couverture-facebook1

Trente bonnes raisons d'écouter Violences Urbaines 4 (LIM)

Mais j'ai pas recompté alors y'en a peut-être que 28 ou 29.

 

lim-violences-urbaines-4

- Pour l'intro : "Flic". Trois minutes de haine anti-volaille purement gratuite, comme les rappeurs français savaient si bien le faire à la bonne vieille époque de Police.

- Parce que LIM fait partie de ces skinheads respectables, au même titre que Vic Mac Kay, Alkpote, Ben Kingsley, et Amber Rose.

- Pour ce véritable tour de France des ter-ter : de Mantes la Jolie à Nîmes, en passant par Chanteloup, Champigny sur Marne, ou Montpellier, LIM feat avec absolument tout l’hexagone.

- Parce que le projet complet dure 2 heures 30. A l'heure où ton rappeur préféré se contente de 3 titres inédits pour balancer une version "2.0" de son album sortit six mois plus tôt, LIM fait le taff comme personne : 50 pistes. A 11,99 euros le double-CD, ça fait 23 centimes le morceau.

- Pour ces prods impossibles à dater, même au carbone 14. Ni old-school, ni dans le turfu, ni dans le tendance, ni dépassées ... juste des prods estampillées Tous Illicites.

- Pour cette magnifique reprise du "Je l'aime à mourir" de Francis Cabrel, transformé pour l'occasion en "Je les baise à mourir"

- Pour le discours toujours très conscient et moralisateur de LIM, qui varie entre "je pisse sur la police nationale", "nique leur père", "nique sa mère la reine des putes", et "dis aux schmits qu'ils aillent niquer leurs mères".

- Pour tous ces rappeurs inconnus et clairement pas talentueux qui peuplent les 50 pistes de ce projet, et qui font le charme de la quadrilogie Violences Urbaines.

- Parce que LIM prononce environ 1476 fois le mot "ghetto", et c'est une performance qu'il faut saluer.

- Parce que LIM trouve toujours des jeux de mots improbables avec la provenance de ses invités : "On peut pas le Nord" avec 59 grammes (un mec du Nord, donc), "Le chant des loups" avec Abdelalien (de Chanteloup), ou La Zezere feat Isere Records (Isère-Zezere, tu l'as ?).

- Parce qu'il y a plusieurs apparitions de Samira. Et une petite meuf qui chante "nique sa mère la reine des putes" en faisant des vocalises, je sais pas ce qu'il vous faut de plus.

- Parce dans le même délire que Samira, il y a Iman. Tout pareil, elle chantonne comme Kenza Farah, sauf qu'elle parle de coke, de shit, d'indics et de courses-poursuites.

- Parce que LIM a tout pour devenir un genre de Michel Drucker du rap français : un mec qui est là depuis toujours, qui semble faire exactement la même chose chaque semaine depuis 15 ans, et qui ne vieillira ni ne mourra probablement jamais.

- Pour quelques vérités philosophiques importantes qu'il convient de rappeler : "ils sucent des bites mais ils mangent halal", "rien ne sert de faire le balaise quand les balles raisonnent", ou encore ce questionnement existentiel "combien de vieilles et de jeunes mamans ont tapiné à la rue Saint-Denis ?". Choisissez votre sujet, vous avez 4 heures. Calculatrices interdites.

- Parce qu’on retrouve encore une fois Abdelalien en feat avec LIM, et que cette combinaison fonctionne toujours aussi bien. D’ailleurs, les deux sur un album commun, ça serait beaucoup plus cohérent qu’un troisième Alibi Montana / LIM.

- Parce que là où Jay-Z a 99 problems, LIM en a 1001. Et donc, c'est mathématique : LIM > Jay-Z. Et puis j'aurais aimé le voir face à Solange dans l’ascenseur.

- Parce qu'il ne faut pas se fier à la cover d'un album (et faut reconnaitre que celle-la n'est vraiment pas fameuse)

- Parce qu'on pourrait prendre n'importe quelle piste de n'importe quel autre disque de la discographie de LIM de 1995 à 2014, et la foutre au milieu de Violences Urbaines 4, on ne s'en rendrait même pas compte.

- Et la réciproque fonctionne aussi.

- Parce que les TN et les survets Lacoste finiront bien par revenir à la mode.

- Parce que comme Alkpote ou Kaaris, LIM souffre de relents du syndrome Gilles de la Tourette : de temps à autre, un "fils de pute !" ou autre "on t'encule" surgit au beau milieu d'une phrase, sans trop qu'on sache pourquoi ni comment. On s'en plaint pas, hein.

- Parce qu'il chante et qu'il nous baise (c'est lui qui le dit) :

- Parce qu'après Voyoucratie, Paix aux bandits, L'école des trafiquants, Traffic, Crapule, Ça deal-kill-tranquille, On vit comme des bandits, ou encore Braquage, LIM a décidé de se renouveler un peu, en proposant des titres complètement nouveaux et originaux : Une vie de voyou, Illégal, Thug Life ...

- Parce que LIM possède la discographie la plus fournie du rap-game : une dizaine d'albums au total (que ce soit en solo, en duo, ou en groupe), à peu près autant de mixtapes, et une bonne centaine d'apparitions en featuring sur des compilations/albums/mixtapes. Et encore, on compte pas les freestyles.

- Parce que Violences Urbaines 4 ne contient aucun « j’baise ta sœur comme un Lannister », « j’te coupe la tête comme Ned Stark », ou « j’vise ton anus avec mon arbalète comme Joffrey». Et en ce moment dans le rap, c’est assez rare pour être souligné.

- Parce que LIM a aussi fait ça (la piste 3, c'est lui).

- Parce qu’il n’est pas improbable que Violences Urbaines 5 sorte avant Autopsie 5.

- Et qu’il n’est pas improbable non plus qu’un Violences Urbaines 7 sorte avant Star Wars 7.

- Parce que si Akhenaton s'enfonce le troisième doigt dans le cul, il verra la tour Eiffel depuis Marseille :

 



  • 2 thoughts on “Trente bonnes raisons d'écouter Violences Urbaines 4 (LIM)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *