a Flynt et Orel, mais sinon le reste c'est du Chris Macari like, j'en ai ma claque perso.

Le second point positif est que la nullité des artistes, au lieu d’être multipliée par leur nombre, se voit en réalité divisée. Personne ne pose plus d'un 16 par morceau, souvent un 8 pour Fababy ce qui fait que c'est beaucoup plus tolérable que ce qu'on aurait pu prévoir. Bon, il y a vraiment des morceaux honteux, ou l'on s'imagine les ingé-sons avoir envie de se tailler des veines ou d'avaler un cocktail au cyanure en les mixant : « Fierté » en tête pour moi talonné de près par le fameux « 1,2,3 », mais globalement pas d'envie de meurtre à la fin. A la fin des chansons je précise, oui car il y a une intro, une interlude et une outro de légende. Les trucs, on dirait un sketch de 5ème ou les gamins lisent leur texte. Le pire c'est Sindy qui manque de chialer pendant au moins 3 minutes à la fin, là j'avoue même moi j'avais envie de balancer mon ordi par la fenêtre.

Au final, rien que pour la démarche, je suis obligé de respecter La Fouine. Encore une fois il tente un truc nouveau en s'inspirant de ce qui se fait de mieux aux States. Les « super-groupes » de D.I.T.C à Slaughterhouse en passant par Boot Camp Click ont fait kiffer les fanatiques de Hip-Hop que nous étions rien qu'en lisant les noms sur la pochette, alors pourquoi les collégiens ne pourraient pas kiffer avec cet album ? On est en 2014 ça ne fait pas mal au rap ou au Hip Hip ce que fait Banlieue Sale, tout le monde peut écouter et voir ce que bon lui semble. Les possibilités sont infinies et la vérité c'est qu'il y'a largement la place pour leur musique pré-pubère pour laquelle j'ai, je l'avoue une certaine affection.

Mugen :
Cliquer_ici_pour_dérouler

Je ne connais pas bien le parcours de Fababy. J'ai vu quelques-unes de ce qu’il considère manifestement comme des "punchlines" sur son compte Twitter, en croyant qu’elles provenaient d’un compte parodique ...
Du coup il est vrai que j'avais un préjugé légèrement négatif à son propos, et j'avais malheureusement tort. Ce qui j'ignorais c'est qu'en plus d'avoir une écriture de truite sous prozac, il a un flow abyssalement mauvais. Par moments il est a la limite du slam. On dirait que ça le fait chier de rapper et qu'il a choisi de faire du rap parce qu'il était encore plus nul au foot. C’est une formule toute faite et très ringarde, je le conçois, mais elle prend vraiment sens ici. Quand on écoute Fababy, on se dit inlassablement « ce qu’il fait je peux le faire ». Le problème avec Fababy c’est que tout le monde peut faire ce qu’il fait. Toi-même derrière ton écran, toi qui n’as jamais chanté dans un micro, pas même dans un karaoké ou sous la douche, tu peux rapper comme Fababy. Pour couronner le tout, il place « descendants d’esclaves » quasiment une fois par couplet. C’est extrêmement gênant. Pour être très précis, j’ai même voulu les recompter un part un, mais devant la contrainte de réécouter l’album en entier, j’ai finalement renoncé pour des questions évidentes de santé mentale.

Sindy, c'est le prototype typique de la chanteuse de RnB insipide et interchangeable. Il faut reconnaître que la mode des refrains RnB dans les morceaux de rap a un peu disparu, ce qui n'est pas une si mauvaise chose selon moi. Il faut donc quelques difficiles minutes d’adaptation. Sa voix n'est pas hideuse, ses paroles ne donnent pas envie de se jeter par la fenêtre, quelque part ont ne lui en demandait pas plus. C’est vide de sens, elle pioche dans son sac de rimes niaises, elle tire un dé et ça fait un texte. C’est une technique comme une autre après tout, c’est économe en énergie : pourquoi pas. Si Fababy a un générateur de punchlines pourries, Sindy doit forcément avoir une machine semblable pour écrire ses textes. La jeune fille a comme alibi son jeune âge et on lui pardonne. Sindy est tragiquement remplaçable, à volonté. Il y en eu des centaines avant elles et il y en aura des centaines après, sans que personne ne les différencier les unes des autres.

On sait tous depuis longtemps que La Fouine a délaissé le rap pour la chanson française depuis des années, cet album aura au moins eu l’utilité de le rappeler fermement. Du coup je suis un peu mal placé pour le juger sur ses performances en chant. D’ailleurs, c’est exactement ce que dis Sultan dans l’interlude avant le bien nommé « Je rappe ».

A propos de Sultan justement : la seule chose qui m’intéresse à son sujet c’est de savoir qui de lui ou de La Fouine peut retourner sa veste le plus vite. J’ai pris quelques minutes pour réfléchir et je me suis rendu compte que c’était approximativement en dessous du millième de seconde. Je ne dispose malheureusement pas du matériel adéquat pour mesurer des vitesses aussi grandes. Je compte sur les progrès de la science pour m’éclairer.

Vu le rapide portrait que je viens de dresser des quatre « forces en présence», vous vous doutez bien que je ne vous recommande pas l’écoute de ce Team BS. Finalement, je me demande qui est la cible visée par ce projet. Les très jeunes, moins de 14 ans probablement, et des filles aussi, très jeunes également, pourraient tomber sous le charme de Sindy. En bref, les fans de One Direction, mais en version rap. C’est du « rap » gentil, que tu peux faire écouter à ta maman, qui fait pas trop de bruit et qui ne dit pas de gros mots. Le monde des Bisounours en somme. Curieux quand même de voir le nombre de ventes de l’album. Mon estime pour l’humanité en générale étant déjà très basse, le fait de voir les résultats de ce TeamBS vont forcement influencer (positivement ou négativement) ma haine envers la race humaine.

L’album de TeamBS me fait le même effet que de regarder une émission de télé réalité : dans la mesure où ils ont conscience de faire de la merde artistiquement, ils ne sont pas assez stupides pour qu’on puisse se moquer d’eux (personnellement je suis persuadé que Fababy a un grave handicap mental, et je me refuse donc à toutes moqueries à son sujet). J’ai l’impression de m’abrutir et de perdre mon temps et au delà de ça, c’est très vite agaçant. Ils auraient pu appeler cet album NRJ12. C’est évidemment bien trop nul pour que ça soit écoutable plus de 2 minutes. C’est tellement ennuyant et vide que ce n’est ni distrayant, ni supportable.

team bs mugen1
Une certaine idée de l'enfer.

Ce qui est fort au final, c’est que le plus ridicule des quatre dans l’histoire, c’est La Fouine. Le plus vieux, la tête pensante de ce projet (quand j’ai écrit la fin de cette phrase, même mon ordinateur s’est mis à rire). C’est de loin celui qui a le plus d’expérience de passer pour un con, il fait ça avec une brio et une régularité tellement époustouflante que oui, La Fouine a du talent. Il a réussi, à la seule force de sa barbichette, à ériger la connerie humaine au rang d’art au même titre que Nadine Morano ou Sarah Palin. Chapeau l’artiste, c’est époustouflant. Mention d’honneur pour l’intro et l’outro, avec une interprétation digne des séries B les plus nanardes : j’ai hâte de voir le premier film de La Fouine. Finalement la seule bonne chose de cet album, c’est que je l’ai écouté sur Spotify et qu’il y avait de la pub toutes les 5 minutes. Bonne non-écoute.

7 thoughts on “5 avis sur : l'embarassant album de la Team BS

  1. La seule vraie chose qui me dérange chez la fouine personnellement, c'est la facilité avec laquelle il donne une mauvaise image de l'islam en évoquant la religion, tout en aillant des paroles, des attitudes (etc) extrêmement néfastes, dégradantes et très souvent dans les mêmes phrases.. Et en même temps, quand vous l'écoutez faire l'attestation de foi (cha3ada) dans le fameux clip où il meurt, on comprends vite que le gars ne parle pas arabe couramment.. Ou alors avec un magnifique accent "Maroumain", savant mélange de Marocain et de Romain.. Sinon le 2eme truc qui me gêne, c'est qu'on assimile ce genre de musique à du Rap, ça, honnêtement, ça fait très mal.. Presque autant que leur musique à mes oreilles.. J'm'arrête là, parc'qu'après tout, ce n'est pas bien de se moquer des handicapés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *