Three 6 Mafia - Choices The Album insert 2

RAP EXPLOITATION : Le nanar du mois -CHOICES, THE MOVIE- par Three 6 Mafia

image001

Nous sommes en 2001, moment stratégique dans l'industrie du rap, c'est là que moult destins sont en train de se nouer. Les nanars distribués par les labels notoires du rap sudiste se succèdent à un rythme effréné. A Memphis, Tommy Wright 3 sort Behind The Closed Doors pendant que ses concurrents directs pour ne pas dire ennemis intimes, Three 6 Mafia, illuminent les écrans des cinémas provinciaux avec leur premier long-métrage: Choices.

image003 image005

Attention ! Filmé en grande partie dans les quartiers de Dark City qui ont vu grandir et prospérer Juicy J, DJ Paul, La Chat, Lord Infamous, Gangsta Boo & Project Pat, Choices est un long métrage qui véhicule un message de jadis et de naguère. Sommairement interprété par des acteurs de seconde voire troisième zone, à la fois longuet, bavard, filmé avec les pieds, Choices prétend mettre en balance l'éternel conflit entre le bien et le mal, le chemin à emprunter, ou bien celui à éviter etc.... avec comme fil conducteur un ex-taulard alias Poncho Villa (!) auquel la société a donné une nouvelle chance de mener une vie citoyenne tristement conforme, donc remplie de frustrations.

Projet un tantinet ambitieux qui montre les tauliers de Hypnotize Minds Records/Films cabotinant au gré d'un scénario farci de clichés inhérents à ce genre de production. Ce n'est rien de dire que DJ Paul et Juicy J ont les dents en or qui rayent le parquet de Pyramid Arena, vu qu'ils ont fini par écarter du casting l'âme du groupe (Lord Infamous) afin de pondre cette œuvrette qui lorgne d'un œil torve vers la série Zzzz. Autant dire qu'artistiquement le suicide 666 est à cet instant définitivement consommé.

« Je voulais faire quelque chose que mes enfants puissent voir dans quelques années. » dira Paul au sujet de la motivation qui l'a poussé à se faire cadrer et recadrer. Avant de glisser entre ses chicots miroitants : « Nous savions que nous pouvions faire pas mal de blé avec ça. Aussi, dès que nous avons vu que ça intéressait les gens, nous avons décidé d'ajouter un supplément de 45 minutes au film. »

image007 image009 image011

Aucun doute. Avant de pimper un des trophées phalliques du cinéma US il leur faudra attendre des lustres, cinq ans exactement. Car, ici, c'est bien lui et ses compères qui ont tenu ce putain de stylo qui a dessiné ce putain synopsis, lequel vend de la rédemption à la petite semaine, du braquage mou du chibre, du snitchin' de pacotille, de la chute de petits caïds au rabais… Bref, on est à des années lumières de l’atmosphère profondément oppressante de Mystic Stylez, quoique par moment on caresse l'absurde, le kafkaïen.

Ça manque de moiteur, de cimetières, de mysticisme rural, de crocodiles de la mort échappés du Memphis Zoo. Ça manque surtout d'un vrai branquignol auquel on puisse s'accrocher pendant 98 minutes, un peu comme on agrippe une bouée dans la tempête. Tobe Hooper aurait été parfait pour cadrer le petit braquage où le staff trépasse à grands coups de tronçonneuse. Néanmoins, ne soyons pas bégueules, ne renions pas notre plaisir, tout n'est pas à jeter aux orties dans Choices. Ci-joint 8 bonnes raisons de reluquer ce désormais classic de la 'Rap-exploitation' sudiste :

- Samplé par Project Pat pour le titre du générique, Choice of Colors (1969) de Curtis Mayfield (The Impressions) n'est pas le premier sample emprunté par le groupe à l'artiste chicagoan. Project Pat a déjà samplé Oh, So Beautiful de Mayfield pour Life We Live, Triple 6 Mafia a samplé Give Me Your Love pour Lick My Nuts. Plus tard, Prophet Posse utilisera le sample de Hard Times pour Nothin' But My Pimp Shit.

- Je sais bien que la mode a évolué, n'empêche qu'en tant que Drug Lord/Petit-fils du Diable, Project Pat est fringué comme un as de pique.

- Comme dans la vraie vie, Paul s'envoie de la coke et Juicy J biberonne la lean améliorée.

- Question numérologie, la fiancée à Poncho Villa fait davantage songer au 69 kamasutresque plutôt qu'à ce 666 satanique dont on nous rabat les oreilles.

- Poncho, justement, miskine, il fait penser à l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'Actors Studio.

- Les deux flics blancs ont des trognes à se faire car-jacker par Tommy Wright 3 & la Manson Family, par une nuit noire, du côté de Smokey City, à la sortie du tournage.

- Désolé, mais La Chat ne sait pas tenir un flingue correctement.

- Memphis y est montré tel qu'il est, c'est à dire un trou obscur, une ville fantôme. Fidèle à sa réputation de 'Dark City' telle que l'a nommé Juicy J ?

Éteignez vos portables. En piste !

Watch Three 6 Mafia - Choices The Movie (2001) in Music | View More Free Videos Online at Veoh.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *