1001alk

Les 1001 crasseries d'Alkpote

"Dans mon cahier d'textes, des rimes j'en ai écrit plus d'18 000" ... En véritable stakhanoviste du rap français, Alkpote abreuve les gorges des auditeurs à une cadence infernale depuis une bonne décennie. Son œuvre, dérangeante et crasseuse, n'a cessé d'explorer les champs lexicaux de la fellation, de la sodomie, des substances illicites, et de la bonne bouffe. Épicurien dépravé, Jonathan H, dit l'Empereur de la crasserie, dit la ténébreuse mitrailleuse, n'a de cesse de pervertir les oreilles chastes. Sa fin de carrière approchant, le moment de compiler ses plus belles crasseries est venu.

1001alk

Chapitre I : Manger, boire et fumer.

"J'suis un épicurien, putain, mon haleine sent le vin". Alkpote ne s'en est jamais caché ... il s'en est même plutôt vanté : en bon vivant, il voue une passion toute particulière à la ripaille. "Je dois réchauffer la marmite, déguster mon couscous garbit", "J'suis accro au fromage, pizza, couscous et aux gâteaux de riz" ou encore "J'mange du poisson cru, du riz blanc" ... l'estomac du personnage n'est pas difficile à contenter. Parfois, le gueuleton prend même une tournure ... étonnante : "J’insère mon spéculos dans le spéculum", "sur ma bite j'verse du sirop d'érable", "du bon lait, du boursin viens branler mon oursin", ou pire "j'vais me faire piper par ta mère et lui faire bé-ger le diner". Pour baigner le gosier suite à cette orgie de victuailles, l'ogre Alk ne croit guère en les vertus de l'eau. "J'festoie fils : serre-moi un verre d'vin rouge". Amoureux de tord-boyaux et de fumée verte, le légendaire Géant Vert prône les vérités d'un esprit malsain dans un corps pourri du foie aux poumons.

Mais aussi : "Pendant des heures, tu boufferas mes macarons" ; "Les barrettes sont grosses comme des bâtons de Surimi" ; "C'est avec de l'émotion que j'fume chaque do-bé" ; "Si si si gros, je viens élever le niveau, pour déguster le gigot" ; "J'tise jusqu'à avoir des taches jaunes dans l'foie" ; "Mes archanges ne mangent pas d'jambon Madrange" ; "Nadine Morano, lèche un peu mon Ferrero" ; "J’rajoute du fromage sur mes raviolis" ; Fume ton cannabis, mange ta tablette de Galak fils" ; "Imbécile, retourne manger du pain d'épice" ; "Deux, trois grammes d'Hollande je ne fume que du H collant" ; "J’ai compris le folklore, le bon brie, le roquefort" ; "Voila l’plateau de fromage, la baguette de chez Paul La bouteille de vodka, la canette de Red Bull" ; "Mange mes Babybel, bois mon Actimel et ce sera nickel" ; "Les produits illicites illuminent le sol comme dans Billie Jean" ; "Harissa, ketchup, mayonnaise Plus de la moutarde, sauce samouraï" ; "J’fume du shit noir et de la beuh verte fluo" ; "Je me porte mieux quand je mange des croque-monsieur" ; "Putain d'putains, du pain du vin des joints et tu sais même plus combien font 1 + 1" ; "Juste un sachet d'weed et un carré de Kiri" ; "Sers-moi un verre d’vin rouge dans la piscine" ; "Dans mon cigare de la p'louse, mixée au chocolat" ; "J'fume du marocain en maillot d'bain"

Chapitre II : Autoportrait

"J'ai les yeux bridés comme un Japonais". Sobre, cette description d'Alkpote a l'avantage de s'arrêter sur une partie du corps tout à fait décente. D'autres variantes de la même idée existent ("j'ai des yeux d'chinois, du pilon ultra gras" ou "j'ai les yeux bridés comme si j'vivais au Japon"), mais la grande majorité des descriptions physiques du rappeur tournent évidemment autour de son phalus : "Nos sexes sont flexibles et maniables", "j'te baise même avec le zizi mou", "ma bite te serve de levier" ... L'organe génital d'Alkpote est même personnifié, éprouvant des émotions dignes de personnages dramatiques : "me complimente pas trop, j'ai la bite qui rougit", "salope mon zizi pleure" ...

"Jonathan le souteneur, coup de bite, coup de cœur". Malgré cette hiérarchisation phallocratique du corps humain, Alkpote est un grand romantique. Nouveau romantique comme son comparse Sidisid, l'Aigle de Carthage sait plus que quiconque parler aux femmes -il l'affirme d'ailleurs haut et fort : "il suffit que j'parle pour qu'les filles jouissent c'est inouï". "Fais pas ta nerveuse, suce mon missile a tête chercheuse", "essuie tes pleurs, suce ma bite", "salope coiffe les poils de ta chatte" ... Des mots doux qui obéissent à quelques règles simples de la vie de couple : petites attentions, réconfort dans les moments durs, et compliments à chaque nouvelle coupe de cheveux. Sans oublier un élément essentiel à toute relation amoureuse : l'hygiène, caractérisée par ce mythique "suce ma bite pétasse j'ai mis de l'eau d'Cologne".

Mais aussi : "J’ai l’cœur qui palpite et la bite toute dure", "j'veux lécher des bouts d'seins", "j'veux m'abreuver d'gros lolos", "montre moi ta shneck sur ta webcam", "j'veux plus seulement me faire tirer par le bout de la bite", "j'vais t'désosser sale pute, te défroquer ta jupe", "belle voiture, belle coiffure, ma queue pourvue qu'elle soit dure"

L'hygiène, une véritable obsession chez Alkpote. "On bouffe ta viande là où ça pue la pisse et la fiente" : notre homme aime les odeurs marquées, et veut profiter de son odorat comme de ses quatre autres sens. Jamais rebuté par un fumet, il sait se retrousser les manches et aller au fond des choses quand elles doivent être faites : "je passe que par derrière, même si ça n'sent pas bon", "chiennasse j'passe par derrière j'm'en fous d'l'odeur", "v'là le petit sale arabe qui renifle le string à ta femme" et, pire que tout, "j'pourrais renifler les sous-vêtements à Madonna". Mais si John H accepte les relents de sa partenaire, c'est aussi parce qu'il n'est pas en reste : "j’ai une haleine d’hindou", "dans mon alk-leçon ça sent l'alk-momille". Même ses albums ont de drôles de senteurs : "faut pas qu'tu graves ce disque (Salope), il sent la merde et les flaques de pisse, le zet' et les pack de 6". Un bon conseil ? "Nettoie ton slip et lave-toi les dents sale pipeur"

Chapitre III : Cinéma, séries télévisées, dessins-animés

"Au top de ma forme comme a l'époque où sniffait Van Damme". Alkpote est un grand fan de cinéma, de séries télévisées, et de dessins-animés. Des références évoquées de manière classique, parfois ("on t'flingue comme Zé Pequeno", "Ca bombarde comme Jason Statham", "Comme David Kleinfeld dans une impasse"), beaucoup moins classique, souvent ("J'veux m'faire sucer par Joséphine l'Ange gardien", "J'encule les Sarah Connor, Alk le terminator", "J'peux commettre un meurtre à l'extincteur, comme dans Irréversible" ou sa variante "j'déforme ta ganache comme dans le film Irréversible"). Des références improbables, on ne remerciera d'ailleurs jamais assez Alk d'avoir cité la plus grande série comique de tous les temps : "comme Malcolm et Reese (Francis), vos forces s'épuisent".

Mais aussi : "Ils n’auront pas ma peau comme Roger Rabbit" ; "J'pars à l'aventure comme John Locke" ; "J'commence mes classiques comme Orange Mécanique" ; "J'veux être riche comme Jack Abbott" ; "J'ai la bougeotte comme Van Damme dans Bloodsport" ; "Tu vas saigner des yeux comme Daredevil" ; Y'a que des T-1000, finis les T-800" ;  "J'maîtrise l'acier : appelez-moi Magneto" ; "On s'paye des baveux à la Perry Mason"

"Caillera depuis l'époque de Lucile, Tristan et Mathias". Grand fan de l'époque Club Dorothée, l'Empereur alias Jojo l'affreux alias Pef le dégueu est un fin connaisseur de la japanimation des années 90. Cobra, Saint Seyia, et surtout Dragon Ball Z : "Vous rêverez d'échanger d'corps contre le mien comme Ginyu" ; "dès que j’enlève mes lunettes, j'mets le détecteur de Radditz" ; "mon membre s'rallonge même si chui pas Piccolo" ; "il me manque un bout d'cerveau, un peu comme le Cyborg 16" ; "je viens du futur comme Trunks"

Mais aussi : "Mes tortues Ninja fument des feuilles de laitues" ; "j'pourrais descendre dans les égouts manger des pizza comme une tortue ninja" ; "Gros j'déconne pas, j'suis un Pokémon rare" ; "Prêt pour la guérilla, j'tire avec le bras d'Cobra" ; "Gagnant comme Batman et Robin" ; "Vous allez saigner des yeux comme Shiryu" ; "J'suis dans mon vaisseau comme Actarus, j'fume de l'amnésia avec Venusia et Alcor, j'plane comme le Dragon Falcor"

Chapitre VI : Name-Dropping

Le name-dropping, de plus en plus répandu chez les rappeurs français, est une constante chez Alkpote depuis les premiers textes. De Vivian d'Secret Story  à Roman Polanski en passant par Tom Cruise, Mouammar Khadafi et Sylvain Mirouf, chaque blaze est plus improbable que le précédent, c'est un véritable festival de l'absurde. Y'en a une putain de chiée, et la liste n'est même pas complète.

J'baise des cougars comme Vivian d'Secret Story

Dans mes clips j'suis Benoît Magimel

Même le fils de Nicolas Sarkozy kiffe trop ma saloperie

Laura Smet, Lou Doillon Consomme du lourd pilon

Va t'faire baiser par Jeremstar, Vincent Mc Doom et Magloire

mes gros vampires baisent tous Roman Polanski

J’suis musclé pas comme framboisier, Bernard Minet et puis Remy

J’danse ma dernière valse avec la femme de Manuel Valls

Tu veux rouler en Porsche Cayenne, ou éjaculer dans la gorge d'Ayem

La chatte a Salma Hayek ou de Cruz Pénélope

Pour moi ça roule comme Larry Flint

Je m'échappe avec les millions d'Céline Dion et d'René-Charles

Aigle Royal balafré tout comme Franck Ribéry

J'traverse pluies diluviennes à la Rémy Julienne

j'suis pété comme Serge Gainsbourg

Ma drogue douce vaut la scientologie de Tom Cruise

J'ai la même came que Jean-Philippe Smet

Si c'est Halloween, j'mettrai le masque de Nina Roberts

Des squelettes dans l'placard comme la famille de George Bush

On protège les bonnes sœurs tout comme Whoopie Goldberg

J’suis l’nouveau Serge Gainsbourg sans Jane Birkin

J'écoute la musique de Jean-Michel Jarre par temps hivernal

J'crois pas en cupidon, comme Thomas et Nabilla

Repose en paix Kadhafi et Saddam Hussein

Je vous espionne comme Mark Zuckerberg

Misérable minable malchanceux, on va baiser la femme de Karembeu

Scientifique comme Mac Lesggy

Viens m'Instagramer avec Enora Malagré

J'compte vous baiser comme Bernard Madoff

On respecte Rocancourt

J’veux qu’on se souvienne de moi comme John Lennon

J’veux dormir dans du satin bercé comme Jean Dujardin

J'disparais comme Sylvain Mirouf

mon pistolet va trouer les Frank Dux

J’veux mener la vie d’château comme le colonel Chabert

Repose en paix Saddam

Des fins gourmets comme Claude Brasseur

Mes malfrats fument comme des rastas, en imaginant la chatte d’Laetitia Casta

J'assure comme Will Smith, j'rappe et tu jouis, fils

J’suis le côté diabolique de Serge Gainsbourg

J'te fais rire comme le gros Michel Boujenah

C'est des coups d'machette verbale, lyrical Khaled Kelkal

J'vais t'électrocuter comme Claude François

Gros tu vas disparaître comme Larusso

J'tise comme Gorbatchev

La même moustache que l'gros Noel Mamere

J'écoute du Balavoine

Faire plus de sous qu'Étienne Mougeotte

J'écris aussi bien que Francis Cabrel

Infréquentable tout comme Alain Soral

J'affronte des monstresses au cheveux rouges comme Véronique Genest

Cessez de m'imiter, comme Laurent Gerra

J’suis plus violent que Manson Marylin

Vilain canard comme Balotelli mais j'baise des garces qui ressemblent à Ophélie

Imagine Joe Dassin avec un putain d'flow malsain

J'te prédis la fin du monde comme Paco Rabanne

Salope j'vais t'écarter les jambes comme Jean-Claude Van Damme

J’écris mes textes avec la main à Maradona

C'est pour les frères qui partent au card-pla et qui rêveraient de se faire sucer la bite par Loana

Je vous demande de vous arrêter comme Balladur

Monstrueux comme Lady Gaga

Repose en paix Thierry Gilardi

Du taf d'orfèvre comme Marc Dorcel

On vous divertit un peu comme Guy Lux

Dehors les shlags s'endorment et les petits se prennent pour Charles Bronson

on pisse de gauche à droite comme Bernard Kouchner

j'ai les mêmes chicos qu'Demon One

Je baise Benjamin et Flavie Flamant

Jean Valjean encule Cosette

Nous on écoute pas Patrick Fiori

On cherche notre Paradis comme Depp Johnny

A Paris les sales chiens me feront toujours rire comme Patrick Sébastien

L'Unité 2 feu c'est deux fois plus vicieux qu'Emile Louis

J'veux plein d'cash sur mon compte comme le dénommé Arthur

C'est Néochrome et Alkpote, le nouveau Doc Gynéco

Adef et l’poto Bachir vont salir vos navires et partir élargir le trou d'Amanda Lear

j'ai pas la droite de Joe Frazier

Nique Brigitte Bardot, ici ça bibi de la dope

Ils veulent tous percer comme Laurent Voulzy

J'veux crever vieux comme Michel Serrault

Pétasse t'as qu'à bouffer des p'tits zizis vu qu'tu suceras jamais la bite de P.Diddy

Mes serpents cognent comme Marcel Cerdan

Je chante comme Claude Nougaro

J'suis éloquent comme Fabrice Luchini

Emprunter à Cofidis pour ressembler à Ben Affleck

 

Chapitre V : Des belles, des moches

"Je tartine des corps maigres et étranges" On reproche facilement aux rappeurs d'entretenir de mauvais clichés sur les critères de beauté : gros culs, 95C et lèvres pulpeuses sont sans cesse mis à l'honneur dans les clips et les refrains estivaux. Mais -faut-il le répéter encore ?- Alkpote n'est pas un rappeur lambda. En grand romantique, il aime toute femme, sans la moindre discrimination, si ce n'est peut-être la présence d'un vagin. Belle, moche, grosse, maigre, vieille ... tout y passe. "Ça fourre des chiennes toutes moches", "une vieille cougar dans un boulevard", "91 gang-bangers avec une fille pas belle", "mes fortes têtes fourrent des corps de rêve" : le panorama est complet.

Mais aussi : "On désosse des ogresses, des fois des bonnes, des mauvaises" ; "les p'tites garces que j'partouze ont pipé trop d'clodos sales" ; "j'fais l'amour à d'belles geoise-bour" ; "salope t'es vraiment belle" ; "mec, c'est tard le soir que j'fourre des beautés matures" ; "j'fourre même des laiderons avec la tête ronde" ; "des p'tites boulimiques nous sucent la bite" ; "rase tes jambes velues, qu'tu sois sous zet' ou verdure, tu feras pas couverture d'Entrevue"

Chapitre VI : Rap conscient

"Mes pro-palestiniens lisent des livres sur les putain d'diables égyptiens". Catalogué comme rappeur hardcore, rappeur technique, rappeur vulgaire, rappeur atypique, Alkpote s'est parfois distingué par une clairvoyance impressionnante sur des sujets intellectuellement difficiles d'accès ("J'me renseigne sur les reptiliens et égyptiens"). Reptiliens et sionistes sont les cibles préférées de l'Alkalucide : "ces sionistes gâchent nos moments de vie" ; "les reptiliens en haut de l'échelle" ; "ça commet n'importe quel délit comme la putain de LDJ" ; "J'encule les reptiliens et tous les pharaons" ; "nique le CRIF et la LICRA" ; "on voit clair dans vos pratiques sionistes". Passionné d'histoire, Alkpote aime également citer des personnages historiques ("les putes en civils traînent avec des gens pires qu'Hitler", "je repars leur refaire à l'envers comme si j'avais eu le revolver de Hitler").

"Sisi fils, va pas choper la syphilis". Le rap conscient, ce n'est pas seulement noyer l'auditeur sous une tonne d'informations encyclopédiques. En bon moralisateur, Alkpote est là pour livrer une tripotée de bons conseils, des plus basiques ("ne mets pas tes putains de doigts dans la prise") aux moins académiques ("belek à pas te manger un zizi d'travlo"). Il y en a bien sûr pour tout le monde : filles faciles ("les tasspé, arrêtez d'sucer la vie est courte"), jeunes rappeurs ("arrête le rap et taffe à Castorama"), drogués ("sniffe un trait ou roule un joint sur ma pochette de CD, si t'es perdu, seul le Prophète peut t'aider"), bambins ("fils demande notre CD à c'putain d'Père Noël"), femmes indisposées ("mettez des couches, des serviettes hygiéniques"), célibataires ("achète-toi un gode vibreur fourni avec des mini-piles")

Chapitre VII : Du bon lait, du boursin

"J'éjacule en dessinant des croquis". Résumer Alkpote à un rappeur obsédé par la fellation et les pratiques sexuelles douteuses est terriblement réducteur. Si Booba faisait des dons d'urine pour que la France entière se désaltère, Alkpote, lui, fait des dons de sperme. Difficile de ne pas y voir une visée humaniste, le sperme étant la matière première de la vie. Dans le fond, Alkpote cherche peut-être simplement à peupler la terre de mini-tounsi ?

T’es friand de ce que j’éjacule, j’remplis des récipients

J'envoie des perles de lait

Si j'bande j'cracherais dans ta gueule ma sauce piquante

Ils vont s'abreuver de c'que j'ai éjaculé dans le pot de chambourcy

Éjacule du jus gluant

Joue pas les gangsters si ta bouche sent l'sperme

Au mic c’est Alkpote, je crache du mascarpone

Ouvre-la seulement pendant les douches de sperme

Salope tu plongeras dans une marre de sperme

J'étais déjà un maître crémier bien avant l'époque où dans vos frocs vous spermiez

T'aimes faire trempette, tu baignes dans le sperme

Mon sperme, tu vas l'absorber !

Chapitre VIII : Une sexualité débridée

"On encule les gouines autrichiennes". Puisque nous sommes dans la lancée du sujet crasseux du chapitre précédent, autant aller au fond des choses : "j'vous baise tellement profond que je fais d'la spéléo". Sodomie, fellation et levrette sont des pratiques bien trop classiques pour le grand, le gros Alkpote. "Pour toi c'est pire qu'une quadruple pénétration" ... l'action est violente, crue et l'usage de la lame semble fréquent : "j'vous fais mouiller avec un couteau rouillé mais très affûté" ; "J’aiguise ma lame, j’déchire ta chatte". Avantage : la partenaire sexuelle allie plaisir et régime ("quand tu baises avec moi, salope tu perds trop de gras") ... enfin, sauf quand Alkpote préfère se réserver pour des plaisirs solitaires ("j'veux pas t'baiser, j'préfère m'lé-bran") ou ... inhabituels ("bouffez moi l'anus pendant qu'j'me branle")

Et en cas de petite soif après l'amour, pas besoin de se lever pour aller chercher une canette dans le frigidaure : "J'ai la gorge sèche, je suis assoiffé de cyprine", "j'ai une planche de surf, pour les femmes fontaines", et si on n'avait pas compris, "j’te parle de sexe sans honte, j’aime la cyprine".

"On va t'fister l'cul avec le museau d'un labrador". Disons-le clairement : nous pouvons nous estimer heureux quand le partenaire est de type classique -à savoir : humaine de sexe féminin, majeure, et consentante. Adepte des figures de style, Alkpote animalise ses compagnes, au point de nous faire douter : est-on toujours dans le domaine de la  métaphore ? Insectes, rongeurs, canidés, le bestiaire est fourni : "désolé de désosser vos coccinelles", "mon zizi sale attire les rats", "je dois m'lever tôt, je dois emmener des chiennes chez l'véto" et le fameux "chiennasse t'as qu'à dresser la patte pour qu'j'vienne t'al-caresser la chatte".

Chapitre IX : Dans ton cul, dans ta chatte

"Dans vos chattes, dans vos Fnac, dans vos bacs, bande de chiennasses". Oui, ce papier avait commencé de manière très soft : nourriture, boisson et fumette. Et puis, petit à petit, on descend les étages des catacombes, pour finir dans la cave la plus obscure. "Dans ta chatte infiltration". La Bat-cave. Gargantua, la trou noir massif d'Interstellar. On est au fond. "Bientôt vous allez saigner du cul", "c'est un désanussage, pas d'lubrifiant" ... Concept simple, qu'Alk se charge d'expliciter au maximum, histoire qu'il ne reste plus la moindre trace de confusion : "A.L.K.P.O.T.E peut t'enculer les fesses". Et évidemment, ça ne se passe pas toujours bien ("ça finira mal : y'aura du liquide anal", "pendant le cunni, j'te mords la schneck"). Le cul, la chatte ... parfois, on en sait plus trop, alors on tape dans les deux en même temps : "encaisse ça dans tes fesses ou ta chatte ma pétasse", "salope t'as 3 issues, c'est soit ta bouche, soit ton cul ou ta chatte", "on t'prend en sandwich" ...

Mais aussi : "Je perfore les orifices à la Ovidie" ; "Pétasse j'pratique la levrette" ; "Homme de Néandertal aimant le rectal", "Les culs s’dilatent kho j’les lubrifie à l’eau" ; "Alk sodomise les filles comme Rocco Siffredi" ; "Maintenant c'est l'heure de la sodomie" ; "P'tite sodomie, p'tite sodomie, p'tite sodomie" ; "J'te la mets dans la gorge ou le machin ovale" ; "Tu vas te faire casser l'cul si t'essaies de passer le mur" ; "J'vais envoyer la purée et vous désanusser" ; "Salope tu devrais plus squatter la salle de gym, on va t'enculer à sec sans Vaseline" ; "J’vais te faire connaître le plaisir anal, Sheitan me dédicacera" ; "Les oreilles on purifie, les trous du culs on lubrifie" ; "Même si t'es musclé tu peux te faire dépuceler le cul par des ptits PD qui font qu's'branler comme des curés"

Chapitre X : De l'argent, des pédés, des travelos et un peu de scato

"C'est 1 500 euros le feat, après avoir zépo j'te quitte". Alkpote annonce les tarifs froidement, loin de l'hypocrisie du rap-game. "Je pose pour 2000 balles maintenant j'augmente les tarifs". Logique, car Alkpote va se faire de plus en plus rare. Respectons l'adage "ce qui est rare est cher", d'autant que "1000 euros par mois ça me rend malheureux". On le comprend, étant donnée l'ambition de départ : "On veut finir obèse avec des grosses caisses, des cuirs et des fourrures". Peut-être que le rap n'était pas le chemin idéal pour Alk ("j'ai loupé ma carrière d'acteur dans le film X"), lui qui imagine que le milieu est "contaminé" ("sûrement, que dans le rap y'a des travlos")

"Appelez vos frères homosexuels, sur vos faces on vient cracher nos glaires". Car oui, malgré son obsession des pratiques sexuelles déviantes (labradors dans le fion, lames dans le vagin ...), Alkpote le Légendaire nourrit une certaine aversion pour l'amour entre hommes : "Anti PD comme Elton John", "C'est Alk-putain-de-pote l'homophobe", "J’ai mal comme un chevalier Jedi quand je vois toutes ces pédales sur les chars de la Gay Pride", "J'toucherai pas le gros lot dans ce pays d'homos", ou encore "Mes sacrés collègues détestent les pédés depuis Les Années Collège". Autre paraphilie peu orthodoxe, la scatophilie tient une place prépondérante dans l'univers crasseux d'Alkpote. "Satanée crasseuse pourrie, essuie avec du moltonel ta merde", "J'suis un pyromane scatophile", ou, moins tendancieux, "J'fais chier les constipés" ... Chez Alkpote, le Trône du Rap Game prend une toute autre signification (t'es incontinent et tu souffres de constipation (Merde !) ; "J'pisse à la raie d'ceux qui nous chient dans les bottes")

Chapitre XI : Des putes et des snuff movies

"Même les grosses putes des bois ont kiffé le clip de Sucez-moi". "Pute" est certainement sur le podium des mots les plus utilisés par Alk le lyriciste essonnien. De la pute classique ("Des putes de rêve me sucent le sexe pendant qu’je fume le zeb") à la pute du futur ("j'nique des prostiputes"), la pute est partout, donnant parfois des fulgurances qui relèvent du génie : "J’ai toujours voulu baiser la princesse des putes, ainsi que sa daronne la reine des putes".

Mais aussi : "On est poursuivis par des putes de joie", "Pendant la crise c'est navrant les p'tites sucent", "J'cherche des putes sur VivaStreet qui viennent d'éclore d'la chrysalide", "Les victimes braquent, même les putes tirent comme dans Nikita", "Tu mérites pas l'Formule 1, tu mérites pas l'baladin, tu mérites pas la cave à vin : tu mérites rien, t'es qu'une sale catin"

"J’peux commettre un meurtre à l’extincteur comme dans Irréversible" Visiblement meilleur qu'une partie de jambes en l'air avec une prostituée sur le périph : l'horreur d'une bonne séance de torture. "Le masque de soudeur, le tablier d’charcutier" ... "Dans ta tête j’perce un trou, prends d’l’aspirine". Les films pornos ? C'est démodé : "on filme des snuff-movies avec des D500". Et quitte à se lancer dans le film d'horreur, autant aller jusqu'au bout ("j'ai pris en stop la dame blanche au virage, j'l'ai mis en cloque") ... sans jamais oublier de perdre le Nord ("les vampires sucent pendant qu'on dort")

Chapitre XII : SUCEZ

"Qu'on m'suce le gland sur le champ !". Sur le podium sus-cité, le verbe sucer occupe immanquablement la première marche. Pénis, bite, tuyau de plombier, tour de Pise ... tout ce qui possède de près ou de loin une forme allongée est susceptible d'être suçoté. Là encore, la liste est non-exhaustive :

Poupée si tu sais piper, allez grimpe

Qu'on m'suce le gland sur le champ !

Attends le déclic pour me sucer le pénis

Essuie tes pleurs, suce ma bite

Frotte ma lampe d'Aladdin, n'oublie pas d'faire un voeu

Suce mon tuyau de plombier

Suce ma bite, lèche mes boules !

Ta garce me pipe

Fais pas ta nerveuse, suce mon missile a tête chercheuse

Suce ma bite pétasse j'ai mis de l'eau d'cologne

Vous allez m'sucer la bite

tu veux m'pomper vieux t'auras qu'ma queue à sucer

Sucez-nous pendant qu'on festoie

J'enfonce ma bite jusque dans tes amygdales

Suce mes boules et lèche ma guirlande

Suce moi tranquille, je suis pas pressé

J'me fais sucer le sexe par ton chéri

Sucez nous pendant qu'on respire !

Tu peux me sucer avec ton appareil dentaire

si t'es un fin gourmet, tu vas sucer des longues queues

Suce ma tour de Pise

Si tu suces pas mieux j'te casse les dents

J'te la mets dans la gorge ou le machin ovale

Suce ma putain d'bite Salope !

Va t'faire sucer par des travelos dans l'bois

Lèche mon sorbet

J'suis élégant quand je viens chez les gens, suce ma trompe d'éléphant

Suce ma putain de Neochrome-bite

Chapitre XIII : Toute bonne chose a une fin, sale putain

A.L.K.P.O.T.E alias
L'Empereur de la Crasserie
Alias, Belmondieu
Alias Pef le dégueu
Alias Jojo l'affreux
Alias Jonathan H
Alias l'Aigle royal de Carthage
Alias la ténébreuse mitrailleuse
Alias le meilleur du 91
Alias la légende de la banlieue sud
Bande de putains
Néochrome pour toujours et à jamais



  • 3 thoughts on “Les 1001 crasseries d'Alkpote

      1. Alkpote s'est parfois distingué par une clairvoyance impressionnante sur des sujets intellectuellement difficiles d'accès ("J'me renseigne sur les reptiliens et égyptiens")

        Quand je dis "des sujets intellectuellement difficiles d'accès" en parlant des reptiliens, soit tu y vois du du second degré, soit il faut m'abattre tout de suite. Fais le bon choix (indice : ) o

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *