murkage une

Murkage : rap et musique électronique à Manchester

Le 21 Octobre, au Petit Bain à Paris, se tiendra le concert de Murkage, un évènement à ne pas rater.

Une ville, Manchester. Un groupe, Murkage.

De droite à gauche: Gaika, Klepto, Murkage Dave, Amat Amas Amo, Two-One

Murkage est un crew de Manchester gueulant dans leurs micros depuis déjà plusieurs années, qui détient un club "The Murkage Club" (pourquoi chercher dans le compliqué ..?).

Manchester, c'est la ville de la grime, les débuts de la dub et de toutes ces merdes électroniques. Chez Murkage, vous retrouverez tout ça sur fond d'accent Jamaïcano-brittanique rappé. Le groupe est constitué de producteurs, de DJs, de musiciens ainsi que, bien sûr, de rappeurs. Ils forment une grande famille, ce qui débouche sur un univers musical riche. Une force, à une époque où il n'existe plus que des labels rappeurs ou des labels de beatmakers.

Paperweight a été le premier single à les propulser un peu sur le devant de la scène. Je vous laisse ça là, à ne pas mettre dans toutes les oreilles. C'est vénal, c'est violent, c'est hooligan, c'est l'Angleterre qu'on aime.

Plusieurs EP suivirent, tous disponible sur leur Soundcloud, gratuitement, bien sûr. J'en parle un peu plus bas.

We the misfits

Murkage a longtemps attendu avant de sortir un projet complet. Comme ce qui se fait dans la musique électronique, les EP étaient majoritairement composés d' un morceau original suivi de quatre ou cinq remixs. Torches, puis The Door, ont toutes deux été clipées.

D'une part, Torches, c'est la violence, une ode à l'anarchie et la destruction de nos villes. D'ailleurs, elle créa un certain "bad buzz" puisqu’aucune radio ne voulait la diffuser à cause de ses paroles  jugées "trop dangereuses". Cet EP m'a fait découvrir un artiste assez intéressant, il s'agit de KEE, un ami du groupe. Son remix de Torches, transformé en un trip house assez plaisant, est un régal.

D'autre part, The Door, c'est la luxure, la petite england teen que tu déglinguerais bien sur la piste de danse. Le clip retranscrit d'ailleurs plutôt bien cette ambiance britannique un peu sale. D'ailleurs, Klepto, nous a refait un mashup majestueux de The Door vs I'm A Boss. Sur ces deux EP, on retrouve aussi des remixs par AAA (Amat Amas Amo), le batteur live du groupe : globalement, des musiques sombres sur une batterie principale.


Seul Default Sovereign EP propose cinq titres originaux sur un même projet. Datant d'il y a quatre ans, cet EP posait déjà les bases du mélange culturel et musical du groupe. On connaissait la fameuse Paperweight, mais on avait des chansons plus 'ouvertes" telles que Real Sick, avec une guitare saturée à la manière d'un track de Bloc Party. Christian AIDS offre également un remix de Paperweight, et en propose une vision complètement différente.

Ce n'est que le 28 Avril 2014 que Murkage sort enfin son premier album, Of Mystics and Misfits, après plusieurs singles dispatchés sur YouTube. Le premier en date, La Plage, en featuring avec Bipolar Sunshine (un gars qui marche bien Outre-Manche, un genre de John Legend), est un ode à Paris, ville où le groupe se retrouve souvent en concert. Suivront Officer Parker et Manifesto, deux singles plus bruts, moins "mainstream".

En jetant un oeil à la tracklist, tout semble à peu près normal ... à l'exception de deux featurings : Orelsan et Nekfeu. Orelsan, lui, est sur le dernier track (qui est d'ailleurs un bonus), et Nekfeu, vient passer le bonjour sur le single Manifesto. Je peux vous avouer que ça fait mal au cœur de subir le rap français, même dans une autre contrée musicale que la notre. Même si, après tout, sachant que Murkage tournait avec 1995 et Orelsan lors d'un festival sur plusieurs villes trois ans auparavant, on comprend un peu mieux leur présence ici. D'ailleurs, Murkage a fait la première partie de 1995 pour l'un de leur concerts à Paris.

Malgré ces deux "erreurs", l'album reste très attaché à leur univers. On passe de La Plage à Spaghetti, tout à fait sans gêne, alors que la première est très gentillette en comparaison avec la seconde, un bordel monstre électronique avec des cris de rappeurs, ou des raps de crieurs, c’est encore à voir. Comme tout album qui se respecte, celui-ci comporte son interlude gogole magnifiquement nommée "Fat Tits". Ceci nous rappelle les plus belles minutes des albums de notre cher DJ Khaled. Mention spéciale à l'introduction, qui est la vraie intro de chacun de leurs concerts. Ici, on rentre dans l'album comme il le faut, en comprenant tout ce qu'il va nous donner dès les premiers rythmes du premier track.

Ce qui est sûr, c'est que vous n'y perdrez pas au change entre la version CD et le live. Murkage est un groupe ayant été plus souvent sur scène qu'en studio. Vous retrouverez la même énergie et le même partage entre le groupe et ses spectateurs. Un conseil, allez à leur concert. Après tout, 12€ c'est deux formules grec salade tomates oignons sauce algérienne mais au moins, vous aurez découvert un truc unique.

En bonus, je vous laisse ce rework de Can I Live dans les studios de Redbull. C'est assez fou. 



  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *