IMG_20170525_130945

Kekra à la Gaïté Lyrique : des masques, de la lumière et des femmes...

Et autant vous dire que vos 25€ n'entaient pas perdu.

kekra affiche concert

Mon aventure a commencé à 18h à Chatelet (avec  2h d’avance pour redorer le blason des congoïdes au sujet de la ponctualité), j'attendais d'autres personnalités des internets pour ne pas m'enjailler solo. Préparation mentale avec Vreel 1 et 2 dans les oreilles tout en travaillant les abducteurs et les ischios jambiers avant le grand moment (et en regardant du coin de l’œil les passants tombaient de l’escalier).

18h53, je rejoins un Teobaldo déambulant dans la rue déjà masqué, le concert avait déjà commencé dans sa tête. Après avoir tapé un grec (de qualité moyenne) en compagnie d’une troisiéme protagoniste (un sosie de Lauryn Hill), on arrive le ventre plein à La Gaité Lyrique. 20h pile (vous pouvez être fière de moi mes congoïde), et comme prévu (car on parle quand même de rap français), le concert n'a pas commencé. Pas de première partie, ce qui est assez rassurant : on ne perd pas de temps, on envoie la purée directe (reste calme petit coquin).

En attendant, la salle se remplit, l'alcool coule à flot et les filles affluent à gogo (dit rapidement, on aurait dit du Nekfeu). Le DJ chauffe la salle avec un mix de Booba, Young Thug, 13 Block...

Captain Nemo, le DJ officiel de Kekra, fait son entrée, masque de chirurgie sur la face… la foule s'impatiente, tandis que des séquences de l’Attaque des Titans sont diffusées sur les 3 écrans géants de la salle. Celui qui a fait ça, si tu me lis, sache que t'es le meilleur d'entre nous.

21h, Walou retentit : les hostilités commencent. C'est Terminator 2, c'est Universal Soldier, c'est le combat final de The Raid 2 : la foule est en délire, et aussi incroyable que cela puisse paraitre, il n’y a aucun drapeau algérien mais marocain qui se brandit, alors qu’il y en a même lors de match de hockey au fin fond de l’Ohio. Tout le monde chante en chœur et en totale harmonie. C’est comme ça qu’ont débutés les 80 minutes de concert sous adrénaline pure.

Kekra enchaine avec Baldwin, l'outro de Freebase 3 qui a bercé les oreilles des fans depuis ce fameux 14 Juillet 2016 (et autant vous dire qu'il y a une petite surprise dans la vidéo).

Les 350 700 personnes spectateurs étaient aussi réactifs sur les singles (AWW, Pas Joli, Sans Visage, ou encore Méfiant) que sur les titres bonus de Vreel 2, sorti il y a moins d'1 mois (Uzi, Dans l'allée et J'suis la pour... qui a mis la foule dans un état de transe rarement égalé). Un concert en forme de célébration de l’amour, puisque dans un premier temps, Kekra répétait continuellement (comme à son habitude) qu'il aimait son public (certes pas très nombreux si on se base sur ces ventes, mais fidèle) et dans un second temps, le public lui rendait bien, surtout ses compatriotes des Hauts-de-Seine qui le tcheckaient, et  tentaient de le prendre dans leurs bras.

Comparable à une bouteille de Coca Cola dont on aurait introduit un mentos avant de le refermée, la petite salle de la Gaité Lyrique était sur le point de prendre feu après que Johnny Valliday ait posé Samosa, J’connais Personne, et surtout, surtout le son grime par excellence (si on ne connaît pas Grems, parce qu’il faut quand même rendre à César ce qui est à César) : 9 Milli. Je peux témoigner de la folie dans la salle quand il l'avait interprété à la soirée de Noisey/Viceland 3 semaines auparavant dans la même salle, mais en comparaison de ce soir, c'était une promenade de santé. Les femmes jetaient leurs masques pour déployer leurs plus belles voix et dévoiler leurs jolis visages, je tombais amoureux toutes les 30 secondes). Le public mimait des danses étranges mais synchros avec Kekra sur Satin, et des sauts dignes d’épreuves olympiques sur Boombastik

Vinrent ensuite les 3 moments les plus importants de la soirée : le début laborieux de Baldwin, le passage de Family où tous les frères d'armes de Kekra l’ont rejoint sur scène pour un grand moment de partage et d’amour comme ses textes le véhiculent, et enfin, le point culminant de ce concert, le live d’un son totalement inédit (qui sera peut-être sur FB4 ou Vreel 3, qui sait) : Pull Up.

En conclusion, un show (presque) parfait : Kekra faisait preuve d'une vraie aisance sur scène, sachant parfaitement s’adapter aux réactions du public (dit comme ça, on dirait je parle d'une meeting de Sarkozy), balançant des vannes et des blagues comme s'il connaissait chacune des personnes présentes dans la salle, son backeur maitrisant chacun des 16 et assurant qu'il n'y ait aucun moment de flottement, sans compter les jeux de lumières époustouflantes, et la prestation impeccable de Nemo ...

Une réussite donc, sans aller jusqu’à affirmer que l’on a assisté au concert de l'année (l’année où Gucci Mane débarque en France, la place est déjà réservée). On regrettera juste que le public n'ait pas vraiment suivi sur les 2 freestyles qui faisaient office d'amuse gueule en attendant Vreel 2, "Freestyle 2612" et "Envoie la monnaie", et le fait que Kekra n’ait joué aucun titre de Freebase 1 ou d'autres extraits de Vreel 2, comme Porque Hombre ou Alexander Wang (pour ceux qui veulent concrétiser en fin de soirée), ou encore Styliste qui doit juste être magistrale en live.

Pour conclure, Kekra a fait rejouer "9 Milli" mais cette fois, ce sont les mecs de son équipe qui s'occupaient du show pendant que l'intéressé s'éclipsait dans la plus grande des discrétions, sans que le public ne s'aperçoive (à l’exception de votre serviteur ici présent, qui capte tous les trucs louches du coin de l'oeil). La scène a aussitôt été envahie par certains mecs du public, ce qui m’a rappelée la séquence de World War Z quand Brad Pitt est en Israël, le seul moment utile de tout le film.

Pas de séance photos ou de dédicaces, mais pendant que certains faisaient un débrief de la soirée, un sosie de Bruno Le Maire s'improvisait mannequin pour la marque A AU CARRÉ, soutenue par Kekra et d'autres tombaient (au sens litteral du terme) sous les effets de l'alcool et du shit de mauvaise qualité.

Une soirée riche en émotion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *