1280x720-p0L

Rap français : bilan du premier semestre 2014

On approche tout doucement de la fin du premier semestre de 2014. Certains passent leur bac, d’autres s’éclatent au Brésil, pendant que les rappeurs ont du mal à boucler leurs fins de mois. L’heure est venue de tirer un premier bilan de ce qu’il s’est passé dans le game depuis janvier.

Il a percé en moins de 6 mois : Gradur

Il y a encore quelques mois, seuls quelques acharnés de rap étaient capables de dire qui est Gradur, ce bidasse du 59, qui annonçait arrêter le rap après la sortie du street-clip La Street a tout gâché (feat Kozi). Et puis, il s’est ravisé, et s’est mis à charbonner, balançant des freestyles chaque mois -voire chaque semaine-,  Aujourd’hui, Gradur cumule 7 millions de vues sur Youtube, 100000 fans sur Facebook, et tourne en boucle dans tous les iphones des lycéens d’Ile de France … alors qu’il n’a toujours pas sortit le moindre projet solo. La recette de Gradur est très simple : j’enregistre un freestyle le lundi, je tourne le clip le mardi, et je fais un demi-million de vues le mercredi.
Pris par ses obligations militaires, le roubaisien a un peu moins le temps de doggyner le rap-game en ce moment, mais grâce à lui, on ne considère déjà plus le 59 comme un département de consanguins alcooliques et pédophiles, et ça, c’est déjà une victoire.

Lui aussi, a percé en moins de 6 mois. Mais c’est pas forcément une bonne nouvelle : Jul.

jul

Il y a encore quelques mois, seuls quelques marseillais peroxydés étaient capables de dire qui est Jul. Aujourd’hui, il est disque d’or en totale indépendance, en rotation sur toutes les radios de France, et courtisé par les maisons de disques, avec grosse avance à la clef. Vu comme ça, c’est vrai que ça peut paraitre étonnant, mais dans un pays où Maitre Gims fait 700000 ventes, il n’y a vraiment plus de surprise à voir un mec chanter « on va te violer » sous autotune en faire 70000. Si vous ne supportez vraiment pas ce mec, il va falloir vous faire une raison, parce qu’on va en manger pour dix ans. Et puis, dites-vous bien que le pire n’est pas encore arrivé : on fait semblant de vivre normalement, mais à tout moment y'a un feat Jul-Gims qui peut nous tomber sur la gueule sans prévenir.

Ils ont sortit d’excellents albums

-          Asocial Club – Toute entrée est définitive : Casey est le meilleur rappeur français, ça ne fait plus aucun doute pour personne. Alors forcément, quand elle s’évertue à sortir des projets collectifs, on a presque envie de lui en vouloir de ne pas nous offrir un nouveau solo. Et pourtant, la bougresse sait tellement bien s’entourer qu’elle nous oblige à le dire : Asocial Club est le meilleur super-groupe possible. Casey, Al, Prodige et Virus sont quatre rappeurs incroyablement complémentaires, et l’harmonie qui se dégage de Toute entrée est définitive n’a d’égal que sa noirceur. En décembre, au moment de remettre le titre d’album rap de l’année, il faudra compter sur Asocial Club. Bonus : J'en parle aussi ici.  Quelques extraits pour vous mettre l’eau à la bouche : 99% |La putain de ta mère | Mes doutes | Toute entrée est définitive

-          Juicy P – La Plakette : Certifié Vrai vol.2 était l’un des projets les plus attendus de l’année. Après avoir passé l’année 2013 à enchainer les apparitions et à mettre l’eau à la bouche de ses auditeurs, Juicy P a enfin livré au monde son premier long format solo, quasiment 10 ans après ses débuts à Grigny. Toujours très inspiré par le Dirty South, il fait l’étalage de toute sa palette technique, et prouve sur chacun de ses featurings qu’il n’a rien a envier à ses invités (Niro, Shone, Mac Tyer, Rim-K, Gradur …). Après cette mixtape saluée par la critique, le grignois commence enfin à sortir du carcan des fans de Dirty South à la française. Après Kaaris et la vague trap, on peut se mettre à rêver : en 2015, on veut voir Juicy P chez Ardisson. A écouter d’urgence : Click Paw Remix |La Plakette|G.R.I.G.N.Y

-          Alkpote - L’Orgasmixtape : Quelque part entre Mouammar Kadhafi, Guy Lux et Lady Gaga, se trouve Alkpote. Un mec aux références tellement improbables qu’elles surprennent même le plus fanatique de ses fanatiques, qui ne s’attend pas forcément à un "Bouffez-moi l'anus pendant qu'j'me branle" au détour d’une mesure anodine. Mais au-delà de ce côté complètement mongol et assumé, Alkpote est avant-tout un excellent rappeur. L’Orgasmixtape est un disque incroyablement bien produit, qui renferme un nombre incalculable de futurs classiques : Hors-jeu, Désanussage, Vomissure, N’importe Quoi … Et comme une bonne chose ne vient jamais seule, Alkpote m'a raconté en interview qu’une Orgasmixtape 2 était en route, et qu’elle était deux fois meilleure que la première.  Ce qu’il faut en retenir : Intro | N’importe quoi |Vomissure |Hors-jeu feat Joe Lucazz

-          Abis – Hall in : Deux ans après l’annonce de sa sortie, Hall in est enfin apparu dans les bacs le mois dernier. Et l’attente n’aura pas été vaine : avec cet album, Abis s’est réaffirmé comme une valeur sûre de ce rap français, un MC pas forcément mis en avant dans les médias spécialisés, mais jamais en retrait quand il s’agit de faire le taff proprement. Hall in est l’une des excellentes surprises de ce premier semestre, et trop nombreux sont ceux qui sont passés à côté. On en parle ici. Quelques extraits pour rattraper votre retard : Je sais pas | Code Postal feat Oxmo Puccino |La rue m’a rendu macroEncore un texte|

-          Zekwe Ramos – Selecao 2 : Zekwe Ramos, c’est ce rappeur qui fait des hits qui ne se vendent pas. Un Pharrell Williams underground et sans chapeau. Il rappe, chante, crée des mélodies entêtantes, et plait aux filles. Comme il le dit lui-même, si Evry était New York, il serait déjà loin. Malheureusement, Evry est à coincé quelque part entre  Saint-Fargeau-Ponthierry et Boussy-Saint-Antoine. C’est autre chose que Times Square et Central Park. Reste que Selecao 2 est l’un des CD les plus plaisants de l’année, la juste proportion entre egotrips ghetto et chansons planantes pour ta petite copine. Zekwe Ramos ne fera pas de tube mondial avec les Daft Punk, et ne sera pas interviewé par une Enora Malagré avachie. Quelque part, c’est peut-être pas plus mal. Bonus : notre interview de Zekwe, part.1 et part.2. Des tubes du ghetto : Somnambule |Premier métro |Libre |Maestro

-          Metek – Riski : Le parcours de Metek est ovniesque, et le résumer en quelques lignes est impossible. Pour faire très court, il est le fils de Pierre Goldman, frère de, et ex-braqueur/écrivain/ guérilleros au Venezuela. Metek rappe depuis vingt ans, a bossé avec Ill, Le Rat Luciano ou Freko Ding’, a été journaliste, braqueur, intérimaire, et a sortit il y a quelques semaines son premier album solo : Riski. Riski est un OVNI, le genre d’objet qu’on se prend dans la gueule sans trop comprendre d’où ça vient. Un album aussi dense que personnel, aussi mature qu’halluciné, dont on ne sait pas trop s’il est joyeusement sombre ou tristement enjoué. Considéré par beaucoup de monde comme l’album de l’année, il serait déplorable de passer à côté. Quelques extraits à ne pas manquer : Niquer tout ce qui bouge | 75021 | Le plus grand fan de Metek |Gwadanigga |

Ils ont aussi sortit des albums, mais on s’en serait bien passé :

-          Team BS : Quand La Fouine veut se racheter un public, c’est pas beau à voir. « Je prends une mineure issue de Popstar, deux jeunes rappeurs déjà has-been, j’engage un styliste possédé par le démon, et je balance quelques singles ultra-formatés ». A force de matraquage radio et d’apparitions chez Hanouna, ça finit par fonctionner : l’équipe Banlieue Sale vient de se voir remettre un disque d’or. La France va mal, les amis. Bonus : on en parle ici.

-          Mister You – Le Prince : Le Prince, c’est un condensé de tout ce qu’il ne faut pas faire dans un album de rap : un flow pas du tout maitrisé, des refrains mi-rap mi-rnb assommants, une chanson d’amour d’une fragilité abracadabrantesque, et des « punchlines » dignes des plus belles fulgurances de Fababy (« On est tordu sans être de Pise » …..) - Bonus : les conseils de Mister You pour faire un mauvais album.

-          Black M – Les Yeux plus gros que le monde : A qui se demandait si la Sexion d’Assaut pouvait vendre sans Maitre Gims, Black M a apporté la réponse : avec son premier album solo, il est la meilleure vente « rap » de l’année. Concernant le contenu de l’album, pas de surprises : de la première à la dernière piste, le rappeur parisien contente son public adolescent. Le seul public qui achète des CD, en somme. Black M aurait tort de s’en priver.

Ils ont du mal à dépasser les 1000 vues sur Youtube, mais ils ont sortit d’excellents EP :

-          BARABARA – Il était une fois le Barbouze : Si Riski est un OVNI, Il était une fois Le Barbouze vient carrément d’une autre dimension. Cet EP empreint de dubstep est un véritable storytelling étalé sur 8 pistes, contant le voyage d’un schizophrène perdu quelque part sous les Tropiques. Sur soundcloud, un peu moins de 500 personnes ont écouté ce chef d’œuvre sur son Soundcloud. A côté de ça, Keen’V a vendu 150000 albums. Lutter conte le chômage et les quenelles, c’est bien, mais faudrait commencer par éduquer musicalement ce pays. Bonus : Pourquoi "Il était une fois Le Barbouze" est-il meilleur que ..."

-          Teddy the Beer – SPAM : Teddy the Beer est l’un des seuls rappeurs français, avec Alkpote, à avoir un nom vraiment marrant. Ex-parisien devenu Montréalais, Teddy a livré le mois dernier un excellent EP, très musical, qui mise beaucoup sur l’humour, mais ne néglige jamais la technique. Concept original, musicalité, SPAM est l’un des meilleurs EP de l’année. 150 téléchargements seulement sur sa page Haute Culture. Pendant ce temps, Hayce Lemsi fait 12 millions de vues avec « One-One ».

-          Moïse the Dude – Volume 2 : On a déjà parlé en long et en large de ce deuxième EP solo de Moïse the Dude, y'a plus grand chose à en dire. Si vous ne voulez pas l'écoutez, on en peut plus rien pour vous. Pour qui en veut encore un peu plus, une version screwed and chopped est dispo depuis peu. Parce qu’on n’est jamais trop nonchalant.

Ils font de la musique, mais aussi des clips :

Swagg Man – Billey

Swagg Man est un paradoxe. Dans le fond, il n’est pas un bon rappeur, a une image assez ridicule, mais est suffisamment bien ghostwritté, dispose de très bons beatmakers et d’excellents ingénieurs du son, pour devenir musicalement crédible.  Et le petit plus, c’est que ses clips sont très bons.

LIM – On les baise à mourir

LIM est un génie. Il reprend le « Je l’aime à mourir » de Francis Cabrel, et en fait « Je les baise à mourir ». Et comme un coup de génie n’arrive jamais seul, il met un mec avec un masque de Ben Laden dans son clip. Bonus : trente bonnes raisons d'écouter Violences Urbaines 4.

Touno Heisenberg - Belize

Hotel Iblis volume 2 va être très très bien.

Rohff – Zlatana

L'un des seuls vrais bons morceaux de PDRG, si on arrive à considérer que le thème n'a pas déjà été traité cent fois, et que le choix d'une face B US était volontaire. Un clip sympatoche, mais sans chevreuil.

Dosseh - En balle

Dosseh s'ennuie, il aimerait pouvoir enfin balancer Perestroïka, mais : le rap français. Alors il balance des freestyles de temps en temps, pour rappeler que les rappeurs peuvent monter sur sa bite autant qu'ils veulent, ils ne lui arriveront pas à la cheville pour autant.

Butter Bullets – Hugo

Ces gens ont des problèmes. Ils sont malsains.

Booba – OKLM

Certes, le son est assez banal : une copie de la copie de la copie de ce que fait Booba depuis un an. Mais le clip, lui, est un WTF total : Booba en Ryan Gosling, reprenant gant pour gant des scènes entières de Drive. Qui est un très bon film, d’accord, mais qui n’a absolument rien à voir avec le morceau.

MZ – Lune de Fiel

Le buzz de cette première moitié d’année, c’est la MZ. Un genre de Sexion d’Assaut, qui fait chanter aux adolescentes « viens dans ma chambre, on va fumer, tiser, baiser ». C’est quand même bien plus intéressant que « insensé, insensible, tu l'aimes mais pourtant tu la fuis ».

Mais aussi, au rayon « faits divers du rap français » :

- Un album de reprises des classiques de NTM par Jenifer, Zaho et d’autres petites connasses du même genre a été annoncé. Vivement que Lorie nous chantonne « Donne moi des balles pour la police municipale ».

- Un petit génie a chanté « Laissez Booba tranquille ». Parce qu’à ce niveau là, y’a pas d’autre mot : ce mec est un génie.

- Joke s’est une fois de plus ridiculisé sur les réseaux sociaux. Après avoir proclamé qu’Ateyaba serait l’album de la décennie, après avoir souhaité le cancer aux téléchargeurs, il a eu la bonne idée d’utiliser en guise de teaser pour un single … la célèbre photo de Rihanna avec le visage tuméfié suite à son agression par Chris Brown.

rihanna-joke

Evidemment, c’est complètement débile. Sentant qu’il s’était peut-être approché un peu trop près du soleil, il a décidé de faire marche arrière. Son cerveau prodigieux lui a donc dicté une justification digne des plus grandes plaidoiries de Karim Achoui :

joke-suiteàlademande

S’en est donc suivie une déferlante sur twitter, avec le fabuleux hashtag #SuiteÀLaDemandeDesManagersDeRihanna :

joke suiteàalademande

Suite à ça, il a aussi sortit un album. Le meilleur de la décennie, au bas mot.

- Kery James a pris sa retraite. Après tout, ce n’est que la huitième fois depuis 2007.

- Rohff est allé en prison, puis en est ressortit, grâce à une caution payée par Samuel Eto’o, depuis le Brésil. Le Gorafi ? Non, le rap français.



  • One thought on “Rap français : bilan du premier semestre 2014

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *