mongoloide aventure niska

Une minute trente avec Niska (interview)

Vu que l'interview est super courte, j'ai brodé une super longue intro pour meubler. Si tu veux juste lire les 3 questions-réponses, va directement en bas de la page.

"Niska vous invite à la présentation exclusive de sa mixtape Charo, en studio, et en sa présence". Même si j'apprécie le personnage -et son je m'en-foutisme qui me rappelle inévitablement Gradur-, je ne suis pas un grand fanatique de Niska. Cependant, une session studio organisée par une maison de disques, c'est aussi et surtout l'occasion de taper un buffet gratuit, raison suffisante pour faire le déplacement.

J'ai donc pris sur mon épaule Le Jeune Did (le mec a un blaze pourri mais quand tu te fais appeler Genono, commencer à critiquer le pseudo des autres est la pire des idées qui soit) et Singe Mongol (ce mec sans qui Ténébreuse Musique n'aurait jamais vu le jour), et on a débarqué avec une bonne heure de retard, en loupant la moitié de la mixtape. On imagine qu'être en studio avec Niska, c'est être assis au milieu de 15 charognards défoncés qui s'échangent des substances prohibés ... que nenni ! Ambiance feutrée, un genre de salle de classe avec une trentaine d'élèves studieux, tous assis à gratter du papier. La crème du journalisme français (nan je déconne, y'avait vraiment de tout, même un mec de Melty Buzz), j'aurais rêvé d'y croiser Olivier Cachin, parce que le voir bouger la tête sur du Niska, bordel ça doit être beau à voir. La plupart de ces gens beaucoup trop professionnels pour moi passaient leur temps à prendre des notes, y'a même un mec qui a gratté deux pages-double ... Bordel qu'est ce que tu peux avoir à raconter après une seule écoute d'une mixtape ? Perso j'ai sorti un bouquin et j'ai fait semblant de lire, mais c'était uniquement pour construire ma légende en mode les gens auront des anecdotes à raconter sur moi. "Genono ? Un jour je l'ai croisé, il lisait Baudelaire en écoutant Niska. C'était incroyable, il dégageait une telle sérénité."

niskaPour parler de musique, disons que cette mixtape a plutôt la gueule d'un album : c'est bien produit, c'est super efficace, les ambiances varient mais c'est toujours très énergique, et le single avec un clip tourné au Sénégal va super bien fonctionner. Pour schématiser, disons que Charo Life c'est un peu L'homme au bob, en plus excessif. Perso, je pense que j'ai passé l'âge pour écouter ça en boucle, mais les lycéens vont se jeter dessus. Une fois l'écoute terminée, c'était un peu la cour de récré, tous les "journalistes" présents venaient me serrer la main en mode "t'es une légende, mec", y'a même un mec qui s'est évanoui. Par contre, pas de buffet gratuit, juste des canettes à volonté -et du champagne pour les alcooliques que sont Le Jeune Did et Singe Mongol. En attendant que Niska arrive (oui, parce qu'un rappeur français qui arrive à l'heure, ça n'arrive que dans les bons films de Tim Burton -c'est à dire : jamais), on s'est tous réuni autour de Tonton Marcel pour qu'il nous conte des anecdotes. Dans la vraie vie, Tonton Marcel est très fidèle à lui-même, mêmes qualités et mêmes défauts, y'a pas tromperie sur la marchandise. Dans quelques semaines il sera chef d'un nouveau resto, on a pas encore l'adresse mais si vous la voulez vraiment on va vous la trouver. Mon acolyte Did était comme un môme dans un magasin de jouets, il courrait partout, il serrait des mains à tout le monde comme s'il était en campagne présidentielle. "Waouh mec t'es producteur ? C'est génial, j'ai plein de questions à te poser", "Waouh meuf t'es attachée de presse ? Incroyable, je peux te poser des questions ?" ... Tant d'innocence dans son regard, c'était beau à voir. Pendant ce temps, Singe Mongol rien qu'il descendait à lui seul la bouteille de champagne en disant à tous ceux qui lui adressaient la parole "laisse-moi tranquille, je suis pas journaliste je veux juste boire".

A un moment y'a Tonton Marcel qui a perdu son portable, il bougeait dans tous les sens comme quand tu sors un poisson de l'eau, je commençais à me dire "si y'a un mec qui lui a volé, il va trouver des dossiers de ouf dedans". Au bout d'un moment il s'est carrément mis à fouiller dans la poubelle, et là son visage s'est illuminé comme celui de Jacob Singer quand il revoit sa fille en sortant du purgatoire : il avait retrouvé son téléphone. Ensuite (j'ai bientôt fini avec ma liste d'anecdotes hein) on a appris que Niska était bloqué dans les embouteillages à cause du bail avec les tracteurs ... hashtag rap français. Heureusement les maisons de disques ont des moyens dignes d'Hollywood, et on a carrément envoyé un hélicoptère scooter à Niska pour qu'il puisse esquiver la circulation.

Après y'a une meuf qui a dit "bon faut que je parte, j'habite loin ... métro Anvers". J'ai ri comme Jared Leto dans le trailer de Suicide Squad. On était à Porte Maillot, je viens de Mantes la Jolie, et j'ai mangé 66 euros d'amende dans le train en venant. J'avais un seum de fou, rien que je noyais mon chagrin dans le Minute Maid Pomme. Niska est finalement arrivé, Le Jeune Did sortait des toilettes et lui a serré la main directement. Selon sa version des faits, il s'était lavé les mains, mais hassoul à vous de juger.

On nous a donc proposé d'interviewer Niska, sauf que notre professionnalisme sans faille nous a empêché de préparer des questions à l'avance. S'en est suivie une réunion de crise à base de :

"- T'as des questions, gros ?
- Nan, et toi ?
- Nan, en plus je sais vraiment pas quoi lui demander.
- Fais comme tout le monde, pose-lui une question sur ses influences US.
- OUAI !
- Moi je vais lui poser une question sur Alkpote !
- ..."

CI04SrnWoAAYIws

INTERVIEW

Alors à partir de là, Niska passe en mode pilote automatique. Il est en promo, il répond aux questions comme un footballeur dans une interview d'après-match : "l'important c'est les 3 points", "on a essayé d'appliquer les consignes du coach", et "il faut prendre les matchs les uns après les autres".

Le Jeune Did : A quelques semaines de la sortie de ta mixtape, quel est ton ressenti sur le travail accompli jusqu'ici ?

Niska : Je suis serein, je pense qu'on a bien travaillé. L'équipe au complet a charbonné, tout le monde a fait du bon charbon. On a pas lâché, on a mis de nombreux morceaux de côté parce qu'on a considéré qu'ils n'étaient pas à la hauteur de la mixtape. Pour moi, c'est un projet carré, on a fait ce qu'il fallait.

Le Jeune Did : On ressent bien le côté "charo", justement.

Niska : Ca me fait plaisir que tu dises ça, parce que c'est exactement ce que je voulais. C'est ce que je cherchais avec cette mixtape, et si tu me le dis, c'est que le travail a payé.

Le Jeune Did : "Dans la surface comme Filippo" ... Cette référence à Pippo Inzaghi, c'est une illustration de ce qu'est la mentalité "charo" ?

Niska : C'est exactement ça, Inzaghi il est charo.

Le Jeune Did : Tu travailles avec une équipe restreinte, il y a peu de feats dans ta tracklist ... c'est vraiment une volonté de ta part ?

Niska : Exactement, je ne voulais pas me disperser. C'est mon premier vrai projet, je voulais montrer l'origine de ce que je suis, d'où je viens, qui me supporte, comme quand j'invite mes potes sur le morceau PSG. C'est nous qui avons bossé sur ce projet, donc je voulais que ce soit moi, que ce soit nous, qui soyons mis en avant. Il devait juste y avoir un feat avec XVBARBAR, mais on l'a retiré au dernier moment parce que la prod était une face B, et qu'on ne voulait pas avoir de soucis de droits.

Le Jeune Did : Il y a quelque chose que j'ai apprecié dans ta mixtape, c'est que tu cites Skippa da Flippa, alors que jusqu'ici dans tes interviews tu ne parlais pas trop de tes influences US. Est-ce qu'on peut envisager de te voir collaborer avec lui sur ton prochain album (qui devrait logiquement suivre la mixtape) ?

Niska : C'est possible. Inviter un américain ... que ce soit lui ou un autre, pour moi un featuring c'est quelque chose qui se fait dans la tendance. Mais ça se fabrique pas comme ça ! Aujourd'hui, les gens pensent que parce que je suis en maison de disques, je peux avoir un feat américain en claquant des doigts ... mais ça marche pas comme ça ! Et de toute façon, de mon point de vue, je ne vois pas de feat américain qui m'intéresse plus qu'un autre. Pas pour l'instant, du moins. Après, collaborer avec Skippa, bien sûr, pourquoi pas. Mais ce qui me plait chez lui, c'est surtout sa gestuelle, plus que son côté artistique. Il y a des sons à lui que j'aime beaucoup, d'autres que j'aime moins. Je suis compliqué, niveau musique.

Le Jeune Did : T'écoutes aussi beaucoup Gucci Mane ? Le titre On veut du Yellow m'a fait pensé à Lemonade.

Niska : Ah ouai, tu trouves ? Nan, c'est pas inspiré par Lemonade ... Gucci Mane, j'aime beaucoup le personnage. Peut-être un peu moins la musique, mais j'aime vraiment le personnage.

Le Jeune Did : Après la sortie de la mixtape, tu enchaines sur un album ?

Niska : Voila, on commence déjà à bosser dessus, on espère le sortir courant 2016.

Le Jeune Did : Comment tu comptes le différencier de la mixtape ?

Niska : On travaille justement là-dessus, la mixtape était très axée sur l'imagerie "charo", là on commence à réfléchir à ce qu'on va faire sur l'album. Je peux pas encore te dire grand chose là-dessus, c'est vraiment une phase de réflexion, je voudrais pas te dire un truc qui ne sera plus vrai dans une semaine.

Genono : A l'ancienne tu posais avec Alkpote, récemment on t'a vu avec Juicy P, et globalement t'as toujours été proche -dans le rap- de la scène du 91 ... Maintenant que t'es monté, est-ce que t'as envie de donner de la force à ces mecs-là, en retour ? (Là faut savoir que Niska m'a lancé un regard bref mais hostile que j'ai interprété comme "enculé, tu veux me baiser ma promo avec ta question à la con ?")

Niska : Tu sais, moi j'aime beaucoup mettre la lumière sur ceux qui sont dans l'ombre ... Après, les Alkpote, les Juicy P, on les connait déjà. Peut-être des nouveaux, il y en a d'autres qui ont des choses à dire, donc pourquoi pas les mettre en avant.

Le Jeune Did : Merci d'avoir répondu à nos questions.

Niska : C'était pour quel site déjà ?

Le Jeune Did : Captcha Magazine.

Niska : Je connais pas, mais merci les gars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *