booba tariq ramadan captchamag

Booba VS Tariq Ramadan : kamoulox !

Rohff, La Fouine, Sinik, Alpha 5.20, Kaaris … il devient difficile de trouver un rappeur français qui n’ait pas été clashé par Booba. Alors forcément, quand le Duc s’ennuie, il est obligé d’aller chercher un peu plus loin. On aurait pu s’attendre à ce qu’il lance une pique à Enora Malagré, comme Niro, ou à Jean-François Copé, une victime facile en ce moment, mais non, Booba a –pour une fois- décidé de frapper là où personne ne l’attendait. Résultat, un duel 2.0 que même Quentin Dupieux n’aurait pas osé imaginer : Booba VS Tariq Ramadan. Retour sur les événements qui ont amené à ce véritable kamoulox médiatique.

Retirez Instagram à Booba, par pitié

Le compte Instagram de Booba, c’est, grosso-modo, pas mal de photos de muscu, quelques portraits de Luna, cette petite fille qui n’a rien demandé à personne, et bon nombre de photomontages des ennemis du rappeur. Jusqu’ici, rien de bien folichon. Et puis, ce 12 juillet, le drame :

boobanoisey1

A partir de là, la boite de Pandore est ouverte. Pour les réseaux sociaux, Booba + conflit Israélo-palestinien = dynamite + allumette. En voulant exprimer sa neutralité la plus totale, il provoque l’effet inverse. L’intention de départ n’est peut-être pas mauvaise (ce n’est pas avec un tweet ou un commentaire sur Instagram qu’on sauve des innocents, certes), mais le résultat est catastrophique. Sans vraiment s’en rendre compte, Booba s’est mis dans la position du mec qui assiste à un viol, mais refuse d’intervenir parce qu’après tout, ça ne le regarde pas. Pire : on finit même par lui reprocher de dissuader le soutien virtuel. Et pour un mec aussi influent que Booba, ça passe mal.

Booba et la Palestine

 

Au final, on a vraiment du mal à comprendre où Booba a voulu en venir. Sans doute n’a-t-il pas mesuré la quantité de dynamite sur laquelle il était assis au moment de publier ce post, et sans doute croyait-il bien faire en rappelant que se déplacer jusqu’à Gaza pour y soutenir la population était plus utile que de poster un #freegaza entre deux copieux repas instagramés avec un joli filtre Earlybird. Malheureusement, c’est complètement manqué, et plutôt que se trouver dans la posture du rebelle clairvoyant, il passe pour le lâche qui ne veut surtout pas prendre position. Pourtant, en y regardant de plus près, il adopte exactement la même position depuis au moins dix ans, et personne ne l’a jamais emmerdé auparavant. Et si dans Destinée, il se réclamait « d’humeur palestinienne », il expliquait alors dans Teknikart que l’expression n’était pas à prendre au pied de la lettre :

« Mickaël Sebban — T’avais un lyrics qui disait que t’étais d’humeur palestinienne…
Booba — C’est parce que je suis de mauvaise humeur, c’est tout. Et à la télé, quand je vois un palestinien, il est toujours soit en sang soit en train de lancer des pierres.
Mickaël Sebban — Mais t’es d’accord que je suis d’humeur palestinienne, ça peut vouloir dire le mec qui se fait péter avec la ceinture d’explosifs aussi.
Booba — Un mec bien énervé, bien chaud.
Mickaël Sebban — Si t’es d’humeur palestinienne, c’est qui l’Israélien ?
Booba – Ca rimait tout simplement avec hyène. Ça ne va pas plus loin.
Mickaël Sebban — T’aurais pu dire d’humeur israélienne, ça rimait aussi.
Booba — Non, je n’aurais pas dit ça.
Mickaël Sebban — C’est vrai que t’as eu des embrouilles sur Sky avec ce lyrics ?
Booba — Ils l’ont censuré. Ils trouvaient ça un peu chaud vue la situation. Mais je m’en fous, sur Ado, ça passait normal. Je n’ai rien à me reprocher. Là bas, c’est une guerre comme une autre, mais s’il y a des problèmes entre juifs et musulmans, c’est aussi parce qu’ils n’arrêtent pas de montrer les Palestiniens à la télé. Moi, je suis plus concerné par l’esclavage. »

(Teknikart, Juin 2004)

En somme : la cause palestinienne n’a jamais intéressé Booba. Lui, son truc, c’est plutôt l’esclavage, ou plutôt, sa mémoire. Une cause noble, évidemment, mais qui fait tout de même un étrange écho avec ce qu’il se passe aujourd’hui : « n’oublions pas que notre peuple a souffert il y a deux siècles, mais fermons les yeux sur les peuples qui souffrent aujourd’hui ».

Booba est-il juif ?

 

Il convient également de rappeler que si le sujet est particulièrement sensible chez Booba, c’est qu’on lui prête depuis ses débuts la religion juive. Rien de grave dans le fait d’être juif, évidemment, mais quand on s’aventure sur le sujet israélo-palestinien, cela peut prêter à confusion. Rappelons donc que Booba s’est toujours dit « musulman non-pratiquant », et s’est toujours amusé, dans ses textes, de ces rumeurs (« Parait que j’suis juif, j’t’enfonce une grosse bite ashkénaze »). Il a par ailleurs rendu une réponse brillante à Ragemag sur le sujet :

« Je trouve dommage qu’ils disent que je suis juif comme si c’était une insulte. Les gens disent ça comme si c’était grave. C’est totalement raciste, c’est vraiment des grosses merdes ! Et si j’étais juif, t’inquiètes pas que j’aurais un gros bling-bling avec une étoile de David. Je leur dirais “allez vous faire enculer !” et je le revendiquerais totalement. Je ne vois pas le mal qu’il y a à être juif et je ne vois pas pourquoi ils essaient de me faire passer pour un juif pour me décrédibiliser. C’est bête, méchant, raciste… ça fait trop pitié ! En plus, ça insinue que si j’étais juif j’aurais honte de le dire. Comme si c’était une maladie grave. Parfois, je n’aime pas répondre à cette question parce que j’ai l’impression de renier quelque chose … C’est délicat de dire « Oh non, j’suis pas juif ! ». »

Ragemag, novembre 2012

Mais revenons à nos moutons.

Kennedy est le rappeur le plus opportuniste du monde.

 

Kennedy, c’est ce rappeur du 94, qui a connu un éphémère moment de gloire en 2005-2006, à une époque où quelques illuminés le considéraient comme l’avenir du rap français. Depuis, sa carrière n’a jamais réellement décollé, et seuls quelques fails dont lui seul à le secret viennent nous rappeler ponctuellement son existence. Sentant le vent du buzz souffler, il a été le premier à dégainer les armes face à Booba :

boobanoisey2

Kennedy renvoie Booba au fameux « balaye devant ta porte », en lui rappelant que lui aussi aime faire la guerre sur les réseaux sociaux, à coups de hashtags et de photomontages, sans pour autant aller se mouiller « sur le terrain » face aux fameux cinquante centimètres de tour de bras de Kaaris.

Puis, sans trop qu’on comprenne pourquoi, Kennedy supprime son message (avant d’en re-balancer trois autres dans les jours qui suivent), l’occasion pour Booba de conclure le débat d’un « merci d’avoir participé » qui s’avère tout de même très drôle.

boobanoisey3

D’autres personnalités réagissent également au message de Booba, parmi lesquelles son ex-ami Sazamyzy ou encore, plus étonnant, Said Taghmaoui.

boobanoiseysazamyzyboobanoisey4

Tout aussi étonnant, Rohff n’a pas encore posté de « la zoulette a choisi son camp ! ». Les bonnes habitudes se perdent.

A noter également, la belle initiative de Mokless :

boobanoiseyMOKLESS

Tariq entre en scène

 

Ce n’est un mystère pour personne, Tariq Ramadan est un soutien moral de poids pour la cause palestinienne. Et quand un rappeur adulé par des millions de jeunes leur demande de cesser leur soutien sur internet, le lascar voit rouge, et balance une première missive :

boobanoisey6

Cette histoire aurait donc pu se conclure là-dessus. Mais Booba aime la surenchère, et par-dessus tout, aime avoir le dernier moment. Le gros problème qui se pose pour lui, c’est que polémiquer avec Tariq Ramadan (professeur à Oxford, chercheur à Kyoto, et 8ème penseur le plus influent du monde selon le Times) ce n’est pas vraiment comme polémiquer avec Kennedy, un rappeur qui a passé la moitié de sa discographie à se vanter d’avoir eu le bac. Quoi qu’il en soit, le Duc tente quand même le coup. Sur un malentendu, sait-on jamais, ça peut peut-être fonctionner. L’étape suivante dans cette succession de statuts facebook et de hashtags inventifs, c’est la dissertation publiée sur instagram. Au point où on en est, de toute façon, on ne peut pas tomber plus bas.

boobanoisey7

Il y aurait un bon millier de choses à dire sur cette élan prosaïque de Booba, mais retenons l’essentiel :

-          Commencer par « wesh Tarik, t’as un CAP secrétariat ou quoi ? » rend vaine toute tentative d’être pris au sérieux.

-          Booba tente de remettre les choses au clair, et d’élucider ses propos apparemment mal interprétés : « on a demandé à personne de ne pas soutenir la Palestine ». Quoi qu’il en soit, le mal est fait : l’ex-Lunatic à mis les pieds dans des sables mouvants, et plus il cherchera à s’en sortir, plus il s’enfoncera.

-          Malgré tout, Booba place quelques réflexions intéressantes, notamment celle-ci : « la plupart de ceux qui postent leur soutien à la Palestine sont Africains mais on n'les entend pas quand ça se passe quotidiennement sur leur propre continent ». C’est pas faux, c’est même plutôt judicieux de le noter, mais malheureusement, ça n’effacera pas toute la polémique précédente.

-          « On arrête pas les chars avec la 3G » est la meilleure punchline de B2o depuis au moins deux albums.

-          En une trentaine de lignes, on ne déplore quasiment aucune faute d’orthographe. Venant d’un rappeur, l’exploit est assez rare pour être salué.

Et quand on pense enfin qu’on ne peut plus tomber plus bas dans le débat, qui apparait ? L’Algerino !

boobanoisey9

 

Tariq, suite et fin

 

Demander à Tariq Ramadan, un lascar qui a débattu avec les plus grand intellectuels de la planète, de remettre en place un rappeur bodybuildé, revient à demander à Paul Bocuse de nous préparer une purée Mousline : beaucoup trop facile.

boobanoisey8

On ne s’attardera pas à décortiquer la moindre virgule de ce court paragraphe, mais on notera tout de même que côté punchlines, le boug Tariq n’est pas en restes : « Quand un éléphant se dispute avec une souris, dire que l’on est neutre, c’est avoir pris le parti de l’éléphant ». Et tout ça, sans autotune s’il vous plait. Booba, en voulant absolument éviter toute question politique, a vu son image se politiser comme jamais. Pire : en refusant tout parti-pris dans ce conflit, il a été rangé du côté des anti-palestiniens. Alors, bien sûr, on peut se demander si le rôle d’un artiste est de prendre position sur ce type de sujet, et si, au final, il n’a pas le droit d’avoir son opinion, qu’elle plaise ou non. Une chose est sûre, Booba a choisi le sujet le plus clivant possible, et risque de perdre une partie de son public.

Conclusion : Booba aurait gagné à se taire.

 



  • 6 thoughts on “Booba VS Tariq Ramadan : kamoulox !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *