13844617-mmmain

Soulja Slim VS Pancho Villa, en 11 actes révolutionnaires

slim 01

slim 02

1/ José Doroteo Arango Arámbula, plus connu sous le pseudonyme de Francisco Villa alias Pancho Villa est né le 5 juin 1878 à La Coyotada, non loin de Durango (Mexique). James Adarryl Tapp Jr. plus connu sous le nom de Soulja Slim est venu au monde le 9 septembre 1977 à la Nouvelle-Orléans, non loin de l'embouchure du fleuve Mississippi (Louisiane).

2/ A cette époque de révolte populaire, Soulja Slim serait à coup sûr devenu le gouverneur militaire de l’État de Chihuaha comme le devint Pancho Villa en s'autoproclamant de la sorte. Finalement, il est devenu ce fantassin notoire et redouté de Magnolia, une terre toute aussi inhospitalière que cette contrée du Mexique précitée où l'on faisait peu cas de la vie humaine circa 1911-1912.

3/ Comme Villa avant lui, Slim fut un homme de guérilla, indépendant, mal discipliné, car constamment sous l'emprise du 'singe' brun et addictif agrippé à son dos alors que le bandit mexicain ne fumait, ni ne buvait. Une façon très courante aux débuts des années 90, voire la seule qui se respectait pour Slim, de faire baisser la tension artérielle quand il était plongé jusqu'au cou dans le marigot des embrouilles interpersonnelles et des soucis d'ordre artistique.

4/ Il faut dire que les labels menaient à ce moment là une guerre intestine la plus démolissante qui soit.Ces labels locaux qui multipliaient les intrigues artistiques, politiques ou relationnelles de façon à tenir Soulja Slim négligemment par les couilles… Un peu comme le fit Villa quand il agrippa celles de Reza, son ami payé pour le trahir qu'il tua à Chihuahua avant de s'enfuir.

5/ Comme Villa, Slim avait le don d'exprimer à la perfection ce que ressentait son quartier, sa ville, ses ouailles, et si quelque part, le combat était plus féroce qu'ailleurs, rien ne leur convenait mieux que de naviguer à l'instinct plutôt que de se saturer de théories militaires apprises dans les manuels. C'est au cours de ces errances clandestines que Soulja Slim a appris l'art de la guerre, et que Pancho Villa devint l'un des hommes forts de l'armée aux ordres de Madero.

6/ Pour se faire une réputation dans son quartier où régnaient des gangs réputés dangereux (cf. Dooney Boyz (DBz), Byrd Gang et Hot Boys) Slim volait impunément les dealers de drogues, pendant la nuit, une activité qui lui a valu de réchapper plusieurs fois à la mort. Selon Pancho Villa, il a lui-même débuté sa carrière de hors-la-loi en tuant un notable du gouvernement qui avait violé sa sœur, avant de s'enfuir dans les montagnes. Il venait d'avoir tout juste 14 ans.

7/ En 1912, la captivité et la cour martiale promises par le général Huerta à Villa pour insubordination n'empêchera pas ce dernier de s'évader de prison et de revenir triomphalement à Juarez à la tête d'une junte de 4000 membres. En 1998, la politique de la terre brulée que Master P a décidé d'instaurer à l'intérieur de son label décime ses propres partisans du combat rap, mais ne peut en aucun cas écarter Slim du game. Celui-ci va resurgir tel un feu-follet du bayou, et repartir à la conquête de ses louables ambitions avec deux fidèles compagnons, un Hummer d'appoint, deux livres de dope et un Glock pour la sécurité.

8/ Le fait de réchapper plusieurs fois de justesse à la mort et d'être constamment traqués par les Fédéraux faisait parti de leur karma commun.Cela n'a jamais empêché Villa et Slim de livrer des attaques ponctuelles et de remporter des victoires locales.

9/ A l'instar des péons chez qui il n'était pas rare voire même courant d'avoir plusieurs compagnes, Slim a multiplié les conquêtes, dont certaines lui ont porté préjudice -notamment à la fin. Pancho Villa, lui, avait deux épouses, une femme simple qui l'accompagnera pendant toutes ses années de vie hors-la-loi, et une autre, jeune, mince et souple comme un chat des rues de Chihuahua, surement pour le sexe.

10/ Vu que ceux qui possédaient l'argent et les billets mexicains les enterraient, Villa décida de faire tourner la planche à billet et imprima 2 millions de pesos de fausse monnaie, inondant El Paso de papiers barrés du nom de Villa dans la longueur. Slim, de son côté, enregistra Give It 'Em Raw, un album qui se vendit à 82000 copies la première semaine.Vu que l'argent perçu lui servait uniquement à payer la weed, les cigarettes et la gamelle lors de ses fréquentes incarcérations, à sa sortie il écrivit et enregistra 'Slow Motion' qui se classa n°1 au Billboard Hot 100 en 2003. Ce faisant, la Bank of America fit imprimer quelques planches de cette fausse monnaie sonnante et trébuchante que Slim emportera avec lui dans son cercueil.

11/ Comme l'a été Villa le 20 juillet 1923 à Parral, Slim fut assassiné de plusieurs balles le 26 novembre 2003 à la Nouvelle-Orléans. Soulja Slim a été enterré en grande pompe avec ses bijoux, ses Reebok ainsi que les vêtements de camouflage en cuir qu'il portait sur la couverture Give it 2 'Em Raw … Alors que, noir comme de la poudre à canon, le corbillard de la riche épouse de Pedro Alvarado Torres, à la fois magnat de l'exploitation minière, philanthrope et fidèle admirateur de Pancho Villa, fut utilisé pour l'enterrement de ce dernier à Parral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *