UNE OXYMORON CAPTCHAMAG

Schoolboy Q et l'oxymore de l'ex-bombe du lycée

Oxymoron : un album de Gangsta Rap où un ex-voyou te raconte que son oncle lui piquait ses céréales le matin.

Tu te rappelles de Julie ? La fille qui avait la plus grosse paire de seins au début du lycée, celle qui mettait des strings que tu pouvais entre-apercevoir sous son jean LPB si tu te tordais en douze pour essayer de zieuter entre les barreaux des chaises, celle qui avait le haza le plus bombé de l'univers, celle qui sentait tellement bon que tu passais ton temps à la suivre discrètement pour choper la moindre effluve de sa putain d'odeur, celle qui était aussi douce et gentille qu'un Sunday au caramel géant. Enfin bref, tu vois parfaitement de la meuf dont je parle, parce que toi aussi t'étais qu'un sale boutonneux sans aucune estime personnelle et qui pensait que tes chaussures achetées chez Kiabi allaient parfaitement avec ton t-shirt noir Celio et ton jean aussi bien taillé qu'un menhir. Et ce dont tu te rappelles donc encore plus douloureusement c'est que tu n'avais strictement aucune chance d'entrer en quelconque rapport sentimental avec cette Julie, sauf si tu devenais son meilleur ami pédé. C'était l'enfer, mais il était tellement beau qu'au final tu aimais presque te lever le matin pour te rappeler que tes lèvres ne se poseraient en aucun cas sur le joli trou de balle de la belle Julie. Julie, c'est Setbacks, ou Habits & Contradictions. Du bonheur à l'état pur.

schoolboy_q___oxymoron_by_sbm832-d6sjun2.png

Maintenant, faisons un petit bond dans le temps, plus communément appelé "ellipse temporelle" si tu fais partie de ces énormes fils de putes qui aiment mettre un mot sur tout et n'importe quoi.
Tu es désormais toi, célibataire, toujours aussi moche qu'avant mais avec de la classe, le minimum syndical de culture pour ferrer le poisson communément appelé femme, tu as dans les poches avants de ta veste en jean ton paquet de clopes, une capote dont tu ne te serviras pas et un gramme de cocaïne qui finira rapidement et sans aucune sûreté dans tes narines de sale bouffon de jeune qui pense que c'est cool de se droguer.
Te voici donc en direction de la soirée incontournable du samedi chez ton pote qui a un appart suffisamment grand pour accueillir un maximum de schneks fraîches. Bref, encore une ellipse de quelques secondes parce que sinon on s'en sort plus.
Te voilà donc dans l'appartement, entrain de faire la bise à toutes ces personnes que tu ne connais qu'à moitié, et à ta plus grande surprise, tu reconnais vaguement cette forme qui a animé toute la fin de ta jeunesse grâce à son potentiel érectile démoniaque : Julie.

Elle est toujours comme tu la voyais quelques années auparavant, sauf que cette fois, la balle a changé de camp. Tu te rends compte que c'est elle qui te trouve aussi sexy qu'un concombre lubrifié dans un petit cul féminin serré et sans poil. Sentant le vent à ton avantage, te voici donc sur le chemin de la drague qui t'emmène peu à peu sur le chemin de sa raie. Vous vous éclipsez pour retourner chez toi, alcoolisés, chauds comme une locomotive à charbon, et prêts à besogner dur pour rattraper toutes ces années durant lesquelles tu étais aussi minable qu'un cafard à ses yeux. Elle se dévoile petit à petit à toi en laissant apparaître ses meilleurs atouts, elle a la peau douce, elle sent toujours aussi bon, ses lèvres son sucrées et aussi à l'aise avec les tiennes que ce que tu aurais pu l'imaginer. Le teasing du sexe se déroule donc parfaitement. A l'image du teasing d'Oxymoron : ne voulant pas disparaitre de nos oreilles depuis son dernier opus, Habits & Contradictions, Q nous a donné à intervalles réguliers un single, un featuring, ou une vidéo, sortant de ses propres opus ou provenant de ses comparses du Black Hippy. oxymoron-cover-schoolboy-q-550x550Tellement de singles sont sortis qu'une certaine anxiété grandissait sur le final de l'album, amenant le risque de se retrouver devant un Futur 2.0 avec 4 (putains) d'inédits. Résultat, à la première écoute, difficile de ne pas être -ne serait-ce que légèrement- déçu par le fait de ne pas découvrir assez de titres. Sur les 12 titres principaux, 5 étaient disponibles depuis quelques temps (Break The Bank, Blind Threats) voire très longtemps pour certains (Hell of a Night par exemple). C'est donc avec surprise que l'on découvre la tracklist d'Oxymoron, amputée de la moitié des singles. Il en restera quand même 4 -dont 3 à la suite- dans l'album. Mais qui fait les tracklists chez TDE, bordel ? Ca devient maladif chez eux. L'ensemble reste tout de même plus cohérent que sur Habits and Contradictions, et les morceaux s'enchaînent plus ou moins logiquement sans s'empiler, ce qui était le véritable défaut du précédent opus

Au final, Oxymoron comporte dans sa version "de base" 12 tracks, ce qui est pauvre. La Deluxe a ajouté 3 nouveaux sons. Ensuite, la version iTunes comporte 2 nouvelles exclusivités, notamment Yay Yay, un single qui n'a pas été choisi. Et enfin, on ajoute encore 2 tracks, rien que pour l'édition Target. Si on compte bien, en piratant bien, on peut avoir 19 tracks, ce qui constitue un album plus conséquent.

Mais revenons à Julie. Elle est sympa, Julie. Elle ne s'est pas encore désapée qu'elle te chatouille déjà le gland avec ses amygdales. Belle entrée en matière, on sent que la dame maitrise son sujet. L'introduction de cet album, Gangsta, est donc le genre de travail que Q sait le mieux aboutir : un peu de violence, un peu de drogue. Sauf que voilà, plus Julie se dénude, et plus ton avis commence à changer. Son corps n'est pas forcément comme tu aimerais qu'il soit, elle a le vagin trop vierge de poils pour apprécier au maximum sa personnalité, ses aisselles tout d'un coup sentent le mâle, elle est maladroite sur certains points et j'en passe. Au final, on retrouve donc très peu cette violence entrevue pendant les préliminaires tout au long de l'album -seuls Prescription/Oxymoron, Hell Of A Night et The Purge avec Tyler et Kurupt suivent le mouvement-. Le reste vacille entre slowmo et fruité. Ce n'est pas l'album avec laquelle tu vas t'endormir, mais ça peut être celui que tu comprendras le mieux sous substances illégales. Comme Julie, en somme. Tu ne te réveilleras pas avec elle demain matin, et tu te rends compte que pour la limer dans les meilleures conditions, mieux vaut être sous lean.

oxy

Mais tu continues. Et là tu commences à te rendre compte que le sexe n'est vraiment pas du tout comme tu l'imaginais. Ses années d'expériences qu'elle a acquises avec divers pénis de divers horizons ne collent forcément avec ce que tu aimes, même si tu ne peux t'empêcher de penser que quoi qu'il arrive, vagin et phallus restent complémentaires. TDE (Lamar, Jay Rock, SZA), les anciens (Kurupt, Raekwon, Suga Free) ou les autres (Tyler, 2  Chainz), font tous le taff proprement, même si certains le font mieux que les autres -mention pour Suga Free (et Grooveline Pt. 2 tout simplement)-.

Et voilà, c'est fini. Tu as grassement giclé de la vie dans ses os (parce que bien évidemment tu n'auras pas utilisé ton petit bout de plastique communément appelé "con-don") sans vraiment apprécier ce moment qui est en temps normal le point culminant de ta dure besogne habituelle. Une fois rhabillés tu te presses pour la ramener chez elle, lui filer un mauvais numéro de téléphone et mentionner faussement une non-présence sur les réseaux sociaux afin de ne plus jamais la voir. Parce que voilà, Julie n'était pas du tout à ton goût malgré son physique bien mis en avant et ses quelques atouts qu'elle a pu te montrer au début de la soirée.
Déçu, tu finiras par la rayer complètement de ton esprit, en te remémorant parfois ces années du lycée où tu n'arrivais pas à faire un seul pas sans penser à elle. Triste vie.

La comparaison Julie/Schoolboy (et tout ce qui en découle) est l’œuvre de l'esprit dérangé de Boguibog.
Les considérations plus musicales sont celles de MadRight, un type qui a des cheveux longs, et de Rey__Man, qui n'est pas autiste malgré ce que son pseudonyme peut laisser croire.



  • 2 thoughts on “Schoolboy Q et l'oxymore de l'ex-bombe du lycée

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *