butter bullets une

Butter Bullets - Memento Mori (chronique)

2015 démarre sur les chapeaux de roues. Le chapeau à 1 million de Joe Lucazz, le bonnet sur la tête d'Adebisi, le lapin mort sous le chapeau d'un magicien défoncé à la coke. Après No Name, premier chef d’œuvre de l'année -auquel Sidisid et Dela ont participé avec les prods de Gatsby et Pharell-, nos deux nécromanciens dévoilent la fabuleuse folie planquée depuis deux ans sous leur couvre-chef.

Qu'est ce que la nécromancie ?  Une pratique occulte qui consiste à parler aux morts afin de prédire l'avenir. Sidisid parle bien à un public mort -ou, au mieux, comateux-. Pas de temps à perdre au milieu des vivants, "c'est du rap pour les pompes funèbres".Mais à la différence du nécromancien classique, c'est lui qui annonce l'avenir et répond aux questions qu'il pose. "Quelle heure est-il ? L'heure de faire de l'argent".butter bullets

Absent de la tracklist, mais planant sur Toute la nuit, Doc Gynéco est le premier mort appelé à participer à la fête. Pas le Gynéco quarantenaire, bedonnant et si peu neuronné, que l'épreuve du temps nous a laissé sur le bas-côté d'une route à peine goudronnée et même plus éclairée. Non, ici Butter Bullets rappelle le spectre du Gynéco insolent d'une Première Consultation aussi marquante que la première fois d'une jeune fille de quinze ans -qui ne dira rien à ses copines pour que tu ne dises rien à ses parents. Ce Gynéco mort, déjà rappelé de son Nirvana sur Peplum, retrouve ici le rôle de Celui qui vient chez toi (quand tu n'es pas là), et dans cette cuisine Mobalpa, qui, quinze ans plus tard, sent toujours les spaghetti. La tequila de Bruno est devenue un bon douze ans d'âge, et si Gynéco la jouait discrète "tu ne me connais pas, ta femme me connait", notre White Pimp C joue de sa petite notoriété : "Tu lui diras, c'est Sidisid, tu sais, Titanic". Un grand gamin, qui, une fois de plus, s'amuse avec la mort : "j'aime la roulette russe". Nouvel hymne au suicide (et nouvelle filiation avec le Nirvana de Bruno), 123457 est une déclaration d'amour au repos éternel, une glorification enchanteresse de l'auto-homicide volontaire. Plus que ta femme, la Grande Faucheuse est la meilleure amante de Sidisid et Dela. Plan à 3, étalé sur 18 pistes, et tourné comme un bon gros porno hardcore, avec gros plans et ralentis en screwed and chopped disséminés tout au long de ces 70 minutes de pellicule.

70 minutes, c'est facilement 20 de plus que la plupart des albums qui sortiront cette année. Un exploit qui n'a d’intérêt que si quantité rime avec qualité. Memento Mori est un disque dense, avec pour seuls temps morts MOR -interlude instrumentale torturée qui fait le lien entre le concupiscent Toute la Nuit et le retentissant Olivier Machin- et 14 avril -date de collision entre le Titanic et son slim Icerberg-, outro hypnotisante pianotée par un virtuose du XXIème siècle.

 

Rare pic of Sidisid
Rare pic of Sidisid

"Musique rap, rap, musique de merde". Sidisid méprise le rap français ("l'rap c'est rempli de tapettes et de pédés"), une musique qui "fonce droit dans le mur, comme Diana". Alors, Docteur Sid s'emploie à sauver ce qui peut encore l'être. Sadique, il l'"opère comme dans Hostel". Comme pour imposer leur vision torturée de la musique, Young Sid et Jérémie Dela découpent, tailladent, transforment et dénaturent les sonorités qui osent s'approcher trop près de leur centre gravitationnel. "Oh rap français, si tu savais tout le mal que je vais te faire" ... Le Marquis de Sade fait groupe de rap, quelque part entre Leopold von Sacher et Joffrey Baratheon. Lyricisme cruel et vicieux, mais pas seulement. Du grain de voix nasillard et nazillon de Sidisid, aux ambiances funestes distillées par Dela, en passant par l'interprétation perverse des morceaux, tout, dans la musique de Butter Bullets, est démoniaque. Écoutez ce "Coucou c'est nous, comme Christophe Dechavanne" (Pimp C). Il aurait pu sonner gay, ridicule ou cocasse, avec tout autre rappeur. Ici, il sonne diabolique. Butter Bullets est le serpent, la pomme, et le pêché originel. Quand Sidisid et Dela sont en studio, Belzebuth est le troisième larron.

"Même devant les portes de l'enfer, j'roule un petit bédo". Qui mieux qu'Alkpote -"le nouveau Doc Gynéco"- pour escorter des âmes perdues vers le précipice ? S'il n'a pas l'impact incroyable de Chiens, Prêt pour la guerre est une nouvelle preuve de l'excellence du binôme Alk-Sid. Les deux dévoreurs d'âmes se nourrissent l'un de l'autre -en toute hétérosexualité, attention- et nous font regretter un peu plus l'existence avortée du projet Ténébreuse Musique. Beaucoup, beaucoup moins prévisible, l'association Lalcko-BB est l'exemple parfait de ce que doit être une collaboration entre un pur lyriciste et un trappeur axé sur la technique. Sans que ni l'un, ni l'autre, ne dénaturent leur travail, le rapprochement se fait, et ce passage de témoin, où chacun répond dans son style, vaut son pesant d'or : "Ils disent que Colal dans un stud', c'est comme Sarkozy à l'Assemblée / Resserrez vos cravates, on va carotter, on va faire du blé / J'suis un hustler, je sais que même dans les pâtes y'a du blé" (Lalcko) ; "Ils disent que Sidi dans un stud', c'est comme Dominique au Sofitel / Desserrez vos ceintures, on va faire du sale, on va vous faire mal / J'suis un hustler, tu sais que même dans ta chatte y'a mon nez" (Sidisid)

Troisième featuring, et troisième ambiance : Zekwe. Sur Mademoiselle, l'ambiance est salement romantique, ou romantiquement sale. Éloge de la muse en Louboutin, Mlle aurait aisément pu figurer sur Seleçao 2, bien calé entre Premier Metro et La fille d'à côté. Prod douce et envoutante, punchlines ramossiennes ("Crache le maximum de fois avant que ta femme revienne", "transforme vite ton RSA en RS4 si tu veux que cette garce écarte les pattes") ... La grande qualité de Butter Bullets, c'est de savoir s'adapter aisément au style et à l'univers de chaque invité. Un mimétisme impressionnant, qui atteint, forcément, son apogée, quand Gangsta Boo entre en scène. Car après Project Pat sur Peplum, nos deux compères continuent de se faire plaisir, en collaborant avec un autre membre notoire de la Three 6 Mafia. Si l'ambiance des rues et cimetières de Memphis tend à planer sur la globalité de l'album -voire même sur toute la discographie récente du groupe-, on sent Young Sid et Dela véritablement investis à faire les choses en grand dans 12345666, affublés de leurs meilleurs masques de clowns-tueurs.

Capture-d’écran-2014-06-19-à-10.53.25-e1403168265216

"Place aux jeunes, c'est pas mardi-gras". Olivier Cachin, pauvre victime de l'un des meilleurs titres de Memento Mori, n’appréciera certainement pas ce refrain tout en adlibs, ni cette prod un brin minimaliste. Pourtant, si l'on fait fi du thème et des paroles, Olivier Machin est une démonstration. Dans l’interprétation comme dans l'ambiance, tout est incroyablement maitrisé. C'est une tendance générale sur cet album : le savoir-faire du duo a gommé un à un chaque défaut de l'opus précédent : les prods paraissent moins saturées, les rimes faciles ont été mises de côté, et la direction artistique est parfaitement définie, sans faux pas, de la première à la dernière piste. Butter Bullets, après un parcours hors-normes, arrive enfin à maturité.

Car comme Cell, BB est passé par plusieurs stades. De Tekilatex et bonbons colorés à Alkpote et pilon bien gras, la mue est achevée. Un à un, Sidisid a absorbé l'âme et les pouvoirs de chacun de ses invités. Avec sa queue. Comme Cell. Mais toujours en toute hétérosexualité, et j'insiste, parce que c'est important. Quelques années en arrière, Sidisid aurait pu passer pour un vulgaire Marc-Olivier Fogiel du rap, avec cet air hautain et moqueur. Ou pour un Lorant Deutsh en Ralph Lauren, avec ses références à Louis XVI et Marie-Antoinette. On n'aurait pas pu éviter des comparaisons foireuses avec Orelsan, un blanc qui parle de sa bite, Seth Gueko, un blanc qui parle de sa bite, ou Jul, un blanc qui chantonne sous autotune. Aujourd'hui, Sidisid se présente comme le Pimp C blanc. Pimp-Sidisid. On n'oserait même pas le contredire. Paris n'est pas Memphis, mais les vices et les cimetières sont les mêmes.

Butter Bullets n'est qu'amour pour l'argent, les trucs rasés à blanc, les moteurs allemands. Les tickets de métro, les petites shneks et les gros chèques. Louis XVI et Stanley Kubrick, Ghostface et les taspé lubriques.
Butter Bullets, c'est l'odeur de la mort et l'amour du trépas. Rien de sinistre ... A la limite, peut-on y voir du cynisme. Butter Bullets, c'est le nouveau romantisme. Souviens-toi que tu vas mourir. Memento Mori.

 "Si tu me cherches, j'suis au dessus du soleil, toujours en Ralph Lauren"

3 thoughts on “Butter Bullets - Memento Mori (chronique)

  1. Chronique sincère pour un album qui l'ait tout autant.

    Franchement Dela est trop sous-coté, ces samples sont très forts, "Prêts pour la guerre" est juste MA-GIS-TRAL et il réussi a mettre des Sonorités Dubstep/DrumBass sur Aquaboulevard sans que ça sonne tout pété.

    Sinon quid des ventes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *