abbis

Ce qu'il fallait écouter cette semaine

Cette semaine, Joke a encore fait le con, Swaggman a calmé tout le monde, et le feat Kaaris-Niro n'a pas convaincu. Mais on a aussi eu droit à quelques bons projets.

image-sorties-abis-hall-in-1740

Hall in - Abis Après deux projets d'excellente facture (Quartier Hallam vol.1 en 2009 et Quartier Hallam vol.2 en 2010), Abis avait un peu disparu des radars. En mai 2013, après trois ans d'absence, il était sur le point de nous livrer Hall in. Le rap français étant ce qu'il est -d'autant qu'Abis connait les joies de l'indépendance-, cet album est donc sortit, en toute logique, en mai 2014. Quelque part, on ne peut pas lui en vouloir : la date annoncée était la bonne, seule l'année diffère.
Et au final, la patience a payé : Hall in est un excellent projet. Continuant à explorer les différentes facettes de sa personnalité, Abis navigue entre egotrips racailleux (Première sommation, Gangsta, La rue m'a rendu macro), réflexions un brin mélancoliques (Encore un texte, Je sais pas), sons plus légers (Calmement, Prendre la fuite) et morceaux à thèmes (Pour le meilleur et pour le biff, Paris). Au final, un projet diversifié mais pourtant très homogène et cohérent. Autre grosse qualité de Hall in : la pertinence des invités. Plutôt que d’aligner les noms ronflants, Abis a fait dans la qualité : Niro, pour son 246ème feat de 2014 (soit 8 de moins qu’à la même date en 2013, faut-il tout de même préciser) sur un gros egotrip ambiance street, est une évidence ; Mokless sur un morceau qui sonne tellement Scred Connexion qu’on s’étonnerait presque de ne pas voir Haroun ou Morad débarquer après le premier refrain ; King Ali Baba apporte son délire ragga énergique sur Atafaya Pondem ; Benelesty pour un refrain chanté en mode Jmi Sissoko ; et enfin, la surprise du chef : Oxmo « rappeur à chapeau » Puccino. Le Black Desperado lâche, le temps d’un morceau, son délire mi-variet/mi-slam/mi-je-me-prends-pour-le-Jacques-Brel-noir et revient rapper, comme il savait si bien le faire, à une époque où ses compagnons s’appelaient Booba ou Bauza plutôt qu’Olivia. Grosses félicitations à Abis, grand admirateur d’Ox’ depuis des années, pour avoir réussi à faire revivre un MC qu’on croyait mort et enterré. -Genono

00-crim_partner-street_flame-web-fr-2014

Crim Partner – Street Flame Le 91 restera longtemps catalogué comme « le département de Sinik et Diams ». C’est malheureux. Alkpote, Ol Kainry, LMC Click, Zekwe Ramos, Grodash, DOZ … L’Essone est un vivier incroyable, il suffit de poser le doigt au hasard sur la carte pour tomber sur un nouveau talent. Du coté d’Evry, Crim Partner commence à se faire un nom. Ce duo, composé de Blackie Blow et Landers, se présente à la France avec Street Flame. Du rap de rue aux sonorités clairement influencées par , où les thèmes abordés sont la monnaie, les armes à feu, le business, et les agents de la bac. L’impression générale est mitigée : sans révolutionner le genre, Street Flame est un disque dense et maitrisé, qui s’écoute de la première à la dernière piste sans aucun temps mort … mais on regrette tout de même que l’ensemble ne décolle jamais réellement, la faute à l’absence de véritables morceaux porteurs (hormis Ghetto Tragédie, peut-être), qui puissent tirer le tout vers le haut. Le genre d’album qui laisse une bonne impression, mais qui ne se démarque pas, et qu’on oublie malheureusement assez rapidement. Jetez-y tout de même une oreille, car Crim Partner est un duo au potentiel certain, qui pourrait très bien peser lourd dans le 91 à l’avenir. -Genono

cover-de-la-saison-2-d-ol-kainry-dany-dan

Ol Kainry & Dany Dan - Saison 2 « Old Shcool, new school non là n’est pas la question » cette phrase faisant office de gimmick dans « Zyeux Blancs » ne date pas d’hier et résume à elle toute seule le sentiment qui m’envahit après l’écoute de « Saison 2 ». Car si Dany Dan et Ol Kainry réussissent le pari d’être toujours à l’affiche malgré les années qui passent, on ne peut s’empêcher de penser que cet album date d’une autre époque. Le titre « #hiphop » en est le parfait exemple avec une instru et un refrain qui sent la fin des années 90 en lorgnant malheureusement plus vers la parodie que vers l’hommage. D’un autre coté les deux mcs sont techniquement toujours à l’aise et leurs flows pourtant différents en de nombreux points sont toujours aussi complémentaires. Outre le côté légèrement daté du disque (qui peut aussi avoir son charme) l’autre petit reproche que je ferais à cet album concerne l’aspect trop sage du contenu. Je m’attendais en effet à des morceaux un peu plus ancrés dans le délire de la part de deux mcs qui d’ordinaire officient en roue libre sans se soucier des modes et des normes du rap Français. Certes certains morceaux détonnent par leur thème (l’excellent « miss météo ») et d’autres sortent du lot grâce à des références bien golmons et des rimes de déglingués comme seul Dany Dan sait le faire. Celle par exemple où le rappeur du 92 associe « cétacée » avec « c’est assez » restera, c’est certain, dans les annales du rap français. D’autres titres plus basiques retiennent notre attention notamment « Lalala » chanson de drague hip hop à l’instru planante et « Quand les tontons flingues… » où les styles des deux rappeurs s’enchaînent à merveille sur une prod qui reste efficace et entêtante. Deux morceaux restent néanmoins en dessous de tous les autres. D’une part « Où est le love ? » plombé par une instru un peu faiblarde et un refrain chanté particulièrement hideux et d’autre part « Classic Shit » où les featuring présents pourtant en partie prestigieux peinent à se mettre en avant la faute peut être à la durée du morceau, pas assez longue pour ce type de titre-partouze. Dans l’ensemble, « Saison 2 » reste un album agréable à écouter et où les deux protagonistes font sérieusement le taf sans pour autant révolutionner quoi que ce soit. Une demi déception donc dû au fait qu’on attend nettement plus de ce type de collaborations entre rappeurs confirmés. -Guillaume Bruneau

00-abdelalien-carte_de_visite-web-fr-2014-10322781_656207047796697_4357665957262098673_n

Abdelalien – Carte de visite Déjà, le mec a mis un véritable Alien sur sa cover. Il faut respecter ça. Abdelalien, c’est un genre de LIM du 78, avec dix ans en moins, et sans la voix tiraillée. En gros : un mec qui parle de rue et nique la police de la première à la dernière mesure de son album, qui invite des inconnus qui n’ont jamais rappé de leur vie juste parce que ça lui fait plaisir, qui met des bruits de CBR à la fin de ses morceaux, et qui choisit les prods les plus intemporelles possibles –même au carbone 14, impossible de savoir si les beats datent de 2006, de 1999, ou de 2014. D’ailleurs, il suffit de jeter un œil à la tracklist pour comprendre : M’en sortir, Hymne à la racaille, T-Max, Vendetta, Le son des crapules … LIM n’aurait pas renié la paternité de ces titres. D’ailleurs, le boulonnais est présent le temps d’un featuring, tout comme Jmi Sissoko, Alonzo, MOH ou encore … JP du Tieks. Oui, JP du Tieks. Meilleur blaze de rappeur depuis le 18ème siècle. Présent également sur la galette, le temps d’une interlude : Youv, depuis sa cellule. Youv, pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est un ex-braqueur de Mantes-la-jolie, incarcéré depuis plus de dix piges, et qui sévit sur le net à travers son compte facebook et ses vidéos. Et entendre un mec du Val Fourré dédicacer des mecs de Chanteloup, pour ceux qui ont vécu les histoires entre les deux cités (c'est-à-dire : pas moi), c’est quelque chose.  Au final, il n’y a pas grand-chose à dire sur Carte de visite, si ce n’est qu’à partir du moment où on accroche à ce genre de son, et qu’on porte encore des combos TN-Lacoste en 2014 c’est un excellent album. -Genono

BONUS : ça sort lundi.

Nor – Tentations Because a décidé de miser sur Nor. Bon pourquoi pas, hein. Une mixtape est d’ores et déjà annoncée pour septembre, et en attendant, un EP, Tentations, va servir d’introduction à ce que sait faire ce jeune marseillais. Alors forcément, quand on entend « rappeur marseillais », on pense « pue la merde ». Après avoir subit Akhenaton ou Soprano pendant des années, on se pensait enfin être débarrassé de cette ville. C’était oublier que le marseillais se reproduit, et qu’une nouvelle génération arrivait, avec Jul en tête de liste. Nor fait donc partie de ces petits jeunes qui n’en veulent, et surprise : cet EP n’est pas dégueu. On connaissait Marseille City (franchement pas le meilleur morceau du projet) et son remix avec Lino et Seth Gueko, on découvre Ciroc (oui, bon, c’est pas original, mais c’est un rappeur français, faut pas trop en demander non plus), NOR (un titre éponyme donc, parce que le rappeur français aime l’originalité), ou Des Zommes (l’orthographe est originale et c’est déjà pas mal). C’est franchement bien produit, ça surfe gentiment sur les sonorités du moment, on sent clairement la direction artistique empruntée … C’est pas fou (cette écriture, c’est faiblard, quand même), mais c’est efficace. Jul n’a qu’à bien se tenir : un autre rappeur marseillais autotuné débarque. C’est repartit pour un tour … vivement qu’Akhenaton se mette à la trap music. -Genono



  • 2 thoughts on “Ce qu'il fallait écouter cette semaine

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *