SD_-_Truly_Blessed

SD : vie sauvage et bénédiction.

sd
Cliquez pour télécharger Life Of A Savage Anthology.

Après 3 mixtapes, SD vient de sortir son "debut album" : Truly Blessed. Si on laissera les hautes entités religieuses décider de sa bénédiction, nous pouvons affirmer que du haut de ses 20 ans, Sadiki Thirston est un travailleur assoiffé...(technique celle la). Au bon endroit au bon moment ? Il y a un peu de ça. Même si parmi tous les jeunes pirates qui se sont engouffrés dans le sillage de Chief Keef, il ne faisait pas forcement parti des favoris. Avant lui, internet a découvert Lil Reese et Fredo Santana. Pourtant il était là depuis le début, avant que tout cela n'explose aux yeux du monde. Naître dans les quartiers sud de Chicago ne semblait pas être synonyme d'une grande destinée. Cela se ressent dans tous les projets rap qui émanent du groupuscule GBE et globalement des autres jeunes artistes de la ville. Chicago mérite son patronyme presque morbide de Chiraq, et c'est donc dans cette vie de sauvage que SD a grandi. Pourtant, les endroits les plus dangereux peuvent parfois être un terreau idéal. SD apparaît dans le clip de I Don't Like (la chanson qui a remis Chicago sur la carte du rap) et à cette époque dans à peu près tous les clips de Sosa et consort. Si on peut être certain d'une chose, c'est que tous ces loyaux soldats étaient vraiment potes et qu'il le sont toujours aujourd'hui, même si chacun trace sa propre route. Que de chemin parcouru depuis Global Now. Ce jeune poulain n'a cessé de progresser, dans l'ombre, travaillant sans relâche. Il a toujours été bien entouré, sur sa première mixtape, figure Chief Keef, Fredo, King Louie et des producteurs renommés aujourd'hui: Young Chop et C-Sick en tête. Cette trilogie de mixtape est fondamentale dans la construction de SD en tant qu'artiste : une sorte de genèse, d'apprentissage décomplexé. Après son premier baptême, il expérimente avec brio l'autotune sur Life Of A Savage 2 : outil qu'il utilisera habilement chaque fois qu'il voudra parler des femmes dans un morceau et les exemples ne manquent pas. C'est aussi dans cette mixtape qu'il effectue un rapprochement passager avec les kits 808, très en vogue à cette époque. Sur Life Of A Savage 3, il collabore sur quelques titres avec des artistes que ne viennent pas de la drill city, signe de la nouvelle reconnaissance dont-il commence à  jouir. Avec un RiFF RAFF qui marche sur l'eau (l’excellente Overdose) et avec Danny Brown sur le remix de New World Order. Mieux que des grandes phrases, vous pouvez télécharger Life Of A Savage Anthology : une compilation réunissant les meilleurs des trois mixtapes, avec quelques autres titres en bonus, le tout sélectionné avec la plus grande attention par mes soins.

 

La bénédiction.

Si un album est souvent considéré comme une première naissance, pour son premier rejeton SD a décidé d'enfiler les gants et de tout faire tout seul. Comprenez par là : aucun featuring, chose assez rare pour être soulignée. Plus surprenant, aucun crédit de Young Chop ou de C-Sick aux rangs des producteurs. Le seul nom prestigieux est celui de ce bon Sonny Digital, mais ce manque d'invités de marque  n'obscurcit en rien le tableau général. Après le premier leak  (la puissante Loyalty) c'est avec curiosité que j'ai posé mes oreilles sur ce projet sorti dans le courant du mois. Alors cet album est-il le touchdown tant attendu ? De mon point de vue oui. Il est comme l'aboutissement de tout ce que SD a de meilleur à offrir, et fera une parfaite carte de visite pour les curieux. On retrouve les mêmes recettes qu'auparavant. Des chansons violentes, aux sonorités trap : Confident, Movies (#bloddymurda) et Daily estampillé #MotivationTrack. Une chanson festive (Private Party) et les habituelles chansons autotunées : Styles (envoyez-la à votre bien aimée)  No Worries et l'indispensable Gossip. Clockwork est aussi une bonne surprise, et l’entêtante D.R.U.G.S. L'énigme réside dans le titre Circles que SD a décidé de mettre en avant. Une chanson un peu particulière quand on connait son répertoire, qui fait pourtant bon effet dans ma paroisse et a semble t-il été parachutée single de l'album. Le clip magnifique ajoutera encore de l'eau au moulin à cette étrange prod, à la fois bruyante et mélodieuse.

En espérant que cet album marque un nouveau départ pour SD, et que les ventes soient au rendez vous. Je remercie encore @Rcau (le plus gros fan de SD après moi) de m'avoir gracieusement envoyé ce Truly Blessed que vous pouvez trouver facilement sur iTunes. Si vous voulez écouter ce projet gratuitement, il est disponible en streaming via le player Soundcloud en dessous. Bonne écoute. En bonus, j'ai glissé l'énorme track éléctro qu'il a fait avec Brodinski.


 

 

[BONUS] [EDIT] Le clip de Brodinski est dehors et il est magnifique. SD a sorti un nouveau son (déjà) No Hard Fellings (prod Chop) , petites ogive qui aurait amplement méritée sa place dans l'album.

 

 

One thought on “SD : vie sauvage et bénédiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *