Metek-Riski

Riski et moi

0002867998_100

A la base, j'avais pas prévu d'écouter Riski. Tout ça parce que, comme une bonne frange du rap-game, Metek s'était aventuré dans un tweetclash avec moi (mon amour pour les nazis est incompréhensible pour certains, soit). Je me suis dit "quel connard ce boug, jamais j'écouterai son album". Le souci, c'est que ce connard rappe très bien. Alors forcément, quand la moitié de mes contacts est en sang sur sa dernière production, je finis par me dire que finalement, je vais peut-être y jeter une oreille. Surtout que les dernières sorties rap français ne m’enthousiasment pas le moins du monde. Après tout, si je n'écoutais que les rappeurs qui m'aiment bien, je n'écouterais plus grand monde.

J'ai donc lancé l'écoute de ce Riski. Et merde, le produit est bon. Alors une fois l'écoute terminée, je l'ai re-lancée. Puis encore une fois, et encore une autre. Quinze, ou vingt écoutes plus tard, je ne sais toujours pas quoi en penser. Une position que Pure Baking Soda a parfaitement résumé : "dur d’oser donner un avis sur ce disque, il est tellement personnel". La seule chose dont on puisse être certain, c'est que Riski est un très bon disque. La première remarque je me fais, c'est qu'après un nombre conséquent d'écoutes complètes, je ne suis pas lassé. Contrairement à une majorité d'albums récents, très bons, certes, mais qui saturent trop rapidement, Riskavi s'apprécie sur la durée, au fur et à mesure qu'il se découvre. En exagérant l'idée, on pourrait considérer Riski comme l'antithèse d'Or Noir. Or Noir tabasse dès la première écoute, met des grosses baffes à chaque mesure, mais tourne rapidement en rond une fois que la surprise est passée. Au final, on l'écoute de moins en moins au fil des mois. Un album consommé jusqu'à l'os, puis jeté parce que devenu incapable de nous surprendre.

Riski est donc tout le contraire : il faudrait un bon millier d'écoutes pour tout comprendre. Et encore, on pourrait y revenir dans dix ans, et capter encore un quelconque sens caché, une référence dissimulée sous l'herbe, une phase mal comprise pendant les 999 premières écoutes. Pour autant, ce n'est pas non plus un disque complètement inaccessible. Metek a eu la bonne idée de combiner ses textes ultra-personnels avec des mélodies extrêmement porteuses. Ça parait simple : le fond est travaillé, la forme aussi. Mais pourquoi tous les rappeurs ne font pas ça ?

Deuxième remarque : Riski est ce genre de disque intemporel, qu'on résumerait presque par un caricatural "ni old-school, ni futuriste". Pas de boom-bap à la con, pas non plus de gros beats trap, d'adlibs dans tous les sens, ou de sur-abus de voix autotunées. Juste des refrains chantonnés, des couplets denses, un flow technique et quelques belles accélérations bien dosées. Merde, je vous jure que cet article n'est pas sponsorisé. Riski m'a complètement convaincu.

Tiens, à l'instant, mon collègue entre dans le bureau, entend le refrain de Payer tes dettes, et me lâche un "ça fait quinze secondes que je l'entends, et je l'ai déjà dans la tête. C'est qui ? Metek ? Connais pas". Metek est peut-être un petit con sur les réseaux sociaux, mais le public français gagnerait à écouter sa musique.

Rien à ajouter.

A lire : une très très bonne chronique de Riski par Paperboys



  • 8 thoughts on “Riski et moi

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *