ambusquad

Ambusquad, l'héritage de la All School

La saison chaude et ses corollaires : la moiteur des serrages de main, les photos Facebook aux cadrages foireux des « amis » qui voyagent, les blockbusters cramés, le gouvernement qui fait passer ses ordonnances au nez et au désintérêt du peuple… Y a pas à dire, les étés se suivent et se ressemblent. Bizarrement, il s’agit de la saison la plus attendue, le principe du plaisir étant poussé à son paroxysme. Le seul mot d’ordre, donné à tous, est le suivant : que la vie est douce. C’est pratique. Cela permet de fermer les yeux sur la vie, le monde, tout ce qui nous agresse le reste de l’année. Tout se prend à la légère, « ce n’est pas grave, c’est l’été, profitons, on verra plus tard » nous disons-nous. Il n’empêche, c’est toujours là. La seule carte postale qui soit vraie est celle décrite par Audiard : « En été, les vieux cons sont à Deauville, les putes à Saint-Tropez, et les autres en voiture un peu partout ». L’été, c’est l’ennui déguisé en chapeau de paille.

Alors quoi ? La musique suit le mouvement, les fameux tubes de l’été pleuvent sous le soleil avec pour seul objectif affiché de faire danser la masse en vacances. Le monde du rap, quant à lui, encore un peu digne malgré tout, se fait un peu plus rare. Alors que les six premiers mois de l’année ont été particulièrement intensifs, avec un nombre mirobolant de sorties (de qualité qui plus est), les rappeurs se trouvent plus avares depuis ces deux derniers mois – probablement occupés à Deauville ou à Saint-Tropez diront les mauvaises langues. Et c’est tant mieux. L’auditeur consciencieux peut alors prendre le temps de rattraper les albums qu’il aurait omis d’écouter. À ce titre, peut-être êtes-vous passés à côté de la belle affaire du mois de mai. À savoir, deux albums et une compilation en libre téléchargement d’un groupe à (re)découvrir, Ambusquad.

Ambusquad est un groupe originaire de la banlieue caennaise et originalement composé de six membres. Isma, Malik, Driss et Karim au micro, ainsi que de Sylence (et Driss) à la production et de DJ Batigoal. Formé au milieu des 90’s et actif jusqu’à la fin des années 2000, Ambusquad produit un rap issu des carcans de l’époque, à savoir une musique engagée et énervée dans lesquelles les samples structurent encore les productions. Les membres du groupe reprennent les thèmes chers à ces années glorieuses : dénoncer les dysfonctionnements, raconter la galère, exprimer son amour pour le rap, qui représente davantage qu’une simple musique mais un style de vie. La rage, les désillusions, la fraternité, l’ennui, l’espoir fondent la mosaïque des émotions et des valeurs exprimées par le groupe.

Proche du D.Abuz System, groupe majeur du rap français, Ambusquad a longtemps arpenté la scène en underground avant de sortir un premier album. Passé par les Découvertes du Printemps de Bourges en 1998 (ce qui n’est pas une petite victoire pour l’époque), l’héritage que laisse Ambusquad n’a pas à rougir devant la discographie des groupes pour lesquels ils ont assuré les premières parties : 2Bal 2Neg, Saïan Supa Crew, Rim’K ou encore Assassin. En 2007, le groupe se produit même en première partie de Public Enemy lors de leur tournée en France.

Le premier album d’Ambusquad, La Dernière marche, voit ainsi le jour en 2009, après une longue période de gestation pendant laquelle le groupe existe donc grâce à la scène. S’en suit une net tape en 2012, Nouvel Horizon. Si aujourd’hui l’occasion de revoir Ambusquad en concert se trouve impossible en raison de l’arrêt de la formation, ses membres proposent en libre téléchargement ses deux projets, ajouté à cela une compilation de morceaux regroupés pour marquer le coup sous l’appellation Les Mondes Engloutis. Retrouvez l’intégralité des projets en cliquant sur le lien suivant :

Bandcamp d'Ambusquad

Il est possible que vous ne sachiez pas lequel des trois projets choisir en priorité afin de vous faire une idée, comme au début de Pokemon. Nous vous invitons à plonger dans le second projet, Nouvel Horizon, plus abouti que le précédent, un projet qui aurait mérité une bien plus grande exposition et qui démarre sur les chapeaux de roue en réutilisant le célèbre sample de Many Men de 50 Cent. Si La Fouine et Soprano l’ont fait avant, Ambusquad transforme véritablement l’essai. D’autres morceaux animent cet album de bien belle manière comme Enfants de la Rime, un titre clairvoyant, un potentiel hymne davantage qu’un tube. On peut cependant regretter la volonté d’Ambusquad de produire de longs projets, difficilement digestes tant les flows débitent sans interruption. Ecouter Ambusquad exige de l’auditeur une attention particulière. Enfin, la qualité des productions est assez inégale d’un morceau à l’autre, mais cela est aussi lié au fait que le groupe s’inspire de courants musicaux divers pour produire sa propre musique. D’ailleurs, Ambusquad se veut être l’initiateur du concept All School, impliquant par-là la volonté de puiser ses inspirations partout, sans frontières de genre.

Pour aller plus loin : Mektoub Lounes et Ismaël Lesage

Deux des membres d’Ambusquad sont encore actifs en solo et forment un crew nommé RedDrum Muzik pour lequel Sylence et Driss produisent encore. Mektoub Lounes a sorti un EP digital iJacking sortit en septembre 2016 et disponible sur son Bandcamp (sont également téléchargeables ses deux autres projets solo). Mektoub Lounes a gardé son attachement aux valeurs qui étaient celles d’Ambusquad mais n’a pas hésité à moderniser les productions et l’interprétation pour correspondre davantage à la musique actuelle, à l’image de l’excellent Mémoires d’un jeune con.

Ex-leader d’Ambusquad, Ismaël Lesage a, quant à lui, sorti deux albums en 2013 et 2014, disponibles également sur son Bandcamp et prépare un album prévu pour le début de l’année 2018. Ambusquad ne meurt donc jamais ; un peu comme Bouteflika.

Avis aux septiques

Ne nous méprenons pas. L’étiquette « Rap Conscient » qu’arbore Ambusquad n’en fait pas une musique à destination unique des fameux puristes. Ce raccourci, forcément réducteur, pourrait vous faire passer à côté de morceaux tout à fait succulents et d’un groupe dans le plus pur esprit underground. D’ailleurs, il serait bon d’indifférencier les catégories d’auditeurs comme si le rap, musique plurielle mais unique, devait voir s’affronter tel type d’auditeur à tel autre type d’auditeur. Le rap se divise en plusieurs styles, mouvances. Cela rend cette musique extrêmement riche. Mais ce faisant, elle divise aussi ses auditeurs. S’affrontent alors l’arrogance des puristes à l’ignorance des anti-puristes. Dans les deux cas, la bêtise est commune et empêche les uns et les autres d’offrir à leurs oreilles de beaux morceaux. Ne faites pas cette erreur avec Ambusquad, leur discographie, de par son volume, contient forcément des titres qui vous combleront. Peut-être devrions-nous nous aussi être un peu plus All School. Enfin, comme le disait le Roi Heenok : « Il faut arrêter cette merde t’entends, et fumer le calumet de la paix, LE calumet de la paix ».

Bon été quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *