ban green

Le rap français vient juste d’éclore | Captcha Mag

N'ayant malheureusement pas accès aux grands médias de rap français comme les experts que sont Olivier Cachin et Mouloud Achour, je profite de cette modeste tribune pour vous parler du rap du petit peuple. Ayant une sympathie non dissimulée pour les personnages déviants (voir sociopathes) je viens parler de quelques modestes projets aux caractéristiques communes : un manque d'exposition et de l'amour pour toutes sortes de psychotropes. Ces charmants ovnis sont produits par des gens dont vous n'avez probablement jamais entendu parler et qui pourtant mériteraient quelques minutes d'attention.

Yuri J - Texas Tea Mixtape

Jeune artificier au visage pale, Yuri a fait ses armes depuis quelques années à travers le rap et le graffiti. Production, enregistrement, c'est en forgeant qu'on devient forgeron comme dit l'adage. Bénie soit cette des homes studios et des logiciels crackés. En totale indépendance, ce projet a été conçu avec le plus grand soin. Habilement nommé Texas Tea, la mixtape puise ses forces dans de nombreuses sphères.

Après une introduction musclée, vous aurez vite compris pourquoi ce jeune Yuri est instable comme le prix du baril. La suite baigne dans la même rage en ébullition, le temps d'encaisser quelques phases percutantes comme de la chevrotine sur Styx  : "Charmé par la street cette pute a les membres élastiques, les astuces pour changer les ronces en roses et t'emmener terminer ton trajet dans un putain d'bourbier et quand même l'arroser au bourbon". La prod mélancolique de Ghettotrip 2 n'adoucira pas la recette. L'aigreur fait parfois cogité : Farwestern Union et la haineuse Civilisé prouvent qu'en plus d'avoir une bonne plume le bonhomme est loin d’être con . Pas de ton condescendant ni de donneurs de leçons : le sacro-saint "rap conscient" n'a rien a faire ici et tant mieux, ces phrases sont juste le reflet d'une réalité brute et froide, pas un appel au secours.

L'intitulé du projet peut certes rendre l'auditeur méfiant : si les références a d'obscures substances parcours de long en large le projet, il n'y a finalement que 3 titres baignant dans les grandes marmites de sirop. La aussi, Yuri ne laisse pas de place a l'imaginaire, tout est très sérieux. La chanson Dans Le Sachet est une recette parfaite et le bon refrain de Grosse Saveur rentre très vite en tête. Les deux couplets d'Nkess, la tranquille La Nuit et l'artwork de SingeMongol sont aussi a mettre à la liste des bons points.

Appel les ghostbusters j'suis possédé par Chad Butler c'est bavon
― “Dans le sachet” by Yuri J

Boissons codéinés, prod estampillé Chiraq (#PahPahPah)  alcools bons marchés, haine gratuite et mode de vie de vagabon, voilà le cocktail présent dans cette Texas Tea Mixtape que vous pouvez télécharger gratuitement en cliquant sur la cover.

Jordy - 667 - La Monarchie

Producteur sous le pseudonyme de Lestat De Lyoncourt, Jordy a depuis presque un an maintenant, décidé de gémir quelques phrases devant un micro. Outre sa voix très particulière, le fait qu'il rap littéralement en dormant rebutera malheureusement la plupart d'entre vous : réussir à être plus nonchalant que Moïse The Dude étant malgré tout une belle et grande prouesse. Très actif sur Soundcloud, Jordy a déjà à son tableau de chasse pas mal de très bonnes chansons et un projet de 16 titres : Notre Jour Viendra.

Chanel et Tralala sont sans doute les chansons les plus abordables pour les néophytes, c'est grâce à ces chansons que j'ai découvert cet obscure groupe qu'est le 667. Les titres comme Crack ou La Regarde Et Remercie Dieu provoqueront probablement un vague sentiment d'incompréhension aux oreilles curieuses : Jordy a sur la plupart de ses chansons la diction typique des siroteurs assidus, que seuls les plus fins experts peuvent reconnaître / supporter. C'est comme essayer de parler avec de la nougatine entre les dents, pour vous faire une idée. Le flow est lent, très lent (Sentinelles), parfois trop, a la limite du slam : on aime ou on déteste, vous serrez vite fixés. Certains de ses gémissements plaintifs rappel un peu Young Thug. En constante léthargie, Jordy passe le plus clair de son temps à parler de drogues diverses (l’excellente Bonbons) , de filles de petites vertus et de liqueurs en tout genre. Derrière toutes ses jolies phrases crues se cache un univers regorgeant de très bonnes références et quelques ambiances très sombres dans lequel on plonge volontiers. La prod de NRM sur Violet est par exemple une bonne pépite dans son genre, ou les ambiances inquiétantes (la prod originale est de Dj Mustard) sur 187 et Alligator. Si sa musique s'adresse à un marché de niche, j'avoue être l'archétype parfait du cœur de cible. Nuages de fumée, noms de dictateurs, astronomie (Nibiru), références à Batman et aux antitussifs, en passant par les sabres japonais, Harry Potter et le roi Hennok, divers acides (molly dans limo), les mangas (Afro Samouraï)  les sciences occultes (pyramide inversé comme emblème) et certaines pistes en Chopped & Screwed : le paradis du druide. J'avoue sans peine avoir écouté cette voix si étrange des dizaines et des dizaines d'heures, au fond de mon labo ou en traînant la nuit dans les rues comme un enfant perdu. Car au fond, Jordy est lui aussi un enfant perdu, un enfant roi qui n'a aucun mal à dire que ses larmes ne sécheront jamais et qui use et abuse d'autotune autant que de THC.

"J'ramène ce crack, comme en 80 : j'me sens comme Maradona sur un stade brésilien"

Voyant avec une grande tristesse de plus en plus de gens justifier maladroitement le fait d'aimer certains titres de Swagman, je préfère mille fois la musique de Jordy. A vous de trouver la pertinence ou non de cette comparaison. En plus, le petit sait s'entourer pour produire des visuels assez bons avec peu de moyens. D'ailleurs la plupart de ses prods sont taillées sur mesure par ses propres soins : du bricolage de qualité. La monarchie du 667 a donc lentement entamé sa grande ascension et ses plus fidèles et talentueux loups Norsache BerlusconiOsirus Jack et Freeze Corleone accompagneront Jordy dans sa grande et obscure quête. Givenchy sur CD : ordre et progrès.

Jeux de mots astucieux, bière bon marché, poudreuse Québecquoise et jeux vidéos : voilà une combinaison pour le moins surprenante. Les plus fidèles d'entre vous auront peut-être reconnu le personnage puisque l'immonde Genono avait publié quelques mots sur Teddy The Beer, à l'occasion de la sortie du clip Pack De 16. C'est grâce a cette belle et sincère déclaration d'amour pour le houblon que j'ai découvert ce jeune Français expatrié au pays du sirop d'érable. A l'époque, son EP Spam était encore en préparation, il est disponible à l'heure ou vous lisez ces lignes. Ces 7 titres sont honnêtement très convainquant et l'ensemble est assez homogène pour se laisser écouter du début à la fin sans passer une seule piste. Que des bons ingrédients dans la recette : mousse, japonaiseries et fesses rebondies. Ce jeune Teddy à de l'attitude, un style propre sans être trop conventionnel, en plus d'être techniquement très habile. L'ambiance électro du titre éponyme rappelle (toutes proportions gardés) un peu Dizzee Rascal, un bon point. C'est remuant et maîtrisé, parfois même un peu psyché comme la prod du très bon Muselière. Je recommande fortement l'écoute de ce petit projet, ça ne vous prendra pas plus de temps que de vider deux pintes, ce qui est en soi une raison largement assez bonne. Comme le travail est bien fait, les quelques visuels qui accompagnent le projet sont eux aussi bien ficelés. En espérant voir Teddy apparaître dans le prochain Marvel. Safe !

 

Nkess - Kepler 6.2

Nkess est un jeune rookie évoluant du même côté de la frontière que Yuri, ce qui explique leurs fréquentes collaborations. Chacun ayant son poison de prédilection, la fumée blanche si chère à Nkess remplaçant ici les dérivés d'opiacés de Yuri. Kepler 6.2 est donc son premier vrai projet. Vie nocturne, fascination pour l'astronomie, destruction intense d'alvéoles pulmonaires, références aux aliens, le tout saupoudré de bonnes doses d'autotune. Voilà tout ce que vous trouverez sur cette lointaine planète Kepler, chaleureux lieu ou Nkess a élu résidence. Conscient de la nécessité d'occuper le terrain, ce jeune est lui aussi entrain de cuisiner des nouveaux produits à l'heure ou vous lirez ces lignes. Pour patienter, il apparaît dans le clip Dieyance aux côtés de Toffana : un son léger, calibré pour les barbecues d'été au bord de la piscine. #FuckedUpMusic

Le premier projet de Sémaphore, Hotel Iblis, avait agréablement surpris, malgré la qualité sonore encore au stade de bricolage. La technique était encore un peu bancale mais le potentiel était déjà là. En mars dernier, Youno et Jipé ont monté un rapport, d'abord avec le titre Belize, accompagné d'un bon petit clip, puis avec l’excellente Province (prod Holos Graphein) et ses quelques phases déjà légendaires dans le vaste royaume de la débilité. Cette joyeuse équipe devrait dévoiler quelques nouveaux produits trés prochainement : Jeune Jipé aka Young Mobutu ouvrira le bal (puisque il aime se travestir) avec sa mixtape Bissap Lamont. Hotel Ibliss II arrivera ensuite avec l'équipe au complet : Youno, Jipé et Holos Grapehin à la prod. Impatient d'écouter ces joyeuses mongoleries.

Elohim & Comoko - Jeunes Négros

Depuis PEPLVM, Elohim a bien progressé : son nouveau projet Jeunes Négros (entièrement produit par Comoko) s'écoute en douceur. Le jeune a pris de l'assurance au fils des mois. L'écriture est garnie de bonnes phases, le flow est plus appliqué, les choses prennent forme plus naturellement. Lentement mais surement. Là encore, on sent l'amour pour l’esthétisme et les belles choses en générale. Du bel hommage aux jolies formes de Jackie Brown au planant MLK, Elo arriverait presque à nous faire oublier ses débuts sur mon trés cher Poussière de stars. L’atmosphère donne parfois l'impression qu'on lévite, comme si cette musique était destinée à être écoutée au grand air, au calme dans une vieille décapotable, certaines mélodies rappellent la musique de 8TM et ses bulles pétillantes. Ici aussi, le Thabor possède la science des mixtures codéinées et ne manque pas de le faire savoir. Fanta fraise-kiwi ou Sprite, chacun ses préférences : qu'importe le flacon pourvu qu'on est la perte de vitesse. Ces petits airs de comptines pour enfants vont résonner encore de longs mois dans ma sombre caverne, du son parfait pour partir en vacances à la mer dans une petite Saxo.

Les références faites à UGK (meilleur groupe de musique de toute la galaxie depuis la création de l'univers jusqu’à la fin des temps) et plus globalement au rap de Houston et de Memphis font toujours plaisir a entendre dans le rap français : c'est une chose commune à la plupart des projets cités précédemment. Le lexique de la trap musique Géorgienne a lui aussi traversé l'atlantique, ce qui enchantera surement les familiers de cet argot (les s/o et autres godam!). Yuri et Jordy semblent vouer le même culte pour le sirop, l’ésotérisme et les paroles du Roi Heenok. Si la forme diffère, les différents univers des gens cités dans cet article on énormément de points communs. Ces gens sont tous plus ou moins perchés, soit. Qu'importe finalement la vision des fossiles cités au début de l'article, notre génération est droguée à internet (et au sirop) et se cultive quasiment exclusivement grâce a ça.  Force ou faiblesse, sa dépend juste du point de vue. Qu'importe l'époque, les puristes du rap brandirons toujours fermement leur sempiternel  "c'était mieux avant". Le soit disant manque d’éclectisme du rap Français n' est en fait qu'une chimère. Et si Elohim avait raison ? Peut-être que le rap français vient juste d'éclore.



  • One thought on “Le rap français vient juste d’éclore | Captcha Mag

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *