salif une

Et si Salif n'avait jamais arrêté le rap ?

Cinq ans. Il y a très exactement cinq ans que Salif n'a plus donné de nouvelles au public. Un quinquennat complet. A l'époque, Nicolas Sarkozy était encore Président de la République, Dominique Strauss-Kahn était pressenti pour lui succéder, et Mouammar Khadafi rêvait encore d'unir l'Afrique. Alpha 5.20 venait d'annoncer la fin de sa carrière de rappeur, Kery James aussi. Le Blavog était au sommet de sa gloire, Big Flo fêtait ses 15 ans, Oli ses 12 ans, et l'usage du vocoder était encore sujet à controverse.

Qui m'aime me suive a donc été la dernière étape du parcours de Fon. Une carrière de quinze ans, conclue sur L'Homme Libre, seizième piste d'un projet hybride mal compris par le public, malgré les 20000 exemplaires vendus. Un public qui n'a jamais vraiment su cerner correctement Salif, lui réclamant à tort et à travers de revenir au style de Tous ensemble Chacun pour soi, quand lui considérait ce premier album comme le moins représentatif de son personnage. Résultat, Salif s'en est allé sans faire d'annonce, et ses plus fidèles haters ont été les premiers à reconsidérer son impact sur l'histoire du rap français. Comme Alpha 5.20, il a été sacralisé. Le public s'est rendu compte a posteriori qu'il tenait là deux des plus grands rappeurs français de l'histoire. "On ne reconnait ton génie qu'après ta mort", disait Despo. Retourné auprès du commun des mortels, Salif est désormais gérant d'une sandwicherie. Sans le prévoir, il avait déjà annoncé sa reconversion quelques années plus tôt : "la rue m'a dit : blanchis ton gen-ar, ouvre un grec".

salif

Et si tout cela n'était jamais arrivé ? Et si le public avait suivi Salif sur Qui m'aime ... ? Et si Salif n'en avait simplement pas eu ras le bol de ce maudit rap-jeu ?

Septembre 2010. Qui m'aime me suive est dans les bacs depuis quelques semaines. Pas refroidi par l'accueil mitigé reçu par le disque, Salif embraye, et annonce déjà la suite. Face à la caméra de Fif, il annonce : "Je peux pas encore te dire si ça sera une mixtape ou un album, mais ça va arriver vite, t'auras pas le temps de me voir venir. Comme quand tu chécra par surprise et que t'as oublié le latex : ça aboutit sur un beau bébé. Un bébé avec un uzi. Draaah !"

Salif tient parole : neuf mois plus tard, le bambin est prêt. Quelques soucis de distrib retardent la sortie, forcément, mais l'essentiel est là : le 20 juin 2011, La Fleur au Uzi est dans les bacs. "Pourquoi je l'ai pas appelé La Fleur au Fusil ? Parce que La Fleur au Fusil, ce sera mon vrai album. L'album que le public attend que je lui livre depuis des années. Je sais que Curriculum Vital n'a pas convaincu tout le monde, j'ai peut-être trop cherché un format qui me correspondait pas". La Fleur au Uzi -mixtape dont le format rappelle vaguement Prolongations- est avant tout l'occasion de mettre en avant des talents franciliens pas forcément exposés, du moins selon Salif. "Sur ma mixtape, j'ai invité Niro, Lacrim, Butter Bullets ... Tous ces mecs là, ils ont du talent, fréro, mais personne veut leur donner leur chance. La Fleur au Uzi, c'est fait pour ça. Le rap français, c'est en train de devenir comme le cinéma français. On veut pas de nouvelles têtes, faut toujours que ce soit le fils d'untel qui prenne la place d'un autre ... La rue, c'est pas ça. Tu viens, tu prends ta place, point barre. Et si le mec en face est pas content, tu l'allumes. Dans le rap, bientôt, t'auras plus que des dinosaures, les mecs veulent pas lâcher le steak. Mais les petits, en bas, ils coupent leurs barrettes au rasoir ! Faut les faire croquer, bordel. C'est comme toi, Fif : toujours à mettre en avant les mêmes têtes sur ton site. Mets Lacrim en avant par exemple ! Mais nan, toi, tu préfères attendre qu'il nage dans la merde, et le jour où il va faire un disque d'or, là tu vas lui dire "viens, on fait une semaine spéciale rien que pour toi"."

La Fleur au Uzi ne fonctionne que partiellement, le public jugeant trop obscur ce format où Salif ne s'autorise que 4 solos. Plus qu'une mixtape, il s'agit presque d'une compilation. Le public réclame du Salif en solo, mais lui n'en a que faire. Le rap est un sport d'équipe, et son meilleur coéquipier reste et restera Exs. Celui qu'on n'avait plus entendu depuis Sisi la Famille est remotivé par l'envie débordante de son binôme : en 2012 sort 15 ans plus tard. Annoncé comme un projet solo d'Exs, cet album est quasiment un nouveau projet de Nysay : Salif y apparait sur 12 des 15 pistes, Exs ne s'autorisant que 2 solos -le dernier titre étant un featuring avec Ali et Wallen. Et dans le même temps, Salif continue de rafaler : il apparait sur Neochrome Hall Stars Game, sur Peplum, ou encore sur la réédition de Paraplégique.

Stakhanoviste, Salif balance des l'année suivante La Fleur au Zizi, un EP trivial et réservé aux oreilles averties. Face aux critiques des internautes considérant qu'il s'est perdu à vouloir faire du "rap rigolo", Salif s'emporte face à la caméra du Blavog et de Captcha Mag : "Donc Michaël Youn, un mec qui n'a rien à voir avec le rap, a le droit de venir chez nous, rigoler de notre musique, et baiser tout le monde en prenant des centaines de putains de milliers d'euros ... et moi, après tout ce que j'ai fait, après quinze putains d'années de carrière, après avoir poussé des mecs qui avaient rien et qui aujourd'hui font des disques d'or ... moi, Salif, j'ai pas le droit de faire du rap en rigolant ? Mais allez vous faire enculer ! Et je vous le dis, j'te le dis à toi avec ta caméra et tes cheveux grisonnants, mais je le dis surtout aux auditeurs : si vous avez rigolé sur les chansons de Michaël Benayoun, et que vous venez critiquer mon EP, vous êtes des fils de putes. Nan, nan je vais pas dire fils de pute, parce que vos daronnes y sont pour rien. Mais vous êtes de vraies putes ingrates". Malgré un single porteur avec Alkpote ("La fleur au zizi, tu pleures comme Suzie, effleure mon uzi, j'fume fort la cheezy"), le succès n'est pas au rendez-vous.

salif2Salif disparait pendant 12 mois, laissant pour seule trace un featuring avec Kaaris sur Or Noir part.2 (Chargé), et deux avec Alkpote sur L'Orgasmixtape (Hors-jeu -fabuleux trio Alkpote/Salif/Joe Lucazz-, et Mongoldorak Remix). En décembre 2014, il annonce une série de 13 freestyles avant un nouveau projet. "Ce sera un album avant l'album, un peu comme quand j'ai fait Boulogne Boy. Sauf que l'album arrivera directement derrière, y'aura pas trois ans d'attente comme la dernière fois. La Fleur au Fusil est enregistré, mixé, terminé. Mais je peux pas le balancer comme ça, faut que je prépare le terrain". En mars, après 13 freestyles clippés qui ont laissé le public bouche bée, Le Pompe est Chargé, l'album avant l'album, est dans les bacs. Gros beats trap, autotune dans tous les sens, Salif s'est éclaté comme jamais. Considéré comme son meilleur projet depuis Prolongations par le public comme par la critique, Le Pompe est Chargé est pourtant celui qui se vend le moins. Un véritable échec, puisque les frais engagés pour l'enregistrement, les clips, la promo et la distrib -Salif fonctionne toujours en indé- sont à peine remboursés. Il se consolera avec l'énorme succès du single Red Zone, en feat avec Lacrim et Nessbeal, sur R.I.P.R.O vol.1.

Déçu mais pas résigné, Salif embraye et balance en juin un premier extrait de La Fleur au Fusil. La trap a été mise de côté, les sonorités fleurtent du côté du dubstep, même si un gros solo de guitare électrique vient conclure le morceau. Évidemment, le public ne s'y retrouve pas. Un mois plus tard, le deuxième extrait, en feat avec Isleym, divise encore : les trentenaires réclament le Salif de Tous Ensemble, quelques mecs là-bas au fond (moi, surtout) réclament le Salif de Sisi la Famille, et tous les autres continuent à rêvasser d'un Prolongations 2.

Fatigué de toutes ces conneries, Salif ne sortira plus rien. Sans faire d'annonce, sans communiqué de presse, sans tweet ni statut facebook. La Fleur au Fusil ne verra jamais le jour, et la carrière du plus grand rappeur de l'histoire du rap français s’achèvera dans le silence. Quelques mois plus tôt, sur le plateau de l'Abcdrduson, il déclarait au sujet de Prolongations 2 : "Si je veux servir du réchauffé, autant ouvrir une sandwicherie ..."



  • 7 thoughts on “Et si Salif n'avait jamais arrêté le rap ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *